Oui, des syndicats intercommunaux utiles aux habitants !

, par  Pierre-Alain , popularité : 23%

Lors du conseil municipal du 13 Avril, Mr Dureau (PS) a demandé un bilan des syndicats intercommunaux qui seraient selon lui "anachroniques". Bien que plusieurs des anciens élus socialistes ont joué un rôle important dans ces syndicats, Il ne s’est pas renseigné un minimum avant de porter un jugement définitif contre ces syndicats.

Il me parait donc utile de rappeler quelques informations.

Il s’est appuyé sur un fait malheureusement bien réel. La loi Hollande créant les métropoles a durci la loi Sarkozy de 2010 visant à supprimer tous les syndicats intercommunaux. Sur ce sujet comme sur tant d’autres, le gouvernement Hollande va plus loin que le gouvernement précédent... et dans le même sens !

Mais pour justifier ce soutien aux politiques successives des gouvernements de droite et de gauche, Mr Dureau veut faire croire que tous ces syndicats sont une gabegie, et qu’ils auraient chacun "une administration pour faire les paies et exécuter les budgets"... ce qui est évidemment faux. Les "petits" syndicats sont gérés par un agent d’une ville, Vénissieux pour le SIVAL, Feyzin pour les Grandes Terres... Et pour les autres, il faut quand même se renseigner un tout petit peu avant de faire ainsi polémique, sans souci du respect des agents de ces syndicats...

Chacun connait le CNI, institution historique de Vénissieux qui voyait chaque année des dizaines de milliers d’usagers plongé dans les petits et grands bains, et qu’un incendie criminel a stoppé jusqu’à se prochaine réouverture... visiblement, Mr Dureau n’a pas idée des taches techniques que demande un tel équipement... et ne sait pas que la métropole n’a pas la compétence pour s’occuper des piscines (d’ailleurs le président du Grand Lyon a toujours refusé de s’en occuper face aux nombreuses demandes des maires de l’Ouest...) et par conséquent que ni la ville de Lyon, ni la ville de St-fons, n’imaginent un seul instant se passer de ce syndicat intercommunal.

Le SITIV, c’est 8 communes et 3M€ de budget annuel sur une compétence stratégique garantissant la sécurité, l’accessibilité et la performance des systèmes numériques des villes. Il est tellement anachronique que deux villes ont décidé en 2012 de le rejoindre, ce qui a été effectif au 1/1/2014. Et toutes les villes font face aux risques des attaques sur leurs systèmes informatiques, aux défis des nouveaux usages numériques dans la relation citoyen... bref, ce n’est vraiment pas là que le travail manque !

Le SIGERLY, encore mieux, regroupe 56 communes sur un territoire plus vaste que la métropole ! Avec 46 agents pour un budget de 80M€, il gère des dizaines de kilomètres de concession de réseau électrique et gaz à suivre et contrôler, des kilomètres de travaux d’enfouissement, des milliers de points d’’éclairage public dans certaines communes, et ds centaines d’actions de maitrise de l’énergie...

Alors, on peut être pour la loi métropole, cela n’empêche pas d’être responsable quand on intervient publiquement. Car non seulement la création de la métropole n’apporte aucune économie par rapport aux syndicats intercommunaux, mais elle représente pour l’instant une perturbation importante qui fait se multiplier les réunions et au final, les conventions par lesquelles la métropole demande aux communes de s’occuper de ce qu’elle ne veut pas faire... Et parfois, tout ce grand chambardement se fait au détriment des missions de service public. Bref, on travaille plus, on dépense autant, et on en fait moins pour les citoyens !

C’est clairement le cas pour le syndicat des Grandes Terres que le préfet a dissous en Janvier au prétexte que c’était la métropole qui devait s’en occuper, métropole qui ne sait pas le faire et annonçait dans une réunion en février qu’elles demandaient aux communes de s’en occuper... Résultat, les chemins ne sont plus nettoyés, les haies ne sont plus entretenues, et l’énorme travail pédagogique qui se réalisait sur cet espace est pour l’instant supprimé. Est—ce là ce genre d’économie dont parle Mr Dureau ?

Ce qui est sûr, c’est que si on compare entre ces syndicats intercommunaux et la métropole, les coûts de structure administrative par rapport aux dépenses utiles... il n’y a pas photo ! Les syndicats intercommunaux consacrent le plus gros de leur budget aux actions utiles aux habitants ... et leur organisation est beaucoup plus légère et flexible que celle de la métropole !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves