Conseil municipal du 20 Juin 2011

Projet COLEOP’TERRE : Le recyclage des lampes... Un enjeu du développement inégal du monde...

, par  Pierre-Alain , popularité : 23%

Cette délibération porte sur l’autorisation donnée à la société Rhodia d’exploiter une nouvelle installation de recyclage des lampes à économies d’énergies traitant les poudres de luminophores afin d’en extraire des terres rares. Elle a bien sûr une dimension locale sur les conséquences éventuelles sur l’environnement, mais aussi mondiale sur la production et l’utilisation de ces terres rares.

On ne peut que se féliciter d’un recyclage plus complet des lampes. Les 1500 tonnes de poudres récupérées dans les lampes étaient mis en décharge. Ils seront traités par cette installation pour en récupérer jusqu’à 450 tonnes de terres rares, et il ne restera que 250 tonnes de déchets à enfouir, soit 6 fois moins. Il est aussi prévu la création de 25 emplois à terme. Bien évidemment, nous donnons un avis positif sous réserve de l’avis du CHSCT [1] et de la commune de St-Fons.

Une remarque sur ces "terres rares". Leur nom commun vient du XIXième siècle où on les a découvert dans des minerais rares à l’époque, mais ce sont des métaux présents massivement dans l’écorce terrestre, de manière diffuse ce qui rend leur production difficile. De fait, les réserves sont inégalement réparties, 50% en Chine. Comme plusieurs de ces métaux sont stratégiques pour des activités sensibles liées à l’électronique, y compris militaires, les chiffres de production des pays occidentaux ne sont pas diffusés. on sait que les USA conservent des réserves stratégiques non exploitées. De fait la chine produisait en 2009 97% de ces métaux, et compte tenu de son propre développement, a décidé d’en réduire l’exportation malgré les menaces des USA. La question d’une gestion durable de ces matériaux est importante pour tout le monde et le recyclage est un enjeu plutôt que de choisir la concurrence libre et non faussée qui nous prépare les guerres de demain pour les ressources limitées.

Une dernière remarque, ce sont souvent des technologies dites vertes qui utilisent ces métaux, comme le néodyme indispensables aux aimants qui équipent éoliennes ou voitures électriques. De fait, il n’y a pas de technologies propres ou vertueuses par nature, et on découvre souvent après coup les contraintes et conséquences sur l’environnement dont il faut tenir compte. C’est pour cela qu’on ne peut concevoir l’avenir de nos sociétés sans un développement scientifique et technique continue, en interaction avec une industrie forte et ouverte à la maitrise citoyenne.

[1nous apprenons au conseil que des élus du CHSCT se sont abstenus car ils n’avaient pas obtenus de réponse sur des risques concernant la santé, nous suivrons avec attention leur avis quand il nous parviendra

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves