Tous à l’usine, tous aux urnes !

, par  Pierre-Alain , popularité : 21%

La victoire des Véninov est un évènement national pourtant moins médiatisé que beaucoup d’autres situations d’usines menacées. Si on peut se réjouir de la pression apportée par le nouveau gouvernement pour obtenir un sursis pour les FRALIB, en obligeant le géant UNILEVER a revenir à la table des négociations, il faut rappeler que ce sursis s’appuie bien entendu sur la lutte exceptionnelle des FRALIB et la force de leur projet de reprise, et la décision qui a fait sauter de joie les Veninov en Avril, était aussi le résultat de toutes les actions menées par les salariés et le comité de lutte, animé notamment par le député sortant André Gerin, et sa suppléante candidate Michèle Picard.

Nous serons nombreux à faire la fête avec eux :

Vendredi 1er Juin à 19h
Tous à l’usine !
pour fêter la victoire
avec musiques et barbecue...

Il y a eu tellement de sites industriels sacrifiés malgré les luttes des salariés, de ceux qui ne se contentent pas de "bruler des palettes", comme le disait avec un brin de condescendance le directeur de l’usine Bosch, mais défendent leur site contre des patrons voyous, des fonds de pensions spéculateurs et tricheurs ! La victoire des Veninov et le redémarrage prochain du site est un évènement, et o ne peut qu’espérer que les médias seront aussi nombreux à se faire l’écho de la fête qu’ils sont nombreux à nous parler de la crise et des "efforts" inéluctables qui vont nous être demandés !

Faut-il séparer cette fête de la victoire du contexte électoral ?

S’il ne faut pas mélanger bien entendu, et si d’autres élus et forces politiques, des services de l’état, la communauté urbaine et la région, ont joué un rôle important dans cette reprise, il faut bien dire que tout ce travail n’a été possible que par la décision têtue et tenace du député sortant et de sa suppléante et maire de se mettre à disposition des salariés pour surmonter les difficultés et "tenir" aussi longtemps dans une occupation que beaucoup considéraient comme sans issues !

Oui, s’il n’y avait pas eu un député communiste, un maire communiste, autant comme force symbolique que comme outil d’aide à l’organisation, aux contacts, à l’animation du comité de soutien, les Veninov n’auraient sans doute pas tenu un an, et les conditions de cette reprise n’auraient pas été réunies

Or, l’élection du 10 Juin va décider de garder ou non un député communiste, et un peu comme pour Véninov, un observateur extérieur pourrait se dire : c’est peu probable. Cumuler un changement de candidat, un redécoupage et une législative dans la vague présidentielle... tout pourrait pousser à prévoir un député socialiste de plus... A vrai dire, on ne sait pas trop ce qu’il apporterait d’originalité dans la prochaine assemblée nationale qui sera bien sûr de gauche, mais on est sûr d’une chose, il manquerait alors un député de combat avec les salariés, capable de relever des défis comme celui de refuser la fermeture d’une usine [1]

Alors comme pour Veninov, la 14eme circonscription peut surprendre, des milliers d’électeurs de gauche, notamment ceux qui espèrent que François Hollande fera mieux que Lionel Jospin, peuvent élire Michèle Picard pour continuer l’histoire belle et rebelle de la circonscription...

[1beaucoup de salariés se rappellent la déclaration de Lionel Jospin premier ministre socialiste réagissant à la fermeture d’une usine Renault "l’état de peut pas tout" !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation