Accord Collomb/Buffet, de la dérive au naufrage

, par  Pierre-Alain , popularité : 30%

L’épidémie recule progressivement, et si le virus est toujours là, nous apprenons collectivement à nous protéger, attentifs et réactifs. La vie reprend, dans les écoles, le travail, les premiers loisirs... et la vie démocratique. Si le premier tour restera marqué par le début du confinement, le deuxième tour sera le premier moment politique du déconfinement. Il nous dira vers quoi notre société veut aller demain. La redécouverte de l’utilité des services publics, des salariés de première ligne, des communes va-t-elle conduire à remettre en cause les politiques macronistes ? Au contraire, l’accord Collomb-Buffet à Lyon montre que ce peut-être la fuite en avant !

C’est pourquoi je crois utile de faire connaitre la déclaration des communistes de Vénissieux.

Communiqué de presse de la section PCF de Vénissieux

L’accord entre Gérard Collomb, Etienne Blanc et François Noël Buffet, unissant la REM et LR, n’étonne que ceux qui ne voulaient pas voir. Dés l’origine, la conquête de Lyon et de la Courly par Gérard Collomb devait beaucoup à la bienveillance de Raymond Barre, homme de droite s’il en est. Les petits arrangements avec la droite ont été de toutes les victoires de Gérard Collomb. En 2014, il a préféré s’en prendre à Michèle Picard plutôt que de soutenir la gauche à Saint-Fons. Aux législatives de 2017, après avoir adoubé Emmanuel Macron, il participe directement de la défaite de la gauche à Villeurbanne. Ministre macroniste de l’intérieur sentant le vent social venir, il croit revenir en terrain conquis à Lyon. Battu en mars 2020, il s’efface pour la droite dans un dernier « coup tordu ». Il passe un accord avec Etienne blanc, l’homme de Laurent Wauquiez qui avait accepté les voix du FN à la région en 1998.

Mais les jeux ne sont pas faits et personne ne dispose des voix des électeurs. Le 2e tour du 28 juin est clairement un affrontement entre la droite la plus réactionnaire alliée aux représentants directs de Macron et les forces progressistes, de gauche et écologistes. L’enjeu est de taille, chacun doit prendre sa place dans ce combat qui engage l’avenir de notre ville et de la Métropole.

A Vénissieux, comme sur la circonscription des Portes du Sud, nous appelons l’écologiste Sandrine Perrier pour EELV, l’ancien socialiste Pascal Dureau candidat du centre gauche à se rassembler pour battre la droite. Nous appelons toutes les femmes et hommes attachés aux valeurs de progrès, de fraternité et de justice, à se mobiliser pour conserver une ville solidaire, écologique et humaine"

Voir en ligne : sur le site levenissian

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves