Emotion pour la soirée Sakineh Mohammadi Ashtiani

, par  Pierre-Alain , popularité : 23%

Beaucoup de monde dans cette rencontre en mairie pour faire citoyenne d’honneur de la ville de Vénissieux la femme iranienne menacée de lapidation, Sakineh Mohammadi Ashtiani.

JPEG

On se souviendra du prénom de Sakineh, comme on se souvient de celui de Mumia. Le maire soulignera dans son intervention à la fois ce qui rend insupportable la peine de mort partout où elle est appliquée, des USA à la Chine, mais aussi ce qui rend insupportable cette négation de la femme que symbolise la lapidation "pour adultère".

Les témoignages de plusieurs associations de défense des femmes, de même que celle d’un iranien membre du collectif international contre la lapidation précéderont une performance poétique organisée par l’espace Pandora avec un texte lu par notre ami poète Vénissian Thierry Renard, puis un duo poèmes, chants et accordéons qui a donné à cette soirée toute sa valeur de rencontre d’humanité pour en transmettre le maximum à cette femme qui n’est pas une militante, comme le dira le maire, mais simplement une femme qui se met à résister pour vivre.

Le maire m’a demandé de traduire le texte en anglais du collectif international contre la lapidation. On y apprenait que ces derniers temps, 23 exécutions capitales ont eu lieu en Iran sans que la famille ou l’avocat du condamné soit prévenu...

On peut noter avec étonnement les absences, dont celle du Progrès, qui n ’a pas jugé utile de participer.... Sauf erreur, c’était déja le cas pour la rencontre sur les retraites... Visiblement, le progrès a peu de moyens pour suivre l’actualité Vénissiane.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation