Meilleurs voeux 2015 pour nos identités humaines la fable de la grenouille et le numérique...

, par  Pierre-Alain , popularité : 22%

Pour cette nouvelle année pleine de bruit et de fureur, permettez-moi de vous présenter mes vœux de président du Syndicat Intercommunal des Technologies de l’Information pour les villes, en nous invitant à réfléchir à ces identités numériques qui nous passionnent mais nous inquiètent, et à découvrir comment des poètes peuvent nous faire rêver du numérique...

Pierre-Alain Millet
Président du SITIV

pour recevoir une invitation à la présentation des voeux du SITIV le 20 janvier prochain

Qui sommes-nous dans ces réseaux numériques mondialisés qui nous révèlent et nous cachent tout autant, connectés individuellement au milieu de millions d’autres, derrière des avatars et pseudos ? Chacun multiplie les courriels, les identifiants et mots de passe sur des plateformes diverses, jusqu’à se créer des identités partielles et multiples. Un sociologue d’internet a classé ces identités numériques de réseaux sociaux selon la manière dont nous nous y inscrivons, derrière un "paravent" qui nous cache et nous permet de ne nous dévoiler qu’à certains, dans un "clair-obscur" où nous sommes visibles pour de petits réseaux de proximité, ou à l’inverse, nous révélant comme un "phare" à la recherche de la plus grande audience, un "post-it" auquel des indices donnent accès, souvent dans un cercle de relations de voisinage, ou encore derrière une "lanterne magique" qui transforme notre avatar dans un monde imaginaire.

<media2305|insert|center|taille=500>

Cette diversité des formes que prennent nos identités numériques confirme ce que disait l’écrivain Amin Maalouf dans ses identités meurtrières. Nous sommes toujours multiples, et la recherche "d’une identité" peut être terrible quand elle conduit à nier cette diversité de nos histoires.

Le numérique nous le révèle pour le meilleur comme pour le pire, quand des identités mensongères sont propulsées à la une mondiale comme cette fausse arrestation d’une fausse blogueuse syrienne qui aurait détourné un album photo de Facebook pour "s’inventer" cette fausse identité. La curiosité technique d’une amie connectée aurait localisé son ordinateur en Ecosse, mais de fausses photos de sa nouvelle "vraie" identité sont diffusées, avant même qu’un aveu vidéo ne se révèle finalement une nouvelle supercherie de cette amie connectée qui était un homme...

Et que penser quand on apprend que l’icône numérique de la révolution Egyptienne était... chef du marketing de Google pour le Moyen-Orient, arrêté au Caire, mais vivant à Dubaï avec sa femme américaine et leurs deux enfants ?

Oui, nous vivons désormais avec un numérique omniprésent. Les objets connectés seront bientôt l’espèce dominante de la planète, produisant des masses gigantesques d’informations disponibles pour connaitre comme pour surveiller. Il est urgent d’apprendre collectivement à décider ce que nous voulons faire de ce numérique, à en inventer les usages qui aideront au vivre ensemble, à l’épanouissement personnel et collectif. Il faut pour cela maitriser les compétences de ce monde numérique si séduisant pour faire sa publicité, mais si contradictoire quand il doit répondre aux questions citoyennes sur ses responsabilités.

Le service public a un rôle irremplaçable pour définir des règles, garantir les droits, protéger les personnes, éduquer et former à l’appropriation individuelle et collective. Plus le numérique se développe, plus l’humanité doit grandir pour rester elle-même.

Ce sont sans doute les poètes qui nous apporteront des réponses, ceux qui travaillent les mots comme d’autres travaillent les objets et qui peuvent nous les faire découvrir dans une interaction numérique qui revisite de vieilles connaissances, comme cette fable de La Fontaine animée et décorée par deux poètes du numérique [1].

En vous présentant mes vœux numériques de paix et d’humanité pour 2015

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation