tarif électricité, pourquoi la hausse ? réaction à un article des échos...

, par  Pierre-Alain , popularité : 45%

Le journal "les échos" est peu susceptible de sympathie pour le service public et les idées de gauche en général. C’est le journal de l’économie, et c’est en quelque sorte les décideurs économiques qui parlent aux décideurs économiques.

Dans son numéro du 12/12, il confirme sans équivoque ce que j’ai repris à plusieurs reprises pour répondre au discours sur la hausse nécessaire des prix de l’énergie et notamment de l’électricité. Si les tarifs de l’électricité sont à la hausse, c’est d’abord pour aider les acteurs privés à entrer sur ce marché qui n’est plus un service public.

Un article titré "Après les augmentations de 5 % en 2013 et 2014, l’exécutif table
sur des hausses de 2 % à 3 % à partir de 2015."
, le journal comment ainsi l’annonce du gouvernement.

Il entendait ainsi rompre avec la politisation des prix de l’énergie, qui avait conduit à
annoncer des hausses limitées (voire des gels) ne couvrant pas les coûts d’EDF et ne permettant pas à la concurrence de gagner du terrain sur le fournisseur historique.

Vous avez bien lu "ne permettant pas à la concurrence de gagner du terrain sur le fournisseur historique"

Et la question de la réalité des coûts pour EDF ne peut qu’interroger sur les résultats de 10 ans de privatisation imposée. L’article précise bien d’ailleurs que c’est une question politique dans laquelle l’état doit arbitrer entre les coûts de production et le pouvoir d’achat !

« est-ce qu’EDF est
capable d’encaisser une hausse plus
faible de l’électricité, qu’est-ce que ça
donne au niveau du pouvoir d’achat
des ménages... »

Mais pourquoi EDF qui a été pendant 50 ans la vache à lait apportant d’énormes bénéfices à l’état propriétaire, tout en investissement pour un système de production et distribution d’électricité le moins cher, le plus efficace et le moins carboné du monde, serait, une fois devenu entreprise privée, incapable de concilier le développement et le service public pour tous ?

Il est vrai que l’article ajoute :

... un consensus
européen se dessine pour soutenir
ces prix de marché, dont la faiblesse
menace la rentabilité des grands
groupes du secteur de l’énergie.

La réponse est sans doute dans ce consensus ! En quelque sorte, on ne peut avoir comme objectif le service public et la rentabilité des grands groupes...

Et si le gouvernement annonce des augmentations plus faibles, ca ne change rien au fonds que les tarifs doivent encore augmenter

Sur le fond, la modération annoncée de la hausse ne diffère pas réellement
des prévisions déjà établies
par la Commission de régulation de
l’énergie(CRE). Il y a un an, le régulateur
tablait sur une hausse de près
de 30 % du tarif bleu, destiné aux
29 millions de sites résidentiels
entre fin 2012 et fin 2017.

Bref, nous avons bien compris, il faut que les prix augmentent, et il le faut pour assurer la rentabilité des grandes groupes privés.

Sans compter que l’article se conclue par cette remarque

Et le gouvernement
n’évoque pas la hausse des taxes sur
l’électricité, qui devraient continuer
à progresser en parallèle du tarif
réglementé(+ 2,3% pour la CSPE au
1er janvier).

Oui, il faut de toute urgence revenir au service public !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation