Electricité, leçons du Texas... vive le service public de l’électricité !

, par  Pierre-Alain , popularité : 27%

La vague de froid qui a touché le Texas aux USA a révélé à quel point les réformes de privatisation de l’électricité sont dangereuses, injustes et inefficaces...

Cet état US a fait le choix de « l’autonomie », en assurant seul la production de sa consommation électrique sans aucun échange avec les états voisins. [1]. C’est un des principaux producteurs de pétrole bien sûr, et aussi de gaz de schiste, mais depuis 10 ans, c’est aussi un des états qui a le plus développé les énergies électriques renouvelables, dont l’éolien, ce qui a d’ailleurs fait les affaires de la filiale énergies renouvelables du groupe... EDF, dans sa stratégie de mondialisation accompagnant la casse du service public... C’est aussi le cas du groupe TOTAL qui possède 2,2 GW de projets solaires et 600 MW de projets de stockage par batterie, tous situés au Texas.. Un eldorado de la transition énergétique ?

Le Texas dérégule l’électricité depuis 20 ans, en conservant des réseaux de distribution locaux publics, mais avec une myriade d’acteurs... plus de service public au sens ou on en parle en France.

Acteurs privés et publics du réseau électrique du TEXAS (US)

Son électricité est produite d’abord avec du gaz, à plus de 50%, et notamment ce gaz de schiste qui a transformé les USA en pays exportateurs en quelques années, du charbon en baisse et des renouvelables en hausse, notamment de l’éolien dont le Texas est devenu le premier producteur aux USA avec 27% de la capacité totale éolienne des USA. Deux centrales nucléaires pour 4,5GW de capacité, 3GW de capacité photovoltaïque, 38GW de capacité éolienne pour plus de 125GW de puissance installée totale, du même ordre de grandeur que la puissance installée en France, mais pour une production plus faible...(438TWh pour 540TWh en France...). [2]. La croissance des activités de forage a poussé les prix du gaz de schiste à la baisse, mettant en péril le mix énergétique texan rendant peu compétitif le nucléaire et les énergies renouvelables...

La vague de froid a brutalement illustré comment fonctionne ce mélange de privatisation et de marchandisation, que ce se soit du gaz de schiste ou des éoliennes. Car le réseau électrique n’a pas pu tenir le choc d’une demande en très forte hausse avec le froid, alors que la production de gaz était bloquée par le gel, tout comme de nombreuses éoliennes dont les pales n’aiment pas le givre...

Avec un marché de l’électricité complément dérégulé, de nombreux habitants ont vu leurs factures exploser, avec des prix pouvant varier selon la demande

Résultat, un vétéran de l’armée raconte au New-York-Times qu’il doit payer 16.762 dollars à son fournisseur d’électricité, 70 fois le montant habituel. Griddy, un des fournisseurs a même conseillé à ses 29.000 clients de rompre leur contrat pour éviter les factures record. Les prix du marché de gros en temps réel sur le réseau électrique ont dépassé 9.000 dollars/MWh pour 50 dollars/MWh avant la crise.

Pourtant, le marché est organisé ! Un régulateur, des comparateurs de prix nombreux pour permettre au consommateur de "faire son choix"... Mais ni les producteurs de gaz, ni les exploitants d’éoliennes ou de photovoltaïque, ni les gestionnaires de réseau n’ont comme mission de garantir l’approvisionnement des usagers qui ne sont... que des clients. Chacun recherche sa propre rentabilité, et la variable ultime, c’est le prix.

Voila ce qu’est la transition énergétique à la mode capitaliste, celle qui a malheureusement inspiré la loi de 2015 dite LTECV qui a accéléré la privatisation d’EDF et la mise en concurrence des composantes du mix électrique.

Il y a urgence à remettre en cause cette mise en concurrence et rechercher enfin la complémentarité et la coopération des sources d’électricité, en considérant que leur première qualité est leur contribution à la continuité d’approvisionnement.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves