Des conseils de quartier vivants et ancrés dans la ville

, par  Pierre-Alain , popularité : 19%

Quelle ambiance et quelle démonstration de la vitalité de Vénissieux, de son fonctionnement démocratique, du lien de franchise et de proximité que ses élus, son maire construise avec les habitants !

Les conseils de quartier se suivent et confirment leur implantation dans tous les quartiers. Malgré l’actualité politique, voire politicienne, qui aurait pu inquiéter certains, ou créer un attentisme poli, les assemblées générales réunissent au moins autant de monde que l’an dernier, et dans le cas du Moulin à Vent, on se demande s’il ne faudra pas dans l’avenir chercher une salle plus grande !

<media2280|insert|center>
On avait déjà constaté que les candidatures pour les élections de délégué de quartier étaient nombreuses, 50% de plus que la dernière fois, et presque le double que de places prévues. C’est une incontestable réussite et démontre que les Vénissians veulent le succès du projet municipal porté par l’équipe de Michèle Picard. Ils sont nombreux à vouloir y participer, et ne se laissent pas impressionner par les rumeurs mensongères, et les polémiques politiciennes.

Bien entendu, cela se fait dans un débat vif, il y a des critiques, des revendications, des récriminations, des contradictions... Mais c’est la vérité du débat réel, pas du débat télévisé ou tout est fabriqué et médiatisé, mais la vérité d’un débat citoyen avec des gens qui ont des idées, des intérêts et qui les confrontent.

Car, et c’est une qualité historique du conseil de quartier du moulin à vent, ce n’est pas un débat entre habitants et élus, pas seulement, même si bien sûr, les élus répondent souvent à des questions d’habitants. Mais les questions et les réponses entrainent des réactions, et les discussions se poursuivent longuement autour du verre de l’amitié, et puis ensuite dans le quartier.

C’est l’exemple type du stationnement. Il en manque partout, et donc certains disent "il faut prévoir un, voire deux étages de parking sous-terrain", et d’autres considèrent qu’il faut de toute façon tenir compte que des familles ont deux, trois voitures, et qu’il faut bien qu’elles soient quelquepart...

Mais comment font les Lyonnais, les Villeurbannais ? On sait bien que dans la plupart des villes, le problème du stationnement est résolu par... le parking payant ! Quand on peut se payer une place réservée à 200€ par mois comme dans certains parkings Lyonnais, on peut même en réserver deux... Et d’autres seront contraint de se garer à plus d’un kilomètre de leur appartement... Certains prennent l’habitude de venir se garer près d’une station de métro pour rentrer chez eux en métro !

C’est un vrai débat du projet de ville, et d’ailleurs un vrai débat de société. Quelle ville voulons-nous ? Une ville pour les voitures ou une ville pour la nature ? Certes, c’est une formule qui fait un peu trop slogan, et il ne faut l’utiliser que pour faire entendre de manière résumée un enjeu fondamental, la place respective de la voiture, des modes doux, des espaces publics, des espaces verts dans la ville.

Un vrai et beau débat citoyen pour les conseils de quartier dans le travail sur le futur "Plan Local de l’Urbanisme et de l’Habitat", le PLU-H que le Grand Lyon doit délibérer en 2017 et qui sera discuté en 2015 et 2016 dans toutes les communes.
<media2279|insert|center>

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves