Un député de gauche dans la 14ème circonscription ! Au travail ensemble !

, par  Pierre-Alain , popularité : 8%

Ce 19 juin à Vénissieux, Yves Blein a connu sa troisième défaite. Il avait été battu par Michèle Picard aux municipales à Vénissieux et aux métropolitaines dans les Portes du Sud, malgré une bataille politicienne populiste et dégradante. Il a été battu nettement aux législatives par Idir Boumertit pour la Nupes, dans un contexte national incertain.

Yves Blein avait trahi les électeurs de gauche qui l’avaient élu comme socialiste en 2012 en se présentant pour Macron en 2017. Il en paie le prix fort cette année. Il perd 2500 voix au premier tour, 3500 au second et n’est en tête qu’à Corbas et tout juste de 50 voix à Feyzin, la commune dont il était maire.

Malgré l’abstention très forte, notamment dans les quartiers populaires (80% dans des bureaux des minguettes), Idir Boumertit rassemble les voix dispersées de 2017, se qualifie nettement au 1er tour avant de battre largement Yves Blein au 2eme.

Bien sûr, beaucoup de ceux qui connaissent Michèle Picard sont déçues de son rejet par l’accord national de la nouvelle union de la gauche. D’autant que les salariés des entreprises de la circonscription, comme les Vénissians, se souviennent du député communiste André Gerin. De 1993 à 2012, il a accompagné leurs luttes. Avec sa suppléante Michèle Picard, il était dans leurs actions, face aux décideurs du patronat et de l’état, portant avec force et énergie les revendications populaires, les droits des quartiers, les droits de la jeunesse à l’assemblée.

Il a fallu expliquer les raisons de son retrait. Elle avait toutes les qualités et la légitimité pour porter la gauche encore plus haut. Mais avec les communistes, elle a décidé de ne pas céder à la division, de ne pas affaiblir la ville et sa majorité municipale. Elle a ainsi apporté une contribution essentielle à la victoire de Idir Boumertit les 12 et 19 juin.

Mais l’heure n’est pas aux regrets ou à la nostalgie. Car l’heure est grave. Si nous avons réussi à Vénissieux à éliminer le représentant de Le Pen et celui de Macron, ce n’est malheureusement pas la situation nationale. Au contraire, l’abstention bat son record avec 54% au niveau national ! Pire le RN dans la logique de son score des présidentielles obtient 89 députés, un record dans l’histoire de France.

La gauche après un mandat Macron au service des riches aurait du remonter la pente, bousculer les institutions. Elle en est loin, avec seulement un quart des députés, elle ne peut que témoigner dans l’assemblée de la nécessité d’une rupture politique. Elle doit être le relais luttes politiques et des actions citoyennes.

C’est pourquoi la mobilisation populaire est essentielle. Il nous faudra des manifestations d’ampleur, du niveau des grands mouvements sociaux du Front Populaire, des années 60 ou de l’hiver 1995. Car le "quoi qu’il en coute" de la crise sanitaire a aggravé la crise du capitalisme qui détruit le travail comme la planète. Et les banques centrales ont sifflé la fin de la récréation, il va falloir payer la dette, l’inflation va se charger de voler les richesses crées par notre travail.

C’est pourquoi il faut organiser la mobilisation, que notre député prenne toute sa place dans les batailles à venir, au service des habitants, des services publics, de la commune et de ses projets.

C’est ce que nous avions perdu depuis 2012 avec Yves Blein. Quelques soient les différences d’analyses ou de point de vue entre les forces de gauche à Vénissieux et dans la circonscription, il faut agir !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation