Conseil de métropole du 23 avril 2020
Voeu de soutien à la FAMAR

, par  Pierre-Alain , popularité : 37%

Le conseil de métropole de ce 23 avril s’est tenu dans le cadre très particulier du confinement, et donc en visio-conférence, chacun devant un ordinateur. C’est une expérience plutôt réussie malgré quelques difficultés techniques et cela a permis un débat sur les mesures prises par la métropole face à l’épidémie et à la crise sociale et économique. Le groupe communiste est intervenu sur deux rapports, en faisant des propositions concrètes pour mieux répondre aux préoccupations des habitants, et mieux associer les communes à l’action métropolitaine.

En fin de séance, je suis intervenu sur le voeu proposé par les socialistes Villeurbannais en défense de la société FAMAR, usine pharmaceutique menacée au moment même où tout le monde parle de retrouver la production nationale de médicaments !

Les syndicats de l’entreprise ont lancé une pétition que les communistes ont relayé partout où ils le pouvaient (lien ci-dessous).

Monsieur le président, chers collègues,

Quelques mots sur ce voeu que nous voterons bien entendu.

Certains hésitent encore avec ce mot "nationalisations". Permettez-moi de leur lire cette citation d’un homme politique qu’on ne peut soupçonner de "nationalisateur". Il dit

Si pour protéger notre patrimoine industriel, il faut aller jusqu’à la nationalisation de certaines entreprises parce qu’elles seraient attaquée sur les marchés, je n’aurai aucune hésitation

C’était le ministre Bruno Le Maire.

Nous sommes très heureux que ce mot nationalisation revienne d’actualité.

Une deuxième courte remarque. C’est amusant comme certains cherchent encore désespérément à faire jouer un rôle positif à l’europe pour nos habitants et nos territoires. On voit bien aujourd’hui que si l’europe a été très efficace pour défendre les banques et casser nos services publics, notamment de santé, tout en favorisant l’industrie allemande contre celle des autres pays européens, tout le monde a constaté aujourd’hui qu’elle ne sert a rien, qu’elle a été totalement absente, et au contraire que le rôle essentiel des nations, de l’état, des communes, bref de la république, apparaissaient aux yeux de tous.

Une troisième remarque. Nous sommes évidemment favorable à la nationalisation de FAMAR, comme d’ailleurs d’autres entreprises, mais nous considérons que la nationalisation ne veut pas dire socialisation des pertes avant de revendre pour une privatisation des profits futurs. C’est pour cela que nous sommes méfiants sur une nationalisation temporaire, que nous avons connu dans le passé. C’est pour cela que nous lions étroitement la nationalisation a une vraie stratégie industrielle et technologique publique, qui est évidemment essentielle au développement de l’activité.

Et donc la question qui est derrière, c’est qui décide ? Car qui a décidé d’abandonner la FAMAR, de la mettre dans cette situation de liquidation ? Ce sont des investisseurs, des financiers, des dirigeants qui sont ces "premiers de cordées" qui font le modèle économique que nous avons évoqué ici à plusieurs reprises. C’est bien cette question essentielle du pouvoir sur l’économie de ceux qui travaillent qui est le vrai sujet des nationalisations.

Nous votons bien sûr ce voeu.

La vidéo de l’intervention : https://youtu.be/mXQMO8VgjoQ?t=16893

Voir en ligne : Siignature de la pétition pour la nationalisation de la FAMAR

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves