22 mars, Confirmer le choix des Vénissians, réélire Michèle Picard et son équipe !

, par  Pierre-Alain , popularité : 20%

La campagne électorale est ouverte et les rencontres se succèdent sur les marchés ou au porte à porte. De nombreux Vénissians expriment de la colère de devoir revoter alors que rien n’est reproché à la liste conduite par Michèle Picard. Ils se demandent comment Mr Girard peut dire que l’élection a été faussée, alors que droite et extrême-droite ne font ensemble que 40,67%, au plus fort de la vague qui a fait basculer St-Priest, Mions, Décines, Pierre-Bénite... ?

Autrement dit, la gauche est resté majoritaire à Vénissieux, et malgré le choix du parti socialiste qui croyait pouvoir surfer sur la vague présidentielle, la liste conduite par Michèle Picard a obtenu près de 1000 voix d’avance sur celle de Mr Girard...

Et la nouvelle élection va se faire avec une liste Front National, au grand dam de Mr Girard (UMP), qui tente toujours de faire le pont entre droite et extrême-droite... avec le slogan du MPF, son parti d’origine, "Osons le bons sens".

A gauche, Michèle Picard, forte de la légitimité de sa victoire de 2014 élargit encore le rassemblement autour de son équipe avec l’annonce que le PRG la rejoint. Objectif, réélire dès le premier tour Michèle Picard, son équipe et son projet...

Mais une élection n’est jamais gagnée d’avance, et la partielle du Doubs a montré que la colère contre la désindustrialisation et la violence de la concurrence entre catégories sociales, pouvait se porter sur la droite et l’extrême-droite. Il faut dire que le peuple a en marre de ses affaires révélées sur tant de dirigeants UMP ou PS, jusqu’à cette dernière liste des fraudeurs du fisc en Suisse avec la HSBC.

C’est le pari de Mr Girard.
- D’abord faire oublier qu’il est le représentant de Sarkozy, ex-ministre de l’intérieur qui multipliaient les annonces médiatiques mais a laissé se développer les réseaux intégristes, de ses réformes des retraites qui ont fragilisé tant de Vénissians, de la désindustrialisation qui s’est accélérée pendant qu’il sauvait les banques en 2008, de ses guerres au services des multinationales tout en défaisant la souveraineté et la défense nationale.
- Ensuite, détourner la colère contre le gouvernement et le système politique en ressentiment contre Michèle Picard et son équipe en exploitant les problèmes bien réels de la vie quotidienne, l’insécurité, les incivilités, et l’inquiétude devant une ville qui change...

Pendant 5 semaines, il fera tout pour éviter toute discussion politique sur l’emploi, le logement, la sécurité, la justice qui l’obligerait à dire comment il a voté comme conseiller communautaire au Grand Lyon, quelle politique nationale il soutient...
- Demandez-lui ce qu’il pense des réformes des retraites conduites par l’UMP comme par le PS et qui ont fait tant de retraités pauvres, tout en préparant le pire pour les jeunes qui savent qu’ils ne pourront plus vivre de leur retraite plus tard ?
- Demandez-lui comment il pense agir contre la concurrence mondialisée du travail organisée par cette Union Européenne que son parti défend à chaque crise pour défaire un peu plus la république et ses services publics ?
- Demandez-lui comment faire pour que le travail quotidien de la police se traduise enfin par des actions de justice qui sortent les délinquants du cycle infernal de la prison école du crime et de l’intégrisme qu’ont produit les politiques suivies depuis des années ?

Il ne vous parlera que des punaises de lit du Couloud, parce que cela concerne la SACOVIV, société de logement présidée par la ville, sans parler des situations encore plus grave comme à Ecully... Il ne vous dira pas que ce problème qui s’est accéléré en 2014 a été pris en main avec détermination, et que le plan d’action mis en place fonctionne, et est même cité en exemple dans d’autres villes...

Il ne vous parlera que des squatts d’allées et des trafics de drogue, sans rien dire du tout le travail réalisé en partenariat entre la police nationale, la ville et les bailleurs, aux dizaines de rencontres de terrain avec les habitants que Michèle Picard a organisé avec la police, travail bien sûr qui ne supprime pas les trafics, mais maintient la pression sur de nombreux squatts, qui certes, se déplacent, reviennent... Quand la police fait tomber un trafic, un autre s’organise. Mais la réalité est que les trafics existent d’abord parce qu’il y a des clients, qui viennent souvent de l’extérieur, et tous les Vénissians savent bien que c’est un enjeu de société qui ne peut trouver de réponses réelles au plan local. Par contre, Mr Girard ne parlera pas des progrès réalisé ces dernières années dans l’action contre les "biens mal acquis", ces mesures juridiques qui permettent de frapper les familles de trafiquants au porte-monnaie !

Il vous parlera des dépôts d’encombrants et des dépôts sauvages d’ordures sans dire que la ville sanctionne chaque année plusieurs dizaines de fautifs en leur facturant le nettoyage, malgré l’incertitude juridique, sans rien dire de l’énorme travail de nettoyage réalisé par les agents de la ville, des bailleurs, du Grand Lyon. Car l’enjeu de la propreté est d’abord un enjeu de comportements des habitants, et bien sûr Il ne dira d’ailleurs pas non plus que c’est une responsabilité de la communauté urbaine... aujourd’hui métropole. Il vous parlera du marché parallèle aux Minguettes, sans dire ce que tout le monde peut constater, la seule réponse efficace est la présence d’un car de CRS pendant tout le marché, décision qui dépend du préfet et que Michèle Picard a obtenu une fois par mois, et qu’elle demande de manière systématique !

D’ailleurs, il ne vous parlera pas non plus du renouvellement de la 3eme fleur en 2014 avec ce message du jury qui annonce le passage du jury de la 4eme fleur tant la ville leur semble le mériter...

Il ne vous parlera sans doute plus du réseau de chaleur, compte tenu de la réussite de la ville avec le nouveau contrat qui fait baisser la facture de 10% depuis ce début d’année... Mais il n’hésitera pas à dénoncer une panne sans rien dire des équipes d’astreinte qui sont intervenues en pleine nuit le weekend pour rétablir le fonctionnement en quelques heures...ni sur le constat pourtant très factuel d’un réseau de chaleur qui fonctionne bien, avec un très bon rendement, donc des pertes thermiques réduites, et un bon taux de service...

Car tous les problèmes réels ne sont pour lui qu’un prétexte à détourner la colère ou parfois tout simplement la revendication légitime pour en faire un argument de campagne, loin de toute explication précise sur les causes et les moyens d’actions utiles, loin de toute explication politique sur les responsabilités des citoyens, des différents acteurs et institutions...

Mr Girard reste dans sa tête un élu d’opposition, réduit à la dénonciation du maire et de son équipe, incapable de porter un projet politique pour toute la ville, pour tous ses habitants. Et quand il laisse apparaitre son orientation politique, c’est pour dénoncer le "collectivisme", le "soviétisme", vieux cheval de bataille des anti-communistes de toujours !

Avec Michèle Picard, c’est tout le contraire. C’est la longue expérience d’une gestion de la ville dans l’intérêt général, dans l’intérêt de tous ses habitants, ceux qui ont le plus besoin de sa politique sociale, comme ceux qui veulent d’abord une ville culturelle, sportive, dynamique... car les deux ne s’oppose pas, au contraire. Ce sont les équipements de la ville et la politique d’accès pour tous qui unissent les Vénissians de toute catégorie dans cette ville qu’on définit si bien comme "belle et rebelle".

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation