rencontre publique en mairie

polluants, qualité de l’air et Carbone Savoie

, par  Pierre-Alain , popularité : 35%

Troisième rencontre thématique du conseil citoyen, sur la qualité de l’air et la place de l’industrie dans la ville, avec le projet d’investissement de l’usine Carbone Savoie.

Rencontre différente des précédentes. Plus de 80 personnes mais beaucoup des alentours de Vénissieux, notamment des cadres d’entreprises : Renault Trucks, Total, Dalkia, Rhodia... et des cadres de collectivités locales, de la ville de Lyon, de la Drire...

JPEG

Cinq intervenants se succèderont pour une soirée dense (peut-être trop ?) avec beaucoup de connaissances précises sur la pollution de l’air, les conditions de mesures, les résultats de ces mesures.

D’abord le cadre de l’enquête qualité de l’air effectuée, puis les principaux résultats de l’étude, par catégorie de polluants, sources, régions... puis les conséquences sanitaires. Surprise, finalement, la qualité de l’air est bonne sauf sur les particules fines et l’ozone. Mais elle est bonne sur les HAP qu’on craignait pourtant à Vénissieux...

Et puis la présentation du projet de l’usine Carbone Savoie par son directeur assisté d’un ingénieur. Dans l’assistance, plusieurs salariés de l’entreprise.

A l’évidence, ce projet est une très bonne nouvelle pour Vénissieux. 18 millions d’investissement d’un groupe industriel, par les temps de crise qui courent, ce n’est pas mal et ça témoigne que le site à de l’avenir. Cet investissement est destiné à répondre aux nouvelles normes environnementales qui arrivent en 2012. En 20 ans, cette industrie aura complètement changé, et on peut dire aujourd’hui que les enfants qui naitront en 2010 auront dans 20 ans un risque sanitaire normal contrairement à leurs parents qui ont vécus pendant des décennies avec des rejets massifs et sans contrôles...

La discussion témoigne des inquiétudes des habitants et du regret que ce projet ne démarre qu’en 2009 et que le délai de réalisation soit aussi long (mise en service prévue en 2013 !).

Et aussi des questions sur les risques sanitaires. Les normes sont-elles bien définies ? Comment prendre en compte les risques croisées entre plusieurs substances ?

Une soirée qui confirme une question sur ces soirées du conseil citoyen du développement humain durable. Comment travailler avec cette masse d’information et de connaissance ? Comment en tirer des actions concrètes pour la ville, pour les associations, les conseils de quartier ?

Merci en tout cas aux intervenants pour cette soirée éclairante...

vive l’industrie dans la ville !

J’ai insisté dans mon introduction et la conclusion sur l’enjeu de la place de l’industrie dans la ville.

Le marché peut se permettre de délocaliser des industries polluantes dans des pays peu développés où personne ne se préoccupera des conséquences sanitaires et environnementales ! D’autant que le coût écologique du transport est totalement minimisé par le marché.

Les gouvernements préparent une réponse par le marché à la prise en compte des coûts environnementaux avec par exemple une taxe carbone ou des certificats d’économies d’énergies qui sont considérées comme des valeurs marchandes. Les riches achètent aux pauvres le droit de polluer ! La conséquence est qu’à Wall Street, certains parlent déja de la prochaine bulle spéculative de l’environnement, encore plus énorme et dangereuse que celle de l’immobilier qui a explosé l’an dernier.

L’agglomération lyonnaise s’est développé depuis 20 ans en expulsant les usines de son centre, notamment à Lyon, et en développant de nouvelles zones industrielles comme la plaine de l’Ain. Aujourd’hui, des milliers de salariés sont contraints à des déplacements domicile travail qui ne peuvent se faire qu’en voiture, donc couteux et aberrant pour l’environnement (bouchons, pollutions, infrastructures... le cas de l’est lyonnais est typique !)

Et j’ai entendu dire par un élu dans une commission du Grand Lyon sur l’environnement à propos de la vallée de la chimie "il faudra bien la fermer un jour !"

Il faut donc prendre ses responsabilités. La place de l’industrie est bien en agglomération ! Ni à la campagne, ni en délocalisastion !

Au contraire, comme le montre le projet Carbone Savoie, c’est en travaillant de concert entre habitants, salariés, entreprises, collectivités, organismes de contrôle, qu’on crée progressivement les conditions d’une industrie non polluante, avec des risques industriels maitrisés, une industrie qui peut mettre en œuvre de plus en plus de technologies économies de ressources, faisant appel à de nombreux emplois de meilleures qualités, permettant la qualification progressive des emplois...

Imaginons que les milliards de plan de relance, partis dans les banques soient investis massivement dans ces enjeux de l’environnement, d’une industrie propre, de conditions de travail meilleures, de "déprécarisation" de l’économie... !

En tout cas, la majorité municipale de Vénissieux affirme sans équivoque son choix de développer l’industrie dans la ville, avec le conseil de développement industriel... et le conseil citoyen du développement humain durable !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves