Comment se déplacer en déconfinement après le 11 mai ? la place du vélo et le plan spécial de la métropole

, par  Pierre-Alain , popularité : 11%

J’ai participé ce jeudi 30 avril à une visio-conférence organisée par la métropole de Lyon sur un plan spécial vélo pour le déconfinement. Personne ne sait vraiment ce qui se passera après le 11 mai. Combien de personnes vont retourner à leur travail, et comment vont-elles se déplacer ? Mais on peut s’inquiéter de l’impact de ce déconfinement sur les déplacements, si tout le monde préfère la voiture aux transports en commun ! C’était le sujet de cette visio-conférence.

Le confinement a eu un effet brutal et très positif sur les déplacements, les bouchons ont disparus ! et avec eux, une part de la pollution de l’air [1]. Mais petit à petit, la circulation reprend, je peux en témoigner en observant le boulevard urbain sud de mon balcon, il était pratiquement vide il y a un mois, et il reprend petit à petit une circulation presque continue. Les services métropolitains nous ont indiqué que le périphérique Laurent Bonneway qui connaissait un flux de 150 000 véhicules jour avant la crise, était descendu à 30 000/jour fin mars, mais était déjà remonté à 50 000/jour.

Donc que se passera-t-il après le 11 mai... ?

Personne ne sait combien de personnes reprendront leur déplacement, et il est possible de retrouver rapidement les flux habituels, ou au contraire, avoir toujours une circulation beaucoup plus faible qu’auparavant.

Mais quelque soit le scénario, le problème est que beaucoup de gens vont avoir peur de prendre les transports en commun, à cause de l’épidémie, et donc, qu’une majorité des personnes inquiètes du coronavirus vont choisir des modes de déplacement individuels. Et le premier risque d’être la voiture ! Pire, la voiture individuelle, car certains pourraient même éviter de prendre un passager....

Je pense que le plan du SYTRAL pour sécuriser les transports en commun par rapport à l’épidémie est donc essentiel. Avec des masques obligatoires, si besoin en les distribuant, avec la désinfection systématique des bus et wagons, et une organisation des accès et des files d’attente. Le SYTRAL semble innover au plan des moyens, c’est à suivre et à conforter. Sinon, dès que le débit global sera revenu à la normale, on risque d’avoir une situation vraiment dégradée avec plus de voitures, donc plus de bouchons et plus de pollutions. Les communes ont besoin d’être associées par le SYTRAL à son plan de sortie du confinement.

Mais la métropole a bien raison de proposer un plan spécial vélo, d’une part parce-que naturellement, on aura plus de cyclistes, et donc que dans certains endroits, l’infrastructure cycliste existante deviendra insuffisante. Mais aussi parce-qu’il faut tout faire pour inciter des habitants qui ne sont pas encore cyclistes à le devenir dans ce contexte particulier du déconfinement, en tout cas, au moins temporairement, à ne pas remplacer le tram ou le métro par la voiture !

Si je reste convaincu que le premier enjeu sera de ne pas déserter les transports en commun, les modes actifs sont une réponse vraiment actuelle à ce défi du déplacement en déconfinement.

La métropole propose un plan en trois phases. Des modifications réalisées dès le 11 mai avec 11 aménagements de voiries qui renforcent des pistes cyclables, et des études pour une deuxième phase en Juin et une troisième en septembre.

Pour Vénissieux, la première phase concerne le boulevard de Parilly. C’est une bonne idée, d’autant qu’elle est simple à réaliser et que c’est un des axes ou une piste aurait pu être réalisé depuis longtemps. Cela dit, elle n’est pas non plus essentielle d’autant que l’université ne sera pas réouverte avant septembre. Par contre, cet aménagement suppose une vraie sécurisation des cyclistes, car l’avenue est large et la circulation trop souvent rapide, y compris avec des poids lourds. J’ai noté que la métropole proposait ici un aménagement avec des bornes verticales de chantier sur toute la longueur de la nouvelle piste.

La discussion a surtout porté sur les aménagements lyonnais et villeurbannais, qui sont évidemment les plus nombreux. Certains souhaitent carrément un "choc" dès le 11 mai avec des interdictions de circulation sur des voiries... Tout le monde s’accorde pour dire qu’il faudra observer en continu ce qui se passera pour adapter les aménagements rapidement. Le dialogue entre métropole, communes et associations sera donc essentiel.

Pour ma part, j’ai soulevé quelques questions et préoccupations.

- les aménagements présentés reposent souvent sur une simple signalétique au sol. Dans beaucoup de cas, cela me semble insuffisant pour assurer la sécurité des cyclistes, surtout s’il y a des usagers de vélo débutants. Il faudrait privilégier des séparations physiques
- Pour Vénissieux, les infrastructures existantes restent encore sous-utilisées, donc il faut aussi remettre en valeur ces infrastructures en rénovant leur signalétique au sol.
- La métropole prévoit des aménagements devant les commerces en faveur des piétons pour gérer d’éventuelles files d’attente respectant la distance de 1 mètre.. Je pense que de tels aménagement sont aussi nécessaires au niveau des stations de bus et surtout de tram qui sont souvent déjà trop petites.

Enfin, j’ai interrogé la métropole sur les critères de décision pour supprimer une voie voiture et créer une piste cyclable. Il y a certainement un débit voiture à partir duquel cela devient impossible sans générer des bouchons trop importants et donc des itinéraires de substitution non souhaités. Faut-il alors renforcer des pistes cyclables sur des itinéraires secondaires ? La métropole a étudié le doublement des pistes cyclables le long du T4 sur l’avenue Joliot-Curie. Il y a la question particulière de la partie entre Carrefour et Ikea et le problème du franchissement du périphérique. Mais un tel aménagement aurait un impact lourd sur cet axe entrant dans l’agglomération. Faut-il au contraire étudier un aménagement sur la rue professeur roux qui pourrait être plus sécurisante pour les cyclistes ? Ce peut être une bonne chose pour les cyclistes, mais pourrait à l’inverse aggraver la situation de Joliot-curie s’il y a un report du T4 sur la voiture...

La démarche proposée par la métropole est pragmatique, avec 11 premiers aménagements qui ne posent pas de problèmes et sont réalisables sans difficultés. Mais le gros du problème reste posé et la réponse ne sera pas prête pour le 11 mai.

On peut espérer que le déconfinement soit suffisamment progressif pour attendre la phase deux en Juin. Mais le plan de communication sera essentiel pour que les habitants comprennent la stratégie des déplacements pour le déconfinement.

[1c’est d’ailleurs une question bizarre.... certains disent que la pollution serait un facteur aggravant de la maladie du covid19, mais le confinement a réduit comme jamais cette pollution, donc on devrait constater pendant le mois de confinement un amoindrissement de la gravité de la maladie, ce qui n’est pas le cas...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation