L’avis des Vénissians, c’est le moteur de l’équipe municipale !

, par  Pierre-Alain , popularité : 22%

Le sondage présenté à la presse par Michèle Picard le 19 octobre vient à point nommé après la rencontre publique du 25 septembre présentant un bilan intermédiaire de l’équipe municipale, et pendant les assemblées générales des conseils de quartier. Il est plein d’enseignements pour toute l’équipe municipale, pour tous les adjoints. Il doit aider à orienter les actions pour relever avec les Vénissians le véritable défi posé aux communes par l’austérité sans fin, les inégalités sociales toujours plus fortes, et la métropolisation qui éloigne toujours plus les décisions des habitants et transforme progressivement les maires en fusibles de l’action publique, puisque ce sont en gros les seuls qu’on peut rencontrer pour exprimer son mécontentement, même sur des sujets qui relèvent de la métropole, de la région, ou de l’état...

73% satisfaits de vivre à Vénissieux, 61% jugent l’action municipale positive !

Certains s’arrêtent à deux indicateurs en baisse, 73% des Vénissians sont satisfaits de vivre à Vénissieux pour 84% en 2012, 61% jugent positivement l’action de la ville pour 72% en 2012. Certains se demandent : pourquoi le maire publie ces chiffres en baisse, alors que la plupart des maires ne publient pas les résultats des sondages qu’ils font réaliser ? D’abord, c’est ne pas tenir compte du contexte social et politique de ces résultats, et surtout de la seule chose qui compte pour un maire communiste, le lien citoyen pour mieux comprendre ce qui bloque, ce qui freine, et à l’inverse les motivations, les énergies qui peuvent aider à faire bouger la ville. L’avis des Vénissians, c’est le moteur de l’équipe municipale !

D’abord il faut replacer un sondage politique dans son contexte. La comparaison entre 2012 et 2018 doit évidemment tenir compte de la victoire de Hollande à gauche toute en 2012, puis de la rupture à gauche à Vénissieux en 2014 et enfin de la surprise macroniste en 2017. Car l’électorat de la majorité municipale Vénissiane en 2012 a été bousculé par la tentative du parti socialiste de prendre la ville en de 2014 et de son échec, renouvelé de manière retentissante en 2015, puis par l’explosion de la gauche en 2017... Le "style" de ce qui reste de ce parti socialiste macronisé qui mène depuis une véritable guérilla médiatique et populiste contre la ville a produit une opposition radicalisée. Cela se voit évidemment dans ce sondage, les indécis diminuent fortement au profit des opposants, mais il confirme clairement que cette opposition reste très minoritaire et ne met pas cause la satisfaction des Vénissians ni leur soutien à la majorité municipale.

Quel gouvernement ne rêverait pas d’un score de satisfaction de 73% !!! Selon un sondage IFOP de septembre, seulement 24% des Français pensent que la situation de la France s’améliore avec Macron. Et la popularité du président de la république, qui ne battait pas vraiment de record après son élection avec 56% en mai 2017 est descendu à 30% en septembre 2018... !

Notons pour revenir vers Vénissieux que Gérard Collomb enregistrait aussi en septembre une forte chute de sa popularité avec seulement 26% de bonne opinion... ce qui explique sans doute sa démission !

Autrement dit, comme l’expliquait le sondeur à la conférence de presse du maire, les résultats globaux de satisfaction et de soutien sont excellents !

Mais qu’apprend-t-on avec ce sondage ?

La première chose est donc que la radicalité d’opposition du PS macronisé n’a fait perdre en gros que 10% à l’avis favorable des Vénissians sur leur ville, et au soutien qu’ils apportent à la majorité municipale et à son maire, Michèle Picard. Rien de surprenant, la liste de ce PS refusant de faire partie de la majorité municipale faisait 15% en 2014, 12% en 2015...

Mais si on replace ce sondage dans le contexte d’une crise politique sans précédent, d’une fracture politique toujours plus vive entre les citoyens et leurs élus, ce résultat confirme l’incroyable potentiel de cette ville. Contrairement à tous les gouvernements qui se succèdent et qui ne parviennent à faire illusion dorénavant que quelques mois, contrairement aussi aux partis politiques qui n’ont la confiance que de 10% des Français, ou des députés dont 85% des Français pensent qu’ils sont inutiles, une nette majorité de Vénissians s’exprime positivement sur leur ville et sa majorité. 61% des Vénissians qui jugent l’action municipale positive, cela représente les bases d’un rassemblement très large qui permet à la ville de s’affirmer face à la métropole et au gouvernement !

Un sondage pour mieux comprendre les priorités des Vénissians

Comme le faisait remarquer Michèle Picard, ce sondage est utile car il complète les différents supports de relations des élus avec les habitants. Le maire reçoit beaucoup d’habitants, notamment sur la sécurité, elle organise des "rencontres d’appartement" chez un Vénissian qui invite ses voisins et amis, tous les adjoints reçoivent aussi dans leur délégation. Mais ce sont toujours évidemment des habitants qui ont quelque chose de précis à demander...

Les conseils de quartier permettent à des centaines d’habitants de se rencontrer collectivement dans un dialogue avec la ville, mais les jeunes sont trop peu représentés, et ce sont soit des habitants qui viennent exprimer une insatisfaction soit qui viennent exprimer leur soutien. Ceux qui sont les plus marqués par la fracture citoyenne participent certainement peu...

Il y a bien sûr les supports de communication, le magazine VSP, le site internet et les réseaux sociaux de la ville qui représentent un canal important et au passage, avec un très haut niveau de satisfaction exprimé dans ce sondage [1]

C’est pourquoi les éléments détaillés du sondage sont très utiles, et qu’ils feront l’objet d’un travail de toute l’équipe. Pour ma part, j’ai été frappé par plusieurs points.

D’abord pour le logement des jeunes. En effet, si la sécurité est la première préoccupation des Vénissians, elle n’est que la troisième pour les moins de 25 ans, derrière le logement et l’emploi. Si la ville agit à travers le Fonds d’Aide au Logement des jeunes géré par le CCAS et des aides au logement par la mission locale, on peut se demander si ce n’est pas un enjeu à renforcer. A vrai dire, dans mon expérience d’adjoint au logement, j’ai été contacté plus souvent par des familles et des personnes âgées que par des jeunes...

De même pour la sécurité ou les résultats par quartier nous interrogent. J’ai souvent des discussions avec des voisins excédés par les trafics et les squatts d’allées que tout le monde voit, et qui expriment souvent leur ras-le-bol. Mais le sondage nous montre aussi que les habitants des minguettes voient majoritairement le travail important de la police et ses résultats, même si cela reste pour eux la question numéro un.

C’est aussi le stationnement, une préoccupation ou le sondage confirme les conseils de quartier. Un sujet difficile puisqu’il s’agit de "partager" l’espace public, de la place de la voiture en ville, d’’autant plus que les Vénissians avaient l’habitude d’une ville sans problèmes de stationnement ! Mais la ville se transforme, se densifie, notamment le centre qui devient petit à petit le coeur d’une grande ville attractive porte sud d’une agglomération en plein développement... Et la rénovation urbaine tente de sortir de l’urbanisme des tours pour retrouver des formes urbaines plus agréables que ces immenses parkings non sécurisés sources de nombreux conflits d’usages...

Ce sondage confirme ainsi l’importance d’une question posée par les évaluations du label Citergie qui demande à la ville de faire plus pour sortir du modèle urbain centré sur la voiture... Faut-il comme à Lyon faire payer le stationnement public ? peut-être des parkings publics fermés payants ? Le modèle d’un stationnement public gratuit suppose le partage de cet espace, donc réduire les excès liés à la bricole automobile, aux véhicules épaves... Mais c’est aussi un enjeu de citoyenneté !

La parole des Vénissians pour le vivre ensemble contre les incivilités...

Les priorités des Vénissians exprimées dans ce sondage recoupent ainsi ce que l’on retient des assemblées de conseil de quartier, mais aussi les complètent avec une réalité sociale et politique forte, une véritable exaspération devant la dégradation du quotidien dans les relations entre habitants, non seulement à cause de l’insécurité, mais plus généralement de tout ce qui est vécu comme des incivilités du quotidien... L’exemple récent des émeutes pour du Nutella en promotion en disent long sur l’état d’esprit des Français, autant de ceux qui se sont battus pour un pot de crème à tartiner que pour ceux qui voient cette dérive avec effarement. Un sondage récent réalisé par un assureur montre que 62% des Français se sentent de moins en moins en sécurité sur les routes face à deux fléaux, la vitesse et les incivilités !

Je pense qu’au fonds, c’est bien la dégradation des conditions sociales, la précarisation généralisée de la vie de millions de familles qui expliquent cette dégradation du vivre ensemble, non pas que cette précarité justifie les incivilités, il y a souvent plus d’incivilités chez les plus riches ! mais parce-qu’elle divise et oppose les Français entre eux.

Ce sondage par exemple nous montre que les Vénissians dont les revenus sont en dessous de la moyenne considèrent qu’il manque de logements sociaux quand les autres pensent qu’il y en a trop ! Voila le défi pour la majorité municipale. Pour faire s’exprimer la large majorité des Vénissians qui sont satisfaits de leur ville, il faut les aider à dépasser ce qui parfois peut les opposer sur leurs priorités, et favoriser leur rassemblement pour une ville qui soit utile à tous.

C’est toute la question de la place des communes dans la vie publique et de leurs moyens. Car pour répondre aux priorités exprimées par la majorité des Vénissians, il faut tenir toutes les politiques publiques et donc il faut les moyens nécessaires... C’est peut-être cette conclusion très politique qui reste à construire avec les Vénissians. Comment défendre et conforter leur commune dans un cadre national qui vise toujours plus à la réduire ?

[1de fait, le site de la ville est lu par plus d’un tiers des Vénissians alors que les sites privés (blogs, réseaux sociaux), ne sont utilisés pour l’info locale que par moins de 10% des Vénissians

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves