Thomas Sauvadet : « Dans les banlieues rouges, il y avait un "nous", un espoir commun » Par Ramsès Kefi — 28 octobre 2018 à 18:56

, par  Pierre-Alain , popularité : 35%

Le débat sur l’insécurité et notamment la place de l’économie liée aux trafics, dont les trafics de stupéfiant, a pris une place prépondérante dans les débats publics, des assemblées générales de quartier aux courriers au maire.

Il est bon de tenter de comprendre les origines profondes de ces dérives qui marquent nos quartiers, malgré l’impressionnant travail de police et de justice. Le point de vue de ce sociologue qui donne une interprétation très politique de cette déshumanisation des banlieues me semble utile à faire connaitre.

Ce pourrait être l’objet d’une soirée-débat...

A Marseille en 2014. Photo Arnau Bach

Pour le sociologue Thomas Sauvadet, la violence des rixes dans les quartiers s’explique, au-delà de la dimension économique, par un effacement de la vie communautaire et du contrôle social. Reste pour les jeunes l’obsession de la consommation.

Violences et bandes : « Dans les banlieues rouges, il y avait un "nous", un espoir commun »

En l’espace de deux semaines, trois jeunes sont décédés, aux Lilas (Seine-Saint-Denis), à Sarcelles (Val-d’Oise) et dans le XXe arrondissement de Paris, au cours de rixes. En arrière-plan, il y a le phénomène des bandes - avec tous ses fantasmes - et, plus largement, celui de la violence dans des quartiers populaires, où le taux de pauvreté peut osciller autour des 30 ou 40 %. Le sociologue Thomas Sauvadet défend l’idée selon laquelle le facteur économique est impérativement à replacer dans un contexte, et donc qu’il ne peut être le seul mis en avant. Maître de conférences à l’université Paris-Est-Créteil (Upec), il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la délinquance juvénile dans les quartiers pauvres (1).

Comment des bandes d’adolescents peuvent-elles aller aussi loin dans la violence ? Il y a des morts, des comas…
La déshumanisation de « l’ennemi » est un facteur majeur. De quoi parle-t-on dans les bandes quand il faut tuer le temps ? De violence, souvent, jusqu’à une heure reculée. On insulte, maudit le quartier d’en face. Et dans une bande de trente, il y en a toujours cinq ou six qui ont déjà vrillé et qui explosent au moment de la rixe. L’effet d’entraînement fait le reste. Pour mes travaux, il m’est arrivé de passer des heures avec ces jeunes. Quand on sort de là, tout a l’air noir… très noir. Ce n’est pas étonnant que lorsqu’ils tombent amoureux, certains de ces jeunes perdent tous leurs repères - le contraste entre les belles choses de la vie et ce tunnel sombre.

Le phénomène des rixes perdure. Qu’est-ce qui le caractérise désormais ? Son rajeunissement ?
A la fin des années 90, des quartiers jusque-là préservés ont été confrontés à l’arrivée du trafic de drogues sous une forme professionnalisée - on parle d’un business structuré sur le modèle d’une entreprise, qui répond à la demande d’un marché énorme, en l’occurrence le cannabis. A partir de là, les barrières générationnelles ont rompu : si un adolescent a du talent, il peut être recruté par de jeunes adultes. Les collégiens et les lycéens qui se battent ne dealent pas forcément. D’ailleurs, l’honneur et la réputation restent toujours les moteurs principaux des rixes. Mais ces jeunes sont influencés par des méthodes de voyous pour contrôler ou étendre un territoire, par le fantasme de cette vie, que martèle la musique que ces gamins écoutent en boucle. Trafic de shit et, dans une certaine mesure, gangsta rap accélèrent et aggravent les passages à l’acte. Ceux des voyous aguerris comme ceux des adolescents qui les fantasment.

Que raconte cette démocratisation du deal professionnalisé ?
Une construction des jeunes qui se fait désormais à travers le prisme de la consommation. La fin des banlieues rouges a signifié la chute d’une autre barrière, celle de la richesse. Des jeunes des bandes ne se disent plus, comme autrefois : « Ça, ce n’est pas pour nous, c’est pour les bourgeois. » Ils veulent du luxe. Nike ne suffit plus, il faut du Gucci. Cela témoigne de l’aliénation du consommateur du XXIe siècle, qui, par essence, reste dans la frustration permanente du « toujours plus ».

L’ultra-libéralisme a pris toute la place dans les quartiers. La banlieue s’est-elle droitisée ?
Comme ailleurs… Le communisme avait créé un « nous », un espoir commun. A 16 ans, un jeune écoutait les récits de militants qui inversaient le stigmate. En substance : l’ouvrier peut renverser la table et sera l’artisan d’un monde plus juste. Il voyait des actions concrètes, portées par des adultes, qui allaient de manifestations à des victoires concernant le pouvoir d’achat.

Le « nous » exercerait une forme de contrôle social sur les jeunes. Où retrouve-t-on ce « nous » ?
Dans des territoires pauvres, l’islam apparaît désormais comme la seule idéologie capable de rassembler, de créer le contrôle social des adultes sur les jeunes hommes et les adolescents - bien que tout cela reste encore modeste dans beaucoup de quartiers. C’est un constat - pas un jugement moral - qu’il faut mettre en perspective avec un contexte et qui renvoie sous certains aspects au début des banlieues rouges. Quoi qu’il en soit, ce « nous »-là est religieux - parfois radical voire extrême - donc par essence plus conservateur et excluant que le « nous » du communisme français. Mais il occupe un espace, en l’absence d’une véritable idéologie politique capable de réunir. D’ailleurs, nous n’en sommes peut-être qu’au départ du questionnement sur la place et le développement du fait religieux.

Comment la religion peut-elle s’immiscer dans ce contexte de ruée vers l’or ? C’est paradoxal non ?
L’effet balancier. Des gens jusque-là sevrés en matière de marques, de loisirs, de société du spectacle, commencent à se gaver ou assistent au gavage de leurs voisins, frères, amis. Et comme après un réveillon, ils ressentent une forme de dégoût, lequel inspire une envie de retrouver une forme de sens. Et de se protéger grâce à une idéologie protectrice et ses repères moraux.

Concrètement, est-ce que quelque chose a fonctionné en matière de prévention des rixes ?
Une poignée de professionnels ne peut pas faire grand-chose quand deux cents jeunes traînent dans la rue. Leur action a un effet à la marge. L’une des clés réside dans la responsabilisation de la population, la recréation de vraies communautés de quartier, avec un contrôle social des adultes, qu’ils soient parents ou simplement des habitants. Face à la diversité des cultures, des religions, des origines, seule une idéologie puissante arrivera à réellement recréer tout cela, comme l’a fait le communisme. Là, la religion remplit une partie de ce vide. L’islam donc, mais aussi le mouvement évangéliste, lequel gagne du terrain.

L’effacement du « nous ouvrier » expliquerait donc la violence ?
Les banlieues rouges avec ses structures fortes se sont écroulées. A leur effondrement s’est ajouté celui des communautés de quartier. On évoque souvent les aînés qui n’arrivent plus à maîtriser les petits, mais les quartiers les plus pauvres sont devenus des sas. Là où des familles s’implantaient durablement, un turnover a pris le pas. Des « entrants » (des primo arrivants de diverses origines et en grande difficulté) prennent la place de « sortants » (les habitants les plus dotés en capital économique et culturel). Et les mouvements sont beaucoup plus nombreux. Construire une communauté capable de réagir collectivement à des problèmes du quotidien est de plus en plus ardu : on ne connaît plus forcément son voisin.

Quid de l’action des pouvoirs publics ?
L’Etat et les collectivités mettent des moyens pour créer du lien social. Si des professionnels sont payés pour rassembler les gens, c’est que le problème est profond. Que ce soit le contrôle social, religieux ou institutionnel, tout cela reste modeste et limité car confronté à la puissance de la société de consommation, à la compétition capitaliste et à l’individualisme qui en découle. Les conditions sont réunies pour perpétuer les frustrations, desquelles naissent la violence et les trafics, diffusés par cette culture « gangsta » importée des ghettos américains.

Dans le discours des éducateurs au contact des bandes, on retrouve souvent la problématique de l’effacement du père, absent ou en retrait…
Les garçons restent désormais plus longtemps dans le foyer familial. On a, d’une part, le père, autorité virile, et dans certains cas, un ou des jeunes hommes au chômage, en construction et en recherche de virilité. Personne n’a vraiment envie d’entrer en conflit, alors tout ce monde passe son temps à s’éviter. La communication est minimale. D’un point de vue purement économique, le chômage du père contribue à affaiblir son autorité. Et puis, d’autre part, il y a les épreuves de l’immigration, la violence du déracinement, la barrière de la langue, le sentiment d’illégitimité, avec certains pères qui ne peuvent jouer leur rôle traditionnel de chef de famille dans les relations aux institutions par exemple. Ils sont alors remplacés par leurs fils ou leurs filles aînés

Le terme « parents démissionnaires » vous semble-t-il pertinent ?
Ce terme est problématique car définitif. Cela signifierait qu’ils n’ont été que ça et donc qu’ils n’ont rien réussi et rien tenté. Il élude des problématiques complexes : des parents n’arrivent plus à adapter leurs repères éducatifs d’antan - à la dure - au contexte actuel. Et quand bien même il existerait des parents « démissionnaires » - qui n’assument pas leurs responsabilités - la question prime sur la terminologie. A savoir : pourquoi ont-ils démissionné ?

La clé ne réside-t-elle pas tout simplement dans une lutte totale contre la précarité ?
La pauvreté sera toujours un terreau propice pour la violence. Néanmoins, cette assertion est contestable. Tous les gamins issus de familles en grande précarité ne se battent pas. Sinon, ce ne serait pas quelques dizaines ou centaines mais des milliers de jeunes concernés dans chaque ville - quand on parle de bandes, gardons à l’esprit que nous évoquons des minorités, environ 10 % des jeunes de sexe masculin d’un quartier. D’ailleurs, des parents s’en offusquent : en dépit de leurs difficultés, leurs enfants se tiennent loin des bandes. Les rixes sont le résultat d’une somme de facteurs, qui balayent un spectre allant de l’économie à la culture, en passant par le rôle des familles elles-mêmes et les solidarités de voisinage entre adultes. En isoler un pour l’instrumentaliser à dessein n’a pas de sens.

(1) le Capital guerrier : solidarité et concurrence entre jeunes de cité, Armand Colin, 2006 ; Jeunes dangereux, jeunes en danger : comprendre les violences « urbaines », éd. Dilecta, 2006 ; Pirate du bitume (roman), éd. Petra, 2015.

Ramsès Kefi

Voir en ligne : Article Libération, Ramsès Kefi — 28 octobre 2018 à 18:56

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves