Le numérique, le chimpanzé et la fourmi... Voeux numériques du vice-président SITIV

, par  Pierre-Alain , popularité : 16%

Les voeux sont l’occasion de prendre du recul sur l’actualité, et en complément des voeux du SITIV que présentera ce lundi la présidente Danielle Gicquel, j’ajoute quelques idées sur ce monde numérique qui dit nous vouloir tant de bien, et qui nous inquiète pourtant toujours plus...

Car si les promesses du numérique sont sans pareil, la ville intelligente, le compteur intelligent, l’arrêt de bus intelligent, le tableau intelligent... les inquiétudes de la fracture numérique sont aussi toujours plus fortes...

Lors d’une présentation récente, le directeur de Pole emploi alertait sur la situation des 8500 demandeurs inscrits dans l’accès au numérique. Un tiers (2800) ne peuvent pas donner une adresse mail à pole emploi. Et pour ceux qui ont un mail, la moitié, un autre tiers donc, n’acceptent pas la dématérialisation des documents... Ils veulent recevoir les documents en format papier... Pourtant, dans quelques mois, toutes les démarches des demandeurs devront se faire sur le web !

Les services de pole emploi font donc tout pour pousser les demandeurs à passer à cette "intelligence numérique" qui fait rêver. Mais en résumé, un tiers des demandeurs n’ont pas accès à une démarche numérique, un tiers ont accès mais n’ont pas la pratique, et un tiers seulement sont prêts au numérique.

Ces chiffres interrogent quand on sait que le gouvernement a décidé que ceux qui ne sont pas passé au "numérique" pour les déclarations d’impôts, vont être pénalisé par un supplément d’impôts !

On a connu de grands plans de l’état pour l’école numérique, le très haut débit, mais on voit bien que tout va toujours plus vite et que la dérégulation du secteur entier des télécoms et du numérique rend très difficile l’action publique. Pourquoi n’avons-nous pas un moteur de recherche nativement francophone ? pourquoi n’avons-nous pas un réseau social répondant à noter droit pour la protection des données personnelles ?

On peut citer cet enjeu dans une perspective historique. Le directeur du développement monde de google Ray Kurzweil, dans une de ses déclarations enfiévrées sur les promesses du numérique, a décrit le monde de demain dans l’opposition entre ceux qui accepteront d’être "augmenté" par le numérique, avec ceux qui refuseront ou résisteront qu’il appelle les "chimpanzés du futur".

Il devrait revoir la planète des singes et se méfier de la résistance des chimpanzés...

Mais le philosophe Bernard Stiegler décrit lui un individu connecté aux réseaux mondiaux qui, géolocalisé sur une trame, émet et reçoit des messages du ou vers le réseau de serveurs où s’enregistre la mémoire du comportement collectif, tout comme la fourmi qui secrète ses phéromones inscrit son comportement sur le territoire de la fourmilière  ».

Bref, chimpanzés ou fourmis, dans tous les cas, ce sont les citoyens qui sont perdants...

Oui, souhaitons-nous une véritable révolution numérique qui soit d’abord une révolution citoyenne... en espérant que la paix nous en laisse la possibilité...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves