Oui, des conseils de quartier utiles !

, par  Pierre-Alain , popularité : 26%

L’opposition municipale et le Progrès semblent en pleine entente dans la critique des assemblées générales des conseils de quartier. Ce n’est pas étonnant de la part de l’opposition UMP qui considère par principe que la démocratie participative est un coût, et que la démocratie tout court doit être sous contrôle quand les intérêts supérieurs l’exigent. Que les Français votent à 55% contre le traité constitutionnel européen conduit la droite à le faire passer malgré tout au congrès [1].

Vous me direz, oui mais localement, le leader de l’UMP, Mr Girard, reproche au contraire à la ville de ne pas assez informer et consulter les Vénissians !

Certes, c’est ce qu’il dit dans la presse, et il est vrai que les commentaires les plus fréquents du Progrès vont le plus souvent dans son sens en présentant les conseils de quartier comme des outils sans succès et dominés par les élus et techniciens de la ville. Chacun peut imaginer ce que la droite ferait si elle le pouvait, il suffit d’aller voir là ou elle dirige les mairies ! D’ailleurs son style "Détective" est assez illustratif avec son blog où elle dénonce les habitants candidats comme délégués qui sont en plus agent de la ville... Il est vrai que Mr Girard aime bien citer les syndicats municipaux pour surfer sur les sujets qui fâchent, mais voudraient bien que les agents se taisent dans une conception toute militaire du statut de la fonction publique !

D’ailleurs, s’il croyait réellement qu’il ferait mieux avec les conseils de quartier, il suffirait qu’il mobilise les Vénissians qu’il connait pour y participer, devenir délégué de quartier, interpeller la ville sur toutes les questions, et donc la bousculer en obligeant à informer, ouvrir les dossiers puisqu’il parait qu’elle les cache !

Curieusement, il n’en fait rien, et n’a d’ailleurs participé à aucune assemblée générale de conseil de quartier, comme ses colistiers d’ailleurs, même Mme Lyons qui avait pourtant participé aux groupes de travail du conseil citoyen du développement humain durable et qui en a d’ailleurs plutôt dit du bien... Aurait-elle eu une consigne de ne pas participer cette fois ?

En tout cas, comme adjoint au cadre de vie, je participe sauf exception à toutes les assemblées, et comme tout ceux qui y participent, je constate au contraire qu’aucune question n’est évincée, même les questions qui font réagir, voire qui fâchent !

La semaine dernière, c’était le cas à Pasteur-Monnery où plusieurs locataires de la SACOVIV étaient venus protester contre le manque de chauffage. Le Progrès, sous un titre provocateur, a fait état des éléments de la discussion. S’il faut évidemment défendre le droit au chauffage de chaque locataire, il est aussi normal que le bailleur soit attentif à la consommation, donc à la facture. Comme annoncé dans la réunion, nous allons organiser une rencontre sur place pour voir comment partager avec les habitants le "bon compromis" entre chauffer trop et ne pas chauffer assez. Il peut y avoir des problèmes techniques, mais il peut aussi tout simplement exister un problème de ressenti suite à de nouveaux réglages, et il faut que les locataires ensemble partagent la meilleure décision, sachant que monter la température de 1°C fait monter la facture de 7% !

C’était ensuite le cas à Max Barel ou la question des camions était comme chaque année dans la discussion. Mais cette année, un espoir important avec le déblocage du dossier "Capstown" qui va enfin transformer l’ancien centre de groupage pour le sortir définitivement de la logistique de transport route-route et donc des semi-remorques... Il reste à obtenir enfin l’entrée Sud du centre de la SNCF [2] par la rue du Beaujolais, pour libérer totalement l’impasse d’Auvergne et le carrefour Allende-Charbonnier de tout semi-remorque.

Comme le dira la représentante de la CNL que Mr Girard aime bien citer comme si il était son soutien, [3], sur tous les sujets abordés, ce qui est le plus important, c’est le nombre d’habitants qui "mouillent la chemise" pour se mobiliser. C’est ce que je reprendrais en conclusion pour appeler les habitants au contraire à être plus nombreux dans les assemblées, à voter pour leur délégué, à participer aux permanences, aux visites...

Et c’était le jeudi le tour de Parilly, avec de nombreuses questions sur les Roms restant et ceux qui ont occupés le centre social de Parilly. Mr Girard aurait du être là pour voir des élus qui non seulement s’expliquent sans fard sur un sujet qui divise les Vénissians, entre ceux qui défendent leur cadre de vie sans hésiter à demander l’expulsion la plus rapide possible de tout squatt et ceux qui défendent le soutien à des familles et des enfants dans la détresse au nom de l’humanisme, voire de la solidarité.

Non seulement les adjoints présents s’expliquent, mais Edit Chagnard demandera même à Henri Thivillier de donner plus d’informations sur un dossier important pour le quartier, l’installation d’un centre d’hébergement d’urgence à coté d’Emmaus, dans le cadre du plan Grand Froid du préfet.

Il est vrai que la ville de Vénissieux est la seule de l’agglomération à avoir répondu positivement au préfet pour ce plan froid. Les amis de Mr Girard qui refusent souvent tout logement social, et qui bien sûr, ne veulent pas entendre parler de logement d’urgence pour SDF doivent en rigoler encore !

Ce ne sont que quelques exemples, mais l’état d’esprit est bien là, ces assemblées sont bien des lieux citoyens ou tous les habitants peuvent venir, ou tous les dossiers sont ouverts, ou de nombreux adjoints aux maires sont présents, disponibles pour écouter, informer, expliquer et sentir ce qui doit être éventuellement adapté ou modifié dans un dossier.

J’ai fait l’expérience par exemple du dossier de l’antenne relais de Parilly, sujet pour lequel des oppositions irréductibles peuvent exister. Je ne crois pas que les riverains opposés à l’installation de l’antenne ont changé d’avis après les diverses réunions, mais j’espère qu’ils sont mieux informés, qu’ils ont compris ce que fait la ville pour les défendre sur un dossier où elle ne décide pas, et qui ne relève même pas de sa compétence, mais où elle met en place des outils de transparence, de suivi en relation avec les riverains. Contrairement a ce que dit Mr Girard, non seulement, nous ne cachons rien de ce dossier, mais nous essayons au contraire d’aider chaque habitant à s’approprier des dossiers malgré leur technicité.

Reste la participation aux assemblées qui est effectivement plus faible que l’an dernier. Il est vrai qu’en 2010, c’étaient les premières assemblées avec Michèle Picard, et peut-être que certains étaient venu la découvrir ce qui fait qu’elles avaient battu des records de participation.

De plus, la période est difficile, et le repli sur soi domine souvent face à l’impression que la grande crise est devant nous avec son cortège de restructurations, de pauvreté, de violence aussi... et on constate un peu partout que cela pèse sur les mobilisations citoyennes en France [4]

Mais ce que j’ai personnellement noté, c’est que de nombreux habitants qui étaient venus sur des dossier conflictuels l’an dernier n’ont pas éprouvé le besoin de venir car un travail précis et concret est en cours avec la ville. Par exemple, l’an dernier à Gabriel Péri, des dizaines de riverains des rues Legodec et des Minguettes étaient présents pour protester contre le report des travaux d’enfouissement, et des dizaines d’autres étaient présents à cause du squatt de la rue de la république. Cette année, le premier dossier est en plein travail, et deux jours avant l’assemblée du conseil de quartier, 40 riverains étaient présents à une réunion avec le président du conseil de quartier pour suivre ce dossier...

Je constate que le nombre de visites de quartier, de rencontres sur un sujet précis avec 10, 20 ou 50 habitants, des élus et adjoints, se sont multipliées depuis 2008. Pour ma part, j’en suis à 105 visites du vendredi et 85 rencontres dont j’ai pu faire un compte-rendu... [5]

C’est pourquoi je relance souvent mes voisins et connaissances de tous les quartiers. Vous avez raison de venir quand vous êtes en colère, quand un dossier n’avance pas ou a été oublié... Mais venez aussi quand des choses positives se passent, quand un travail utile se fait avec les services municipaux... Car c’est aussi avec les réussites qu’on peut faire progresser nos conseils de quartiers !

Et sollicitez vos voisins pour participer à l’élection des délégués ! La formule est cette année plus souple, mais encore une fois, il faut s’en servir !

[1malheureusement avec l’aide des parlementaires socialistes

[2enfin, de la filiale dont on ne sait plus le nom tellement elle en change souvent, comme le dira un cheminot catastrophé par les restructurations accélérées de ce qui était un service public !

[3lui qui vote avec Sarkozy pour supprimer l’agrément en justice de cette association !

[4j’espère d’ailleurs que nous allons renverser les choses et prendre la rue massivement comme les Grecs pour bousculer cette domination de l’argent-roi !

[5certes souvent moins médiatisées que les quelques opérations de l’UMP local

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation