Veninov ne lachera pas !

, par  Pierre-Alain , popularité : 31%

Une proposition d’intervention au conseil de communauté de ce 9 janvier qui a décidé une subvention pour maintenir le fonctionnement minimal de l’entreprise minimum dans la perspective de la reprise de l’activité

Depuis près de 18 mois, 88 salariés, ouvriers, techniciens, ingénieurs sont condamnés à l’inactivité par le groupe allemand ALKOR-VENILIA et ses deux actionnaires, décidés à tirer le maximum de profits et plus encore, d’une des plus vieilles usines et entreprises de la région lyonnaise, VENINOV, ex usine Maréchal, créateur de la toile cirée et surtout aujourd’hui fleuron national, leader européen et quasiment unique producteur de taille industrielle de nappages plastifiés.

Comme pour St Jean Industries, comme pour Lejaby, comme pour Arkema, comme pour de nombreuses PME-PMI locales, VENINOV est sacrifiée par les mercenaires d’un système économique qui révèle sa vraie nature, littéralement pillée puis dépecée par des faiseurs d’argent, des fonds d’investissements américains et des actionnaires européens pour qui l’entreprise, l’industrie ne sont que sources lointaines de profits spéculatifs et financiers extrêmes.

Marx avait très bien analysé ce trait majeur du capital-porteur d’intérêt, son « extériorité à la production » le conduisant à considérer que

« l’intérêt représente le fruit proprement dit du capital, la chose première, le profit d’entreprise apparaissant comme un simple accessoire et additif qui s’ajoute au cours du procès de reproduction »

.
C’est l’incroyable mensonge fondateur de ce système que les techniques financières, les nouvelles technologies, et l’affaiblissement terrible du monde du travail et de ses organisations pousse à l’extrême aujourd’hui et que certains découvrent en parlant de financiarisation.

Dans ce contexte, les discours préélectoraux de défense d’une industrie qui a été sciemment et méthodiquement détruite depuis des décennies sont surréalistes et pour tout dire indécents.

La ville de Vénissieux (VENI de VENINOV y fait référence) est depuis le début aux côtés des travailleurs de cette entreprise centenaire et soutient leurs luttes acharnées à conserver non seulement leur emploi, mais aussi leur outil de travail et leur production industrielle. le soutien politique quotidien de la municipalité s’accompagne d’aides matérielles, depuis plus d’un an, pour aider à maintenir le site dans un état opérationnel actif et propre à envisager un redémarrage immédiat. Le budget consacré est conséquent.

Aujourd’hui la communauté urbaine propose de soutenir l’espoir d’une nouvelle activité par une subvention exceptionnelle attribuée au liquidateur de VENINOV, remboursable en cas de reprise d’activités.

Si nous savons que l’essentiel pour sauver cette usine est dans la décision de justice d’exproprier le fonds de pension et dans le projet industriel que peuvent porter les salariés et qui doit être conforté par l’engagement de partenaires et notamment d’un investisseur pour relancer une production utile, nous savons qu’il faut donner du temps au site et aux salariés et cette délibération est une bonne nouvelle.

Cependant, on ne peut que constater que les politiques publiques d’agglomération n’ont pas permis à ce jour de renverser la tendance, que les pôles de compétitivité ne freinent pas les restructurations et les fermetures de sites, que les directions des grandes entreprises qui interviennent dans la région de Lyon restent soumises aux logiques de prédation économique qui alimentent une véritable oligarchie parasite. Nous devons prendre de nouvelles décisions pour préserver et reconstruire dans notre agglomération et dans la région, avec le Conseil de la Région Rhône-Alpes, les productions industrielles, les compétences, les savoirs-faire, souvent uniques et exceptionnels, singuliers, modernes et innovants qui disparaissent ou sont délocalisés, victimes des prédateurs financiers, laissant sur le carreau, sans aucune considération les salariés, leurs familles, les sous-traitants souvent et parfois jusqu’aux chefs d’entreprise eux-mêmes.

Nous proposons que des moyens légaux, une action politique affichée, des moyens budgétaires soient trouvés pour protéger les actifs matériels , immobiliers et fonciers des entreprises mises en difficulté par ces prédateurs financiers sans foi ni loi et ainsi permettre le sauvetage des emplois et des activités menacés.

Et pour reprendre le mot d’ordre des salariés de cette entreprise exemplaire,

VENINOV vivra, VENINOV ne lâchera pas

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves