Quartier du centre

un cimetière chargé d’histoire... Visite du 5 Juin 2009

, par  Pierre-Alain , popularité : 8%

Cette visite est un peu particulière. Elle est organisée avec l’association Veniciacum qui fait vivre l’histoire ancienne de Vénissieux et son président, Gérard Petit, qui accumule des connaissances étonnantes sur notre ville.

On dit que tout le monde connait Vénissieux pour ses étés chaud, pour l’image d’une ville de banlieue et de ses difficultés et pas pour ses réussites, pour la solidarité et l’action collective qui en font la force... Cette visite complète aussi la réalité de Vénissieux en soulignant sa longue histoire, à travers son cimetière dont les spécialistes parlent sur tout la terre...

D’abord une vue depuis la rue qui donne une nouvelle perspective de Vénissieux, moins connue, mais qui confirme encore la richesse urbaine d’une ville qui mêle son village, et ses quartiers dont la ZUP dans un espace urbain le plus souvent très arboré...
JPEG

Cela permet aussi de noter des points à transmettre au Grand Lyon (des débris de verre sur le trottoir devant l’entrée qui n’ont pas été nettoyés depuis des semaines), et à la commune (des Tags sur les murs du cimetière..)

Et puis la visite...

Bien sûr, il y a trop de dates, de noms, d’évènements qui ont été évoqués dans la visite pour en faire état... Mais l’association fera peut-être un jour un site internet ? Et pour ceux qui veulent en savoir plus, elle organise de nombreuses visites...

Mais quelques impressions et quelques sujets qui pourraient faire l’objet de discussions...

JPEG

Comme le dira plusieurs fois Gérard Petit, on peut déjà se féliciter de l’engagement de la ville pour ce cimetière. Les concessions perpétuelles qui reviennent dans le domaine public (quand les familles ne s’en occupent plus) ne disparaissent pas totalement comme dans beaucoup de communes, mais les restes sont repris dans des parties communes avec une plaque individualisée permettant de retrouver le numéro de concession, et de garder le nom du propriétaire.

JPEG

Des artistes connus ont leur tombe dans ce cimetière. Ici un peintre dont je n’ai pas noté le nom...
JPEG

Et un des anciens animateurs de l’association, passionné de cadrans solaires et connu internationalement, entre autres pour sa tombe plus qu’originale, un cadran solaire avec d’un coté le ciel du jour de sa naissance à Vénissieux, et de l’autre le ciel de son lieu de naissance à la même date... et sur la tombe, un trait marque le trajet de l’ombre que fait une flamme posée sur la plaque à une date précise...
JPEG

Et puis il y a toutes ces tombes anciennes en pierre, toutes différentes, parfois massives et très impressionnantes, parfois regroupées par famille... Il est clair que ce cimetière n’est pas seulement le cimetière d’un petit village, mais qu’il a une histoire riche de grandes familles dont des familles lyonnaises qui choisissaient ce cimetière, moins cher que ceux de la croix-rousse et du centre... et objet de ballades plus conviviales le dimanche...

On y trouve ainsi des noms très connus de bienfaiteurs des hospices civils de Lyon. Malheureusement, elles sont peu (pas) entretenues par les HCL malgré les demandes de l’association.

Par contre, les tombes de bienfaiteurs connus de la commune, comme la famille Sandier dont la propriété en centre ville est devenue le parc Dupic, où de nombreux anciens maires de la commune. Toutes ces tombes sont entretenues par la mairie.

Et puis bien sûr les tombes des rosiéristes de Vénissieux, Pernet-Duchet, Schwartz...
JPEG

Pour leur mémoire, la ville a réalisé trois carrés avec des roses typiques de ces créateurs. Chaque année, on enrichit de nouveaux pieds de roses qui font vivre ainsi un héritage rosier connu internationalement.

JPEG

Il y a bien sûr aussi le monument pour la mémoire de la première guerre mondiale devant lequel se font les cérémonies du 11 novembre. La ville a fait réparer il y a quelques années la colonne en essayant de respecter le style d’époque.

JPEG

Quel avenir pour le cimetière ?

J’ai oublié des dizaines de choses, et je ne peux faire de commentaire précis sur de nombreuses photos ci-dessous. Mais je retiens une chose importante et qui concerne la commune.

Il faut en quelque sorte une "politique" du cimetière, et pour cela, il faut répondre à plusieurs questions
- Que faire des concessions "perpétuelles" qui ne sont plus entretenues ? La loi permet de les récupérer pour offrir de nouveaux emplacements. Mais quand elle porte un monument historique, parfois une véritable oeuvre d’art.. faut-il la laisser détruire pour une tombe banale ?
- Que faire des emplacements que les hospices civils n’entretiennent plus ? Ne peut-on intervenir pour obtenir un suivi ? Ou une convention avec la ville pour préserver ce coin d’histoire ?
- On ne peut pas transformer le cimetière en musée. Comme le chante Brassens, il faut "faire la place aux jeunes, en quelque sorte...". Mais comment préserver le charme et le style existant ? Certaines communes imposent comme contrainte en revendant un emplacement libéré, de rénover le monument existant dans son style... C’est une idée à étudier..
- peut-on trouver des carrés "à protéger" et laisser le temps renouveler les autres ? Comment se mettre d’accord ?

Il y a bien sûr d’autres questions qui ont été notées.. Le lierre qui se répand, des rosiers qui ne se semblent pas en forme... Mais le contact est pris et le lieu est mieux connu.. C’est une première étape avant d’autres visites...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves