Les pigeons en ville pour une écologie urbaine...

, par  Pierre-Alain , popularité : 35%

Une nouvelle rencontre du conseil citoyen du développement urbain durable, qui répond aux questions posées dans des conseils de quartier. Cette fois, 50 personnes pour écouter trois intervenants, un médecin du service d’hygiène de la ville de Lyon, un technicien de Villeurbanne avec une expérience de pigeonniers, et un spécialiste des oiseaux de l’association CORA...

La présentation très précise des trois intervenants a provoqué une discussion animée.

Car d’abord, tout confirme qu’il y a de vrais risques sanitaires... des maladies heureusement rares, mais qui peuvent être dangereuses, liées aux fientes, aux parasites...

Et que malheureusement, il n’y a pas de solution miracle. La stérilisation peut fonctionner, mais les pigeons s’adaptent sans cesse aux mesures que l’homme peut prendre. En fait, comme le dira le médecin, s’il y a de la place pour 100 pigeons, on peut faire ce qu’on veut, stériliser les oeufs, en prélever 50, très vite, il y aura de nouveaux 100 pigeons... La nature a horreur du vide et ces petites bêtes se reproduisent tous les deux mois !

Il faut donc à la fois.. limiter les lieux de nidification possible, et donc de reproduction, et limiter la nourriture disponible...

Et cela ne concerne pas que les pigeons, car la place que prenne les pigeons concerne aussi d’autres animaux. L’enjeu est bien la régulation d’un éco-système (pigeons, étourneaux, pies, rats...), et donc la chaine alimentaire, insectes, végétations.. On s’aperçoit ainsi que la bio-diversité végétale est essentielle pour favoriser l’installation d’espèces animales diversifiées pour limiter la développement d’une seule espèce. C’est d’ailleurs ce que fait le service espaces verts de la ville ces dernières années. On peut aussi s’interroger sur le lien avec la périphérie urbaine, et comment des oiseaux se nourrissent ou non dans l’agriculture périurbaine, pour nous sur le plateau des grandes terres.

La solution au problème des pigeons appelle donc encore une fois une vraie co-responsabilité...
- des bailleurs qui doivent protéger les bâtiments, assurer un entretien correct
- des habitants qui doivent réduire le nourrissage volontaire, et surtout arrêter de jeter les déchets sur l’espace public
- des forains et commerçants (propreté des marchés, propreté autour des restaurations rapides)

De fait, les pigeons sont bien un enjeu de la propreté... car tout déchet alimentaire sur la voie publique est une source de nourriture pour les rats et pigeons...

Peut-on aller vers une "charte vénissiane contre les nuisances des pigeons", charte qui permettrait de rappeller à chacun ses droits... et devoirs !

Pour compléter, deux visites de quartier "pigeons" seront organisées, où tous les participants de la soirée seront invités sur les quartiers komarov et croizat... les deux points noirs qui ont été évoqués par des habitants ce soir.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves