5eme semaine de la propreté 2013

Georges Lévy, Léo Lagrange, Gabriel Péri, Joliot-Curie, Velins...

, par  Pierre-Alain , popularité : 32%

Pas de chance, la météo était formelle, et elle ne s’est pas trompée... l’après-midi du mardi 28, Vénissieux, comme toute l’agglomération d’ailleurs, était sous une pluie battante, et le concert de Moussier Tombola attendu par beaucoup d’ados et de familles a du être annulé. Cette pluie qui va se poursuivre toute la semaine sera bien sûr un frein et un problème pour les nombreuses initiatives en extérieur, mais elle n’aura pas empêché de belles réussites

La journée aura commencé tôt avec le conseil de quartier Moulin à Vent et l’association cadre de vie qui organisaient avec les services du Grand Lyon et de la ville une rencontre sur les déjections canines. Sensibilisation des propriétaires de chien en promenade sur les trottoirs de cette avenue Georges Levy, trottoirs large en stabilisé très apprécié visiblement des chiens (ou de leurs propriétaires ?) et qui reste très difficile à nettoyer.

Une nouvelle occasion de rappeler le message simple et clair.

Le propriétaire de chiens est propriétaire des déjections de son chien !

Et aussi de confirmer à tous les présents la bonne nouvelle. La ville va procéder à des travaux d’embellissement du trottoir Nord de l’avenue, que le Grand Lyon va accompagner avec un enrobé à la place du stabilisé... Cela aura certainement un effet sur les propriétaires qui hésiteront (on l’espère) à conduire leur chien ici, et de toute façon, facilitera le travail de nettoiement...

La visite s’est poursuivi en distribuant aux commerçants des prospectus et des sacs plastiques facilitant la récupération de ces déjections. Cela a permis de revenir sur les règles de la collecte pour les commerçants, le boulanger de la rue du professeur Roux étant très mécontent de la nouvelle organisation de la collecte, passée pour ce secteur résidentiel en fréquence 3. Je lui ai rappelé le principe d’une collecte des ordures ménagères, donc qui ne concerne pas les déchets d’activité commerciale, sauf pour un volume équivalent à un ménage. Mais la situation pourrait de toute façon changé puisque le projet d’organisation d’un abri collectif pour les anciennes maisons Rhône-Poulenc coté Est de Professeur Roux, et le nombre de foyers dans le bâtiment de la boulangerie pourrait permettre de le considérer comme un point de collecte collectif, donc avec fréquence 6... Cette question est( en discussion avec le Grand Lyon... Reste de toute façon que la collecte des déchets d’activité pour les commerces reste une question. Faut-il une réponse publique ? et si oui, payée par qui ?

La semaine s’est poursuivie sur le marché du centre, avec une nouvelle sensibilisation des forains au nouveau règlement "0 déchets au sol pendant le marché ! " dont l’objectif est de faire évoluer les pratiques de travail des forains afin de réduire à la source la salissure qui coute cher à nettoyer en fin de marché... A vrai dire, pour la grande majorité des forains, le règlement est bien respecté et le marché semblait ce jour là assez propre... Il est vrai qu’il n’y avait pas de vent et que le temps mitigé en faisait une "petite journée" de marché...

JPEG

Dans l’après-midi, une découverte qui frappe avec la réalisation de fresques sur les abris poubelle de Grand Lyon Habitat sur le quartier Léo Lagrange. Subitement, le regard change sur ces lieux qu’on cherche souvent à cacher à l’arrière des batiments, ce qui a tendance à aggraver les incivilités et mauvaises pratiques...

JPEG

Mais avec cet "habillage" tout change. Et le projet est aussi original car il a été réalisé avec des jeunes suivis par les éducateurs de la sauvegarde, aidés par deux artistes de rue qui ont préparé les fresques en discutant sur la vie du quartier... on retrouve ainsi sur les fresques des tours et le château d’eau bien sûr, mais aussi une maman avec poussette, une fillette à couettes, des enfants qui jouent...

et bien sûr des sportifs !
JPEG

Il a fallu d’abord préparer les abris avec une peinture blanche,
JPEG

puis les artistes ont réalisé des esquisses à grand trait et les jeunes sont intervenus avec leur aide pour peindre à la bombe
JPEG

La réalisation des fresques était une des activités d’un ensemble d’animations qui ont réunis de très nombreux enfants, avec la réalisation d’instruments de musiques fabriqués avec des déchets (un xylophone fait avec un reste de roue de vélo avait un son incroyable...). Un symbole sur cette idée qu’un déchet peut avoir une valeur, que ce soit de détourner son usage de manière créative, de le démonter pour en remonter autre chose, de le considérer comme une matière première ou même comme une ressource combustible..
JPEG

Il y a eu ensuite l’inauguration "officielle" du compostage collectif rue Joannès Vallet par la présidente du conseil de quartier Salia Prudhomme Latour, avec la maison de l’enfance. Le composteur fourni par le service environnement est installé depuis quelques semaines et première chose positive, il est respecté et commence tout doucement à se remplir. Les enfants avaient apporté deux seaux de déchets de la cantine et un habitué du compostage avait aussi apporté un sac... Le technicien ville a pu ainsi répondre aux questions des enfants, qui parfois dépassaient largement le niveau de l’école primaire (qu’est-ce que le carbone ?). Rendez-vous a été pris à l’automne en espérant voir du compost utilisable..

Ensuite, une des initiatives fortes portées par un conseil de quartier et son président, Jean-Maurice Gautin avec l’école Gabriel Péri dont les enfants se retrouvent avec un square empli de débris de verres et de canettes que les services de la ville doivent ramasser presque quotidiennement.
JPEG
Les enfants ont donc réalisé des messages pour les usagers du square autour du thème "vos débris de verre sont dangereux"... Ces affichettes forment une banderole dont on verra si elle est "entendue"...

La journée n’était pas terminée, il y avait encore la rencontre organisée avec soin par Abdelak Fadlky, président du conseil de quartier Joliot-Curie qui avait une nouvelle fois réussi à réunir tous les acteurs, et notamment tous les commerçants du centre des Velins sur les problèmes répétés de propreté de l’arrière du centre.

IL y a 2 ans, devant l’impossibilité de gérer les bacs individuels de commerce, la ville avait proposé la réalisation d’abris contenant des bacs collectifs, abris réalisés par le gestionnaire du site. Mais ces bacs restent ouvert et se remplissent de cartons et emballages qui théoriquement ne devraient pas y être puisque ce sont des déchets d’activité. De plus, ils conduisent à des dépots autour des bacs qui sont alors pleins...

Certains commerçants proposaient de revenir aux bacs individuels, c’est à dire à la situation précédente, qui ne fonctionnaient pas. En fait, il faut être clair, c’est la responsabilité des commerçants de s’organiser pour une collecte sélective de leur déchets d’activité. Une commerçante précisait d’ailleurs que cela ne lui posait pas de problème puisqu’elle le faisait déja. Pour ceux qui génèrent de gros volumes d’emballages, la solution est simple, les stocker à part et les emporter à la déchetterie, ou payer un prestataire pour le faire. Le gérant du centre (FONCIA) a tous les éléments en main pour organiser si les commerçants le souhaitent une mutualisation de cette gestion.

De son coté, la ville va apposer un panneau rappel de l’interdiction de dépôts, et procédera prochainement à des contrôles avec sanctions.

Cet exemple est illustratif des conditions de cet effort collectif que la ville essaie de promouvoir avec la semaine de la propreté. Rencontres, sensibilisations, appropriation collective... qui nécessitent aussi des sanctions pour que ceux qui font des efforts ne se découragent pas...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves