Usine à gaz ? De qui se moque Yves BLein ?

, par  Pierre-Alain , popularité : 19%

On sait que le syndicat des Grandes Terres, qui réunissait les communes de Feyzin, Corbas et Vénissieux avait réalisé en près de 15 ans un petit miracle, concilier espace agricole, espace naturel et espace pédagogique aux portes Sud de l’agglomération,à quelques pas des Minguettes, pour en faire un espace de biodiversité au service de tous ses usagers, paysans, promeneurs, naturalistes, chasseurs, riverains...

La décision brutale du préfet en Janvier avait tout mis en cause et le minimum a été rétabli avec une gestion minimale par Feyzin en attendant une nouvelle organisation. Mais il est clair que les 30 000€ prévus ne permettront pas de reprendre toutes les missions que le syndicat réalisait avec un budget de 150 000€. Si l’entretien des chemins et des haies, comme la gestion des poubelles sera sans doute assuré, les animations pédagogiques, comme l’expérience en cours du "BRF" [1] avec les agriculteurs restent mis en cause (entre autres !).

Dans ces conditions, la déclaration du maire de Feyzin dans le Progrès du 19 Mai est une provocation irresponsable et qui ne peut qu’inquiéter les amoureux de cet espace.

Il justifie la décision du préfet en affirmant

« La loi relative à la réforme des collectivités territoriales vise à réaliser des économies d’échelle en supprimant ces structures intercommunales, qui sont souvent de coûteuses usines à gaz, induisant des indemnités, des frais généraux, etc. »

C’est insultant pour tous ceux qui ont fait vivre le syndicat pendant 15 ans et qui n’ont pas construit une usine à gaz, au contraire, mais un outil transparent, réactif et très simple qui permettait à des élus de trois communes avec tous les acteurs des grandes terres de mieux comprendre les actions à faire vivre pour améliorer l’espace

C’est une déclaration qui se moque de la réalité du travail réalisé, piloté pendant de nombreuses années pourtant par une adjointe de Mr Blein, Bernadette Pomarès.

C’est un mensonge éhonté pour celui qui défend cette véritable usine à gaz de la métropole, dont personne ne sait bien encore comment elle va s’organiser. Ce "machin" comme aurait dit De Gaulle, est tellement simple qu’il ne sait pas comment gérer cet espace et se repose pour cela sur les communes, tout en ayant laissé détruire l’outil intercommunal qui portait cette belle réussite publique !

La vérité est que le syndicat intercommunal était un outil parfaitement adapté à une gestion de proximité, peu couteux et en relation directe avec tous les acteurs des Grandes terres, tout en portant de manière exemplaire les objectifs du projet nature du GrandLyon. Mr Blein a-t-il comparé le rapport entre coûts de gestion et dépenses de missions entre la légère structure du syndicat intercommunal et la lourde et complexe structure de la métropole ?

Et ceux qui proposeront de revenir à la situation avant la création du syndicat avec des conventions entre communes doivent se rappeler que tous ceux qui les géraient disaient que c’étaient des procédures lourdes, contraignantes et beaucoup moins réactive que ce qu’a permis le syndicat.

Non, le dogmatisme idéologique n’est pas de mise dans cette affaire très concrète, et il est inutile de chercher à justifier à toute occasion le choix de la métropole, chacun pourra s’en faire son idée au fil de ses décisions. Il faut par contre travailler pour retrouver au plus vite une organisation de proximité associant les trois communes pour poursuivre la belle aventure des Grandes Terres.

Voir en ligne : pour ne pas oublier tout ce que faisait le syndicat intercommunal...

[1une technique agricole qui économise l’eau en assurant un "paillage" des sols avec des broyages de bois

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation