L’évaluation de l’agenda 21.... un nouveau contrat social ?

, par  Pierre-Alain , popularité : 29%

Troisième réunion du conseil citoyen du développement humain durable dans sa nouvelle organisation ce 30 Juin 2015 en mairie. Après la présentation des enjeux de l’énergie, le thème était cette fois l’écoresponsabilité... Autrement dit, dans quelle mesure l’objectif de faire du développement humain durable un nouveau "contrat social" à Vénissieux a été atteint...

J’ai excusé de nombreux élus dont le maire qui était en plein travail avec le préfet sur une urgence apparu en pleine journée... la découverte d’une nouvelle bombe ancienne dans un chantier du centre ville, découverte qui va conduire à une journée de lundi très particulière à Vénissieux dans une large zone de "confinement" pendant les opérations de déminage...

La participation des habitants était un enjeu central dans la démarche lancée en 2009. Dans une ville marquée par les difficultés sociales de milliers d’habitants, mais aussi tout ce qui rend notre société inégale, violente, précaire... Il semble difficile de s’engager pour une démarche qui peut sembler moins urgente, moins essentielle que les questions d’emploi, de logement, de sécurité...

Au contraire, nous sommes parti de l’idée que si en plus de ces difficultés socio-économiques bien réelles, on ajoutait une ville "inhumaine et précaire" elle-même, on ne faisait qu’en foncer encore plus ceux qui souffrent socialement le plus !

Et Il ne fallait donc pas venir plaquer un discours du développement durable repris des nombreuses plaquettes publicitaires venues de Paris ou même de Lyon, de grandes entreprises, ou de forums militants mais loin de nos réalités. Il fallait que cet agenda 21 soit une démarche Vénissiane, construite avec des mots et des priorités portées par des élus, des agents, des habitants pour avoir réellement un projet d’une ville "humaine et durable".

Des témoingnages étaient organisées dans une première partie de ce conseil
- la direction générale des services. Le directeur général, Jean-Dominique Poncet était comme le maire en pleine organisation des conséquences de la nouvelle bombe découverte dans le centre ville. C’est Chantal Second, directrice du cadre de vie qui a présenté les actions conduites en mairie, vue par la direction
- un agent "référent" du développement durable, qui fait partie de ce groupe d’agents volontaires qui se réunissent deux fois par an pour animer les actions conduites dans la mairie, Clémence Beuret, agent de développement au GPV
- la conseillère qui nous accompagne dans la démarche d’évaluation "Cit’ergie", Catherine Bossis du cabinet Green Selipar.

Sur ce sujet, plusieurs participants se sont interrogés sur les raisons de cette démarche "Citergie" que seules 3 communes du Rhône suivent (Vénissieux, Lyon, et Rillieux avec le Grand Lyon), 80 au plan national... démarche qui représente une dépense et à la fin un label européen dont on ne sait pas bien a quoi il sert.

J’en ai donc profité pour dire pourquoi j’ai proposé au maire il y a 2 ans d’engager la ville dans cette démarche. Ce n’est pas le label en lui-même qui peut justifier la dépense, subventionnée à 50% par l’ADEME, mais qui représente encore 30 000€ pour la ville. C’est plutôt ce que ce regard extérieur sur la ville peut nous apporter pour mieux comprendre ce que nous faisons, ce que nous pouvons améliorer, là ou nous devrions pouvoir faire mieux... En répondant à toutes ces questions standardisées utilisées dans 500 villes européennes, les services de la ville font un travail parfois un peu rébarbatif, il faut rassembler les documents, mettre à jour certains, obtenir des précisions de partenaires... tout ça pour justifier des réponses qui vont conduire à une "note"...Mais ce travail nous est utile car il nous oblige à être plus précis, plus complet, plus argumentée... et donc il nous aide à faire avancer notre démarche. Même si à la fin, la ville n’obtient pas ce label, la démarche nous aura fait progresser... Et bien sûr, nous pensons possible d’avoir la note qui permet d’obtenir ce label... Réponse en 2016...

Ensuite, Aurélie Chamaret, du cabinet qui accompagne la ville dans cette évaluation, et Cécile Vigouroux, responsable du service environnement ont rappelé le contenu de l’Agenda 21 sur les questions de la sensibilisation autour de l’énergie.

Le travail s’est poursuivi en petit groupe autour de questions ;
- Les actions prévues dans l’Agenda 21 étaient-elles pertinentes par rapport aux ambitions de la ville ?
- Quel regard portez-vous sur la mise en œuvre des actions ?
- Ont-elles permis à la ville d’avancer par rapport à ses enjeux
- Quels seraient vos conseils / propositions pour cette thématique pour le deuxième Agenda 21 ?

Comme souvent, il a été difficile de tenir le programme chargé, et les groupes de discussion n’ont terminé que bien après 20h... la synthèse de leur avis sera fait par Aurélie Chamaret et présenté lors de la prochaine réunion.

Cette démarche d’évaluation participative se poursuivra le 8 et le 29 septembre prochain avec en conclusion un avis qui sera présenté au maire pour décider comment relancer la démarche agenda 21 dans ce mandat 2014-2020...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves