conseil de communauté du 15 Décembre 2014

les inégalités sociales et le développement durable... sur le rapport annuel des politiques de développement durable

, par  Pierre-Alain , popularité : 7%

Ce rapport annuel nous permet une nouvelle fois de mesurer la diversité et l’importance de très nombreuses actions conduites dans de nombreux domaines de nos compétences, actions positives et que nous avons soutenues, mais aussi de souligner une nouvelle fois l’écart entre un discours positiviste et les difficultés connues au concret par l’immense majorité des habitants.

Permettez-moi de prendre l’exemple de la dernière phrase de cette délibération qui nous dit " la création de la métropole offre une opportunité d’intégration des problématiques sociales et de mise en cohérence des enjeux environnementaux...etc". Il y a presque une forme d’émulation dans la multiplication des écrits grandlyonnais et interventions dans ce conseil pour dire le plus de bien possible de la future métropole. alors qu’on mesure avec les nombreuses conventions votés ce jour, tout le travail nécessaire pour tout simplement garantir la continuité des services au 1Janvier prochain. Mais c’est surtout en pensant aux difficultés d’intégration entre les directions actuelles de la communauté que cette phrase peut faire sourire, ou rire jaune comme vous préférez. Permettez-moi d’évoquer par exemple les difficultés de prise en compte de la propreté des espaces publics propriété privée de la communauté, qui renvoie aux difficultés entre la direction dela propreté et la direction du foncier, direction de la communauté telle qu’elle est aujourd’hui. J’ai d’ailleurs d’expérience une certitude, plus une organisation grossit, plus la transversalité est difficile...

Il y a dans tous les discours du développement durable, une part de ce discours politiquement correct imposé qui est pour nous totalement contre-productif. Il faut toujours faire savoir tout ce qui est fait, mais il ne faut jamais nier ce qui n’est pas résolu. Comment parler des progrès du tri sélectif à des habitants qui côtoient des marchés de la misère ? Comment parler de la réduction des émissions carbonées du transport de marchandises à des riverains de trafics poids-lourds qui voient le camion de 40 tonnes autorisé et le contournement fret de Lyon reporté au Sud ?

Et permettez-moi de prendre une nouvelle fois l’exemple des ENR électriques dont il faut répéter encore et encore que chaque fois qu’on investit 1€ dans une électrique renouvelable intermittente, il y a 1 autre euro investi quelque part dans une électrique fossile assurant le complément de cette intermittence.

De même, on ne peut parler de biomasse sans évoquer les risques d’une concurrence spéculative entre les différents usages du bois, bois d’œuvre, bois énergie, agriculture ou gazéification, risques qui soulignent l’absence d’une politique publique pour organiser cette filière de manière efficace et transparente.

Et s’il faut se féliciter de nos actions pour l’efficacité énergétique du logement, il faut aussi s’inquiéter des rumeurs sur la remise en cause du FART, fonds essentiel au montage de nos projets PIG Energie.

Mais là ou l’écart entre le vécu et le discours est le plus éclatant, c’est sur la dimension sociale du développement durable. On peut toujours dans cette présentation citer l’indicateur de Gini de l’agglomération Lyonnaise qui est meilleur que celui de Paris, ou même de Marseille. Mais tout le monde sait que cet indicateur utilisé au niveau local n’a pas de signification. Ainsi, la ville de Marseille dont l’indicateur de Gini est plus élevé que celui de Lyon a plus de très pauvres et des riches moins riches que Lyon !

Ville(données 2011) revenu des 10% les plus pauvres inférieur à revenu médian revenu des 10% les plus riches supérieur à Indicateur de Gini
Marseille 193€ 1399€ 3161€ 0,44
Lyon 548€ 1810€ 3876€ 0,4
Lille 214€ 1374€ 3230€ 0,45
Paris 501€ 2153€ 5815€ 0,5
Annecy 657 € 1 759 € 3 700 € 0,37
Neuilly sur seine 1 029 € 3 841 € 11 532 € 0,54
France 577 € 1 602 € 3 247 € 0,37
Loire 582 € 1 502 € 2 778 € 0,34
Rhone 586 € 1 717 € 3 497 € 0,37
Isère 693 € 1 690 € 3 173 € 0,33
Ain 713 € 1 711 € 3 493 € 0,36

Et si on regarde à l’intérieur de l’agglomération, alors c’est l’aggravation de la ségrégation sociale qui apparait avec violence. Les villes de Vaulx, Vénissieux, St-Fons, Givors hébergent les plus pauvres, avec un décile de revenus les plus bas un peu au dessus de 200€ par personne, quand à Chassieu, Solaize, Genas, Communay, sans parler de Charbonnière, Chaponost, Collonges ou Dardilly, ce même décile dépasse les 1100€...Quand au décile le plus riche il stagne un peu au dessus des 2000€ dans les villes populaires pour s’envoler au dessus des 5000€ dans l’Ouest Lyonnais. Mais l’indicateur de Gini de Dardilly est égal à celui de St-Fons, 0,36, et même légèrement meilleur que celui de Vénissieux, 0,37...

Vous me direz, ce ne sont pas les politiques d’agglomération qui font la pauvreté et la richesse des habitants. Certes. Mais en quoi nos politiques publiques, et notamment celles de l’urbanisme et du logement, favorisent ou non la mixité sociale, comme on dit, et combattent cette ségrégation sociale et urbaine ? J’avais déjà cité la dernière étude de l’INSEE par cantons qui montre que ces inégalités sociales se sont aggravées depuis 10 ans dans l’agglomération. Autrement dit, ce que ne dit pas ce rapport sur le développement durable, alors que la plupart des gens le ressentent dans leur vie, c’est que les plus pauvres d’un coté, et les plus riches de l’autre, continuent à se concentrer dans des quartiers ou des communes spécifiques.

C’est ce que nous montre de manière détaillé le cahier nr 6 de l’agence d’urbanisme sur les inégalités sociales qui constate à propos des ouvriers et employés je cite :

Dans l’hyper centre, ils sont très peu représentés. Depuis 1999, ils sont en très forte baisse dans les quartiers centraux qui ont fait l’objet de grands projets d’urbanisme (Vaise, Gerland, la Doua). Les ouvriers-employés sont aussi moins présents dans le 8e arrondissement. Par contre, ils restent fortement représentés dans les quartiers Cucs de première couronne, où ils peuvent représenter plus de 75% des actifs, ... Entre 1999 et 2008, leur part a même augmenté dans certains de ces quartiers...

Je vous conseille de jeter un oeil sur la carte page 18 de la répartition des cadres supérieurs... ou sur les études détaillés d’évolution des revenus des plus pauvres, qui s’aggravent à Vaulx comme à Vénissieux, pourtant au cœur de notre politique de cohésion sociale

Certains me diront que c’est bien dommage, mais que nous n’y pouvons malheureusement rien. Sauf que ce n’est pas l’interprétation de vos services qui dans la réunion de travail récente sur le PLU-H nous disait "il y a bien une forme de spécialisation des communes dans l’agglomération. Certaines assurent une mission d’accueil des populations les plus pauvres, et quand une famille pauvre s’en sort et accède à de meilleurs revenus, elle cherche à se déplacer ailleurs dans l’agglomération..."

Si ce terme de développement durable ne doit pas être uniquement un vocabulaire de marketing, notre rapport DD devrait être conçu comme un outil pédagogique au service de la participation citoyenne à nos politiques publiques, et donc chercher à montrer autant les avancées que les limites, les succès que les obstacles, les acquis que les difficultés.

Ville (données2011) revenu des 10% les plus pauvres inférieur à revenu médian revenu des 10% les plus riches supérieur à Indicateur de Gini
Arbresle 648 € 1 613 € 2 800 € 0,29
Bourg de Thizy 488 € 1 384 € 2 419 € 0,32
Bron 455 € 1 548 € 3 143 € 0,38
Caluire 747 € 1 977 € 4 210 € 0,38
Chassieu 1 036 € 2 121 € 3 848 € 0,31
Communay 1 104 € 2 134 € 3 731 € 0,29
Champagne 799 € 1 995 € 4 157 € 0,3
Charbonniere 1 232 € 2 814 € 6 151 € 0,37
Chazay d’azerques 1 157 € 2 231 € 3 957 € 0,28
Collonges 1 147 € 2 723 € 6 349 € 0,42
Corbas 949 € 1 845 € 3 011 € 0,25
Decines 564 € 1 550 € 2 816 € 0,32
Ecully 852 € 2 230 € 5 042 € 0,41
Feyzin 662 € 1 612 € 2 764 € 0,29
Francheville 949 € 2 113 € 4 004 € 0,33
Genas 1 174 € 2 212 € 4 030 € 0,29
Givors 298 € 1 228 € 2 326 € 0,36
Grigny 576 € 1 537 € 2 574 € 0,3
Lyon 548 € 1 810 € 3 876 € 0,4
Meyzieu 664 € 1 683 € 3 112 € 0,32
Mornant 998 € 1 939 € 3 465 € 0,29
Pierre-Benite 445 € 1 451 € 2 575 € 0,33
Quincieux 961 € 1 871 € 3 236 € 0,28
Rillieux 373 € 1 345 € 2 887 € 0,4
Sathonay camp 738 € 1 746 € 3 028 € 0,29
Solaize 1 141 € 2 122 € 3 946 € 0,28
St-Cyr au mont d’or 1 173 € 2 989 € 7 791 € 0,47
St didier au mont d’or 1 303 € 3 162 € 8 047 € 0,44
St-Fons 272 € 1 067 € 2 143 € 0,36
St-Foy les lyons 936 € 2 124 € 4 659 € 0,39
St-Genis laval 785 € 1 977 € 3 839 € 0,34
St-Martin en haut 757 € 1 587 € 2 943 € 0,33
St-Priest 521 € 1 482 € 2 733 € 0,33
Tassin 890 € 2 084 € 4 259 € 0,37
Vaulx 219 € 1 006 € 2 100 € 0,38
Venissieux 242 € 1 113 € 2 293 € 0,38
Vernaison 761 € 1 958 € 3 890 € 0,36
Villefranche 363 € 1 322 € 2 576 € 0,37
Villeurbanne 435 € 1 502 € 2 944 € 0,36

source http://www.comparateur-territoires.fr/niveaux-vie/

données présentées sous forme de carte... (données 2009)

<media2296|insert|center>

cartes comparées de la répartition des ouvriers et employés et celle des cadres supérieurs... vous avez dit ségrégation ?

<media2297|insert|left|taille=250>
<media2298|insert|right|taille=250>

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves