Conseil de métropole du 29 janvier 2020
Le gel des loyers étudiants et la colère sociale 2020-4204 : subvention exceptionnelle à Est Métropole habitat (EMH) dans le cadre du gel des loyers des logements étudiants

, par  Pierre-Alain , popularité : 27%

Nous ne pouvons que soutenir cette délibération, utile par son objet, le gel des loyers étudiants, et si éclairante sur la situation sociale étudiante comme sur la situation économique des bailleurs sociaux soumis à la politique de votre gouvernement, monsieur le président, monsieur le vice-président.

Mais c’est avec une grande colère, devant ce grand écart entre les discours politiques en marche, un véritable mensonge permanent qui ne tient que grace au soutien sans faille d’un pouvoir médiatique aux mains de 9 grands oligarques, ceux dont les fortunes battent chaque année des records et qui nous expliquent chaque matin et chaque soir qu’il faut accepter les reculs sociaux, pardon, les réformes.

Cette délibération fait état d’un constat déja terrible en soi, 20% des étudiants en dessous du seuil de pauvreté ! Quand on pense aux discours tenus dans cette assemblée sur la merveilleuse université de Lyon, ses poles d’excellence, j’ai été bien seul ici à porter les messages plus réalistes des syndicats étudiants et de personnels sur la situation de l’université, à vous demander de les écouter, de les rencontrer, à dénoncer encore en septembre dernier la réalité que pour le logement étudiant, les efforts ne sont pas à la hauteur des besoins !

Mais c’est l’évocation de ce geste terrible du jeune Anas qui interroge notre société et tout son système politique. Car de fait, ce drame terrible pour lui et ses proches a bien été un acte politique, que je reprends ici en vous répétant "hasta la victoria siempre". Un acte politique à tel point que votre gouvernement a cru apporter une réponse avec une mesure de gel des loyers, que vous avez repris dans cette délibération pour le logement étudiant assuré par un des offices métropolitains.

Mais c’est la colère politique révélée par le jeune Anas et les réactions qu’il a provoqué qui ont contraint le gouvernement à tenter de faire croire qu’il s’occupait de cette situation sociale.

La délibération poursuit dans une révélation terrible pour vos politiques publiques. Car c’est bien la réduction de loyer de solidarité (RLS), inventée par votre gouvernement pour réduire les dépenses publiques de l’état qui fragilise les bailleurs sociaux et donc nos offices. Nous apprenons ainsi que l’impact de la RLS pour EMH est estimé à 3,4 M€ en 2019 et atteindra 4,6 M€ en 2020. Et vous allez nous expliquer que vous faites de votre mieux en accordant une subvention de 56 000€, un peu plus de 1% de ce qu’a perdu EMH !

Je vous rappelle que nous vous avons demandé une commission générale sur le logement pour faire le point de la situation de nos trois offices, des réponses qu’ils ont apporté dont vous savez que la principale organisée par l’état est le rééchelonnement de leur dette, et donc de fait l’augmentation de leur endettement !

Nous voulons savoir comment ces trois offices se sont adaptés à cette situation économique, quel est l’impact sur l’entretien, la proximité, car je dois vous dire que nous avons nettement l’impression d’une nette dégradation depuis un an sur de nombreux sites.

Oui, il y a urgence pour le mal logement, pour le logement étudiant. Notre politique délibérée en septembre dernier ne représente qu’un progrès minime de notre contribution à la réponse aux besoins de logement étudiant, passanet de 11,2% de places de logements sociaux aujourd’hui à 12% en 2025, date ou nous ne répondrons qu’à un tiers des besoins des seuls étudiants boursiers, alors même que beaucoup de non boursiers ont besoin de logements à bas loyers, dans une agglomération dont les prix flambent à la grande joie des spéculateurs et investisseurs immobiliers..

Et c’est la conclusion terrible de ce qu’est réellement le nouveau monde dont vous vous vantez, enfin, dont vous vous vantiez, ce monde du ni gauche ni droite, ou de gauche et de droite que certains recyclent encore un peu partout.

C’est la conclusion terrible que questionne aussi le mouvement des gilets jaunes, combien faut-il de morts, de drames pour qu’un gouvernement réagisse ?

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves