Groupes de travail du développement humain durable C’est parti.. premier groupe de travail ce jeudi 28 janvier

, par  Pierre-Alain , popularité : 28%

Après plusieurs mois d’état des lieux réalisé par un cabinet spécialisé, et présenté au conseil citoyen et au bureau municipal, nous avons pris deux mois pour constituer des groupes de travail représentatifs de Vénissieux, regroupant des délégués de quartier, des associations, des habitants motivés, des "experts", des élus, des agents de la ville...

4 groupes de 30 ou 31 personnes, plus un groupe de travail interne à la mairie. Cela fait donc près de 140 personnes qui vont participer à travail de diagnostic partagé pour définir les objectifs de la ville sur le développement durable

C’est un sacré défi, car nous voulons à la fois ouvrir le débat et permettre la confrontation de points de vues, mais pour construire ensemble les objectifs de la ville. Il ne s’agit donc pas de débattre pour argumenter sur les positions de chacun, mais pour trouver ce qui peut réunir la grande majorité autour d’objectifs qui devront être traduits en plan d’action, donc réaliste, tenant compte des responsabilités de la ville et de celles des autres institutions et partenaires.

Pour éclairer le contexte dans lequel nous allons organiser ces groupes de travail, quelques lignes après l’échec de Copenhague...

Vénissieux se met au travail pour relever le défi climatique

Le défi climatique révèle la profondeur de la crise qui frappe l’humanité. Beaucoup de signes nous alertent des conséquences dramatiques pour les peuples et la terre, mais le refus des dirigeants du monde de faire pour la planète et l’humanité ce qu’ils ont fait pour sauver les banques a provoqué à Copenhague une opposition frontale entre les grandes puissances et les pays émergents. Le président bolivien Evo Morales a proposé un référendum mondial sur les changements climatiques pour dire si les peuples sont d’accord pour rétablir l’harmonie avec la Nature en reconnaissant les droits de la Terre nourricière , pour changer ce modèle de surconsommation et de gaspillage qu’est le système capitaliste, pour que les pays développés réduisent et réabsorbent leurs émissions de gaz à effet de serre, pour transférer tout ce qui se dépense dans les guerres et allouer aux changements climatiques un budget supérieur à celui de la défense. Cette confrontation mondiale sur un choix de société illustre que le développement durable est une question politique difficile, et non un consensus facile pour discours publicitaire.

A Vénissieux, nous voulons ouvrir en grand ce débat en lien étroit avec l’action pour une ville cherchant l’équilibre entre la nature, le cadre de vie et l’emploi, un débat citoyen avec les habitants, les conseils de quartiers, les associations, les commerçants, les entreprises, les institutions et partenaires. C’est l’objectif du conseil citoyen et des groupes de travail qui se réuniront en 2010 pour élaborer les objectifs de la ville.

La crise a confirmé ce qu’écrivait Karl Marx, « le capital ne produit la richesse qu’en épuisant la terre et le travailleur ». C’est aussi ce que dit la déclaration de Rio qui relie développement, social et environnement. C’est pourquoi nous parlons à Vénissieux d’un développement humain durable, faisant de la réponse aux besoins sociaux le cœur des choix politiques, et donc de notre projet de ville.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves