Le vélo dans les mobilités déconfinées

, par  Pierre-Alain , popularité : 14%

Le plan spécial vélo de la métropole du Grand Lyon pour accompagner le retour des déplacements liés au déconfinement a commencé dès le 11 mai pour de premiers aménagements, dont le boulevard de Parilly entre Vénissieux et Bron. D’autres actions sont en cours et d’autres encore en étude.

La ville de Vénissieux va apporter sa contribution en demandant diverses actions complémentaires à la métropole.

Mais il est utile de regarder ce qu’a donné la première semaine de déconfinement du point de vue des déplacements, et ce qui saute aux yeux, c’est que s’il y a beaucoup de retour au travail, le niveau de déplacement reste très loin du niveau habituel avant la crise...

C’est vrai pour les flux voitures. Si nous ne sommes plus dans cette situation surprenante des rues vides pendant le confinement, nous sommes très loin d’avoir retrouvé le niveau de circulation précédent. Le CEREMA, un centre technique réputé pour ses études sur les déplacements, publie quotidiennement un graphique mis à jour avec le volume global de déplacements par rapport à une situation normale. La dernière semaine de confinement, les déplacements représentaient en gros 50% de la normale, et la première semaine de déconfinement, 80%, sachant que la part des poids lourds est elle supérieure à la normale, et donc que pour les automobiles, on est encore en dessous.

PNG

Pour les transports en commun, c’est la même chose. Pendant le confinement, le SYTRAL avait maintenu plus de 50% de l’offre de transport pour des déplacements qui ne représentaient que 10% du volume habituel, et pour cette première semaine de déconfinement, le SYTRAL est passé à 85% de sa capacité, et les usagers ont représentés 25% du flux habituel. Bien entendu, cela garantit à ceux qui le prennent de plutôt bonnes conditions de sécurité sanitaires.

L’incertitude principale était sur le vélo. On pouvait penser que beaucoup d’habitués des transports en commun allait se reporter sur un mode de déplacement individuel, pour éviter les regroupements de foules... C’était l’objectif de ces aménagements vélo temporaires, faciliter le choix du vélo en rendant le plus visible possible des aménagements spécifiques pour montrer la place que peut prendre le vélo en ville. La première impression visuelle est là aussi que le volume de déplacements vélo reste en dessous de son niveau habituel.

Chacun peut le vérifier sur un site qui publie les comptages vélo sur 55 points de l’agglomération. Il y a en plusieurs à Vénissieux, sur les axes en sortie nord du périphérique, et pour le parc de Parilly. J’ai proposé à l’adjointe au déplacement Sandrine Perrier de demander d’autres points de comptage à la métropole, notamment sur l’axe du T4, et les liaisons avec les communes voisines.

Les chiffres confirment que le plus souvent, en dehors de quelques points notamment sur des trajets vers des parcs (notamment le parc de parilly), on n’est pas encore revenu au niveau de circulation vélo d’avant le confinement. On voit sur les images ci-dessous un graphique du nombre de vélo par jour, parfois avec la photo du point de comptage

Autrement dit, les seules infrastructures temporaires mises en place n’ont pas vraiment créé un évènement qui modifie les choix de déplacement de manière significative. En fait, le vélo et la voiture suivent à peu près la même progression vers un retour à la normale.

Celà dit, ce n’était que la première semaine de confinement, et il faudra voir si les aménagements qui arriveront d’ici début juin vont avoir un effet plus significatif.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves