Le logement social a perdu un de ses militants

Gérard Nesmes, une personnalité Vénissiane connue notamment pour son infatigable combat pour le logement social, est décédé fauché par une voiture, boulevard Ambroise Croizat. Bien sûr, cela soulève la question des conduites dangereuses, des aménagements qui sécurisent ou non les circulations, notamment des piétons. Mais le moment est d’abord au recueillement et au souvenir.

Gérard et sa femme Maryse ont longtemps habité dans les immeubles Croizat, et je les rencontrais déjà comme premier président du premier conseil de quartier Charréard Max Barel dès 1989. Ils avaient pu bénéficier après 30 ans d’une mutation dans un immeuble neuf de leur bailleur, rue Jules Ferry, où gérard avait rapidement construit les liens de voisinage, d’amitié et de solidarité qui font la force des locataires.

Ses amis, ses voisins, tous les militants de la CNL, tous les défenseurs du logement social ont perdu un frère, et je peux le dire pour ce qui me concerne, un camarade. Gérard et Maryse sont des militants de l’action catholique ouvrière, qui a Vénissieux notamment a toujours eu des liens étroits avec l’histoire communiste de la ville. Sa gentillesse, son humanité, son attention à tous ceux qui vivent souvent des situations difficiles était de réels atouts pour renforcer les amicales de locataires, ce qui est toujours un défi.

Gérard ne parlait jamais de ses problèmes de santé. Nous parlerons longtemps de sa gaité et de ses colères dans les batailles pour le droit au logement.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation