Conseil Municipal du 17 décembre 2019
Une ville bien gérée pour défendre tous ses habitants

, par  Pierre-Alain , popularité : 16%

Permettez-moi de commencer par là ou j’avais fini lors du débat d’orientation de l’an dernier, la situation de la ville. Car nous voyons bien que les diverses oppositions ne savent pas comment aborder ce débat d’orientation budgétaire à partir des chiffres présentés.

Mr Iacovella nous parle d’un investissement en baisse quand il est passé de 17,4M€ en 2017 à 19,4M€ en 2018 et 21,1M€ en 2019, et en ne regardant que les dépenses d’équipements de 11,8M€ en 2017 à 13,9 M€ en 2018 et 2019...

Mr Girard nous parle de l’absentéisme et de la rénovation urbaine, car il ne peut critiquer ni l’endettement qui se réduit, ni le fonctionnement maîtrisé, ni l’investissement maintenu. Alors il tente de faire croire que le service public municipal est inefficace et absent. Merci pour les agents !

Pour le Front National, Monsieur Monchau n’avait pas jugé bon d’intervenir lui-même...

Quand à Mr Ben Khelifa, il n’est ici qu’en campagne électorale, sauf qu’il a choisi comme tête de liste un maire d’une ville voisine dont tout le monde peut constater le bilan, une dette par habitant plus du double de celle de Vénissieux alors même que sa commune, grâce à la raffinerie, a historiquement des recettes fiscales par habitant supérieures de 31% à celles de Vénissieux. Mr Ben Khelifa se permet même de critiquer la taxe foncière Vénissiane pourtant moins élevée par habitant (296€) que celle de Feyzin (469€) ! Il faudra l’intervention discrète de la suppléante du député pour lui donner un (mauvais) élément de réponse sur cette dette..

De fait, la situation budgétaire Vénissiane dérange toutes ces oppositions de droite diverses.

D’abord parce-que nous n’avons pas comme d’autres répondu aux contraintes budgétaires en externalisant des missions. Certains ont privatisés, ou transféré un service à une délégation de service public ce qui la sort du budget municipal, d’autres ont transféré leur CCAS à la métropole... A Vénissieux, nous n’avons cédé sur rien ! Nous avons maintenu toutes nos missions, en recherchant des efforts avec tous, les habitants avec une hausse unique de la fiscalité en 2015, les agents avec le non renouvellement de postes, les fournisseurs avec une pression toujours plus forte sur les achats, les associations avec une baisse deux années de suite des subventions, et leur stabilisation depuis.

Et dans ce contexte, notre dette baisse régulièrement, elle est désormais très en dessous de la moyenne des villes comparables. Nos services publics fonctionnent et font très souvent référence dans l’agglomération et au-delà. Les labels obtenus par la ville le montrent, sur le cadre de vie (la 4eme fleur !), l’adaptation au changement climatique et la maîtrise de l’énergie (le label Citergie accordé par un jury dans un cadre européen)...

Les réactions des nouveaux habitants que nous rencontrons souvent par exemple dans des fêtes de voisins sont illustratives. Ils expriment très majoritairement leur étonnement devant la qualité des écoles, de la médiathèque, du cinéma, des équipements sportifs, de la place du vélo ou des composteurs de quartier.

La situation des écoles est exemplaire. Nous avons accompagné le développement de la ville, l’accroissement très important des effectifs scolaires, et les réformes successives des gouvernements qui systématiquement renvoie les problèmes aux communes, et nous avons un patrimoine scolaire et des conditions d’accueil des enfants parmi les meilleures de l’agglomération

Pourtant, notre ville ne bénéficie pas de la dynamique économique au niveau de la fiscalité des entreprises, qui ne bénéficie qu’à la seule métropole. C’est pourquoi nous notons avec intérêt le discours du président de la métropole évoquant l’hypothèse d’un "pacte financier avec les communes", permettant de retrouver l’aide qu’apportait l’ancien conseil général pour l’investissement, et plus généralement la remise en chantier de la "dotation de solidarité communautaire" qui devrait rendre aux communes justement une partie de la dynamique de la fiscalité des entreprises.

Voila le débat utile que les oppositions soucieuses de l’intérêt de la ville aurait du porter !

En attendant, les recettes progressent grâce au développement urbain, la masse salariale est maîtrisée, notre capacité d’autofinancement nous permet de maintenir un niveau d’investissement élevé avec un record de 21M€ en 2019, nous permettant d’accompagner notamment les besoins de nos écoles, que ce soit en ouverture de classe ou en dédoublement.

Nous avons maintenu toutes nos missions de service publics, nous avons accompagné le développement de la ville et nous avons nettement amélioré notre situation financière, puisque le volume de dette continue de baisser, de 7% cette année, ce qui nous place avec une dette par habitant en baisse constante, plus de 20% de baisse dans le mandat. Les prévisions qui vous sont présentées dans la prospective 2020-2022 maintienne cette capacité d’autofinancement qui assure notre capacité à continuer à développer notre service public au service de tous les Vénissians.

Les politiques gouvernementales poussent toujours à la réduction des dépenses publiques, pendant que les milliards sont donnés aux plus riches. Mais Vénissieux tient le coup et nous sommes déterminés à continuer à servir tous les Vénissians !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves