Réseau de chaleur : premier bilan d’une lourde panne pour le quartier Max Barel...

, par  Pierre-Alain , popularité : 20%

Nous sommes enfin au bout de quatre jours très difficiles pour le quartier Max Barel, après une panne générale du réseau de chaleur de Vénissieux mardi 17, vite réparée, mais suivie d’une autre panne pour les quartiers à l’Est du boulevard Ambroise Croizat, le plus touché étant le quartier Max Barel, le dernier a avoir été remis en service vendredi 20 après trois nuits sans chauffage alors que les températures extérieures étaient très négatives.

C’est une panne exceptionnelle d’abord par l’impact de ces nuits sans chauffage pour 430 logements avec des nuits à -7°C.

C’est une panne exceptionnelle par la durée de recherche de la fuite. Les spécialistes de l’entreprise Tremabat m’ont confirmé que c’était très rare pour eux de passer plus de 2 jours à chercher une fuite, même s’ils avaient battu le record il y a quelques années dans une fuite rue Garibaldi qui avait nécessité plus de 10 jours...

C’est une panne exceptionnelle enfin par l’ampleur des moyens mis en place pour remise en service, sans doute près de 50 ouvriers, techniciens, cadres de nombreuses entreprises.

C’est une panne exceptionnelle, même si le hasard a fait que Villeurbanne a connu une panne encore plus grande en même temps...

Il me semble utile d’en résumer l’histoire et de montrer quelques images représentatives de l’ampleur du travail réalisé jeudi et vendredi.

Deux images illustratives de l’importance du travail accompli

le tuyau du réseau est enterré à 2m50 dans un caniveau en béton..
Après avoir creusé, sans toucher les autres réseaux, d’eau ou d’électricité, qui sont enterrés moins profondément, et après avoir cassé le caniveau béton, il faut observer les traces de la fuite, rechercher le segment de tuyau abimé...
Dépose de la chaudière mobile par une grue...

et un diaporama en fin d’article...


Le déroulement des opérations que j’ai suivi quotidiennement sur place le plus souvent

- Mardi 17 janvier matin, une panne électrique arrête toutes les installations de la chaufferie, elle est réparée et les installations redémarrent vers midi. D’un point de vue température, pour la plupart des bâtiments, cela n’a pas eu vraiment d’impact, mais le réseau nr 4, celui qui dessert le centre ville et les quartiers Est ne remonte pas en pression. Très vite, Vénissieux Energie se met à la recherche d’une fuite.
- Mardi 17 janvier 18h, les sous-stations du centre ville et de Croizat ont été isolées et remise en service, la fuite n’étant pas à ce niveau.
- Mardi 17 janvier 20h, devant le risque d’une nuit sans chauffage dans plusieurs sites et une école, une cellule de crise est mis en place en mairie, les directeurs généraux sont mobilisés et un plan d’accueil des enfants concernés est préparé.
- Mardi 17 janvier 21h, la fuite n’est toujours pas localisée. Toutes les sous-stations ont été vérifiées, tout le tracé du réseau a été visité, mais aucune trace de cette fuite. Vénissieux Energie essaie de remplir le réseau, mais la fuite est trop importante et il est impossible d’obtenir le débit minimum. Vénissieux Energie décide de faire appel à un drone pour rechercher les traces thermiques d’une fuite. Les sites de Duclos, Monnery, Montelier, et Barel, ainsi que l’école Max Barel ne sont pas chauffés.
- Mercredi 18 janvier 7h30, la cellule de crise en mairie organise les actions de la ville
— l’accueil de tous les enfants dont les parents le souhaitent pour l’école de Max Barel qui est fermée, pour des activités dans les groupes scolaires Charréard et Pasteur et au foyer Max Barel.
— l’accueil des personnes âgées qui le souhaitent dans les résidences de personnes âgées de la ville et à la médiathèque.
— installation d’une chaudière mobile pour alimenter l’école Max Barel
- Mercredi 7h30, les équipes Vénissieux Energie commencent la recherche de traces d’une fuite avec le drone équipé d’une caméra thermique, accompagnées par la police municipale. Une zone suspecte est identifiée vers midi au début de la rue Max Barel, mais l’ensoleillement ne permet pas de poursuivre l’observation thermique.
- Mercredi après-midi, Vénissieux Energie isole le réseau vers Monnery du réseau vers Max Barel ce qui permet la remise en service progressive des sites Duclos et Monnery. Le chantier sur la zone suspecte rue Max Barel est entamé, mais ne confirmera pas la fuite.
- Mercredi soir, les investigations se concentrent sur la sous-station Max Barel. Les services de la ville mettent en service la chaudière mobile au fuel pour alimenter l’école Max Barel. les bâtiments scolaires seront ouverts normalement le jeudi.
- Mercredi 21h, Vénissieux Energie nous informe que la panne provient de la sous-station. Une vanne sur une conduite permettant de raccorder directement le réseau primaire au réseau secondaire a cassé. La fuite qui était recherchée dans la voirie, était finalement sur les espaces du site Max Barel. Le site de Montelier est remis en service, il reste les 400 logements de Max Barel qui sont non chauffés,
- Mercredi 21h30, je passe chez plusieurs locataires pour enregistrer les températures, dans l’appartement le plus froid, le mur extérieur est à 13°C et les meubles de la pièce, qui indiquent la température intérieure sont à 15°C. On sait qu’il faut faire la différence entre la température mesurée et la température perçue, qui est surtout marquée par les murs froids....
- Jeudi 7h30, je fais de nouvelles mesures sur des logements en constatant qu’ils ont perdu 2 à 3°C dans la nuit. On se retrouve donc avec des logements à 13°C en température intérieure et des murs froids à 11°C. Vénissieux Energie réalise les réparations de la sous-station, et organise la recherche de la fuite sur le secondaire.
- Jeudi 9h, je fais le point avec les services techniques de la SACOVIV pour rechercher des radiateurs électriques, malheureusement en rupture de stock chez les principaux fournisseurs régionaux. Dès que nous obtenons une livraison, nous apportons le radiateur auprès des locataires qui en ont demandé, en priorisant les personnes âgées et les familles avec de jeunes enfants.
- Jeudi 12h, Vénissieux Energie confirme que la vanne et tous les équipements du réseau primaire ont été réparés et vérifiés. Un des quatre sous-réseaux du site Max Barel est utilisable, mais les trois autres ne peuvent être traités séparément.
- Jeudi 14h, la SACOVIV affiche une 2eme information sur tout le site
- Jeudi après-midi, Vénissieux Energie identifie une zone suspecte et engage les procédures réglementaires (DICT) pour vérification des autres réseaux avant d’ouvrir le sol pour accéder au réseau
- Jeudi 17h, le gymnase Max Barel est ouvert pour permettre aux habitants qui le souhaitent de prendre une douche chaude.
- Jeudi 18h, les allées 4 à 22 de la rue Max Barel sont remis en service, des habitants me confirmeront à 20h que l’eau est bien chaude et que la température remonte. Le chantier sur la zone suspecte est ouvert.
- Jeudi 19h, une équipe de 9 salariés de la SACOVIV est sur place à la rencontre des locataires pour organiser la distribution de radiateurs. Ils continueront pour répondre à toutes les demandes jusqu’à 21h30.
- Jeudi 21h, des traces de la fuite sont visibles devant le 73 C, mais il faut remonter à la source et prolonger la tranchée. La coordination ville-Vénissieux Energie-Sacoviv prépare un plan B pour remettre en service les allées du chemin du charbonnier avec la chaudière mobile de la ville, et les allées 60 en les isolant des bâtiments 71-73 ou se situe la fuite.
- Jeudi dans la nuit, la recherche de la fuite continue, et malheureusement, les premiers trous où les "écouteurs" entendaient l’eau se révèlent infructueux. Pourtant, on voit bien l’eau qui coule dans le caniveau. Il faut donc remonter progressivement en amont.
- Vendredi très tôt. La ville prépare l’installation de la chaufferie mobile à la sous-station du 48A pour mettre en chauffe les bâtiments du chemin du charbonnier. Elle sera mise en place à 14h, mais il faut changer des pièces du bruleur qui sont livrées dans l’après-midi. Elle sera en fonctionnement à 18h30
- Vendredi matin. La recherche de la fuite se concentre sur le 73D, le chantier est impressionnant et de nombreux locataires viennent s’informer et en général remercient les travailleurs.
- Vendredi 12h. les équipes Vénissieux Energie ont installé les vannes qui isolent les allées 63 à 69 ce qui permettra leur remise en service dans l’après-midi
- Vendredi 16h, mise en service des allées 63 à 69, une panne de distribution d’eau empêche la fourniture d’eau chaude sanitaire. Elle sera réparée le samedi.
- Vendredi 18h30, mise en service de la chaudière mobile pour les allés 46 et 48
- Vendredi 21h, mise en service de la chaudière mobile de Dalkia pour les allées 71- 89
- Samedi journée, un plombier effectue les purges de radiateurs, une équipe Dalkia remet en service l’eau chaude des allées 63-69
- tout le weekend. Les astreintes de Dalkia et de la ville surveillent les chaudières mobiles (complément d’eau, fuel...)

La situation samedi soir

Tous les logements sont chauffés et tous ont de l’eau chaude sanitaire, mais il reste de nombreux radiateurs à purger, donc des pièces qui restent mal chauffées. Une équipe de 5 plombiers est prévue par la SACOVIV pour la journée de lundi 23.

agé

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves