Les alchimistes... de la terre en ville

, par  Pierre-Alain , popularité : 4%

Visite ce lundi 7 février sur le site des "alchimistes", une entreprise de transformation de biodéchets en compost installée sur l’ancien site Bosch de Vénissieux.

Cette visite faisait suite à la demande d’enseignants du lycée Marcel Sembat, juste en face du site de compostage, qui ressentait de très fortes odeurs parfois, jusqu’à perturber le déroulement des cours, et notamment d’une journée d’examens où les élèves, et les enseignants, s’étaient fortement plaint.

La visite a permis de consolider de mettre en place un suivi de ces constats pour étudier comment tenir compte dans l’organisation de l’activité de la proximité du lycée.

Car du point de vue des alchimistes, les odeurs sont liés à des moments très particuliers, quand le compost est "retourné". La visite a justement permis de mieux connaitre le processus de travail sur ce site.

La société a été construite avec des marchés privés de restaurateurs, de cuisines pour lesquels une collecte de biodéchets est organisé par l’entreprise. Dans ces biodéchets, il y a relativement beaucoup de viandes et de poissons.

Mais la société a gagné un gros marché avec la métropole dans un groupement avec d’autres entreprises de compostage pour traiter les biodéchets collectés depuis un an dans le 7eme arrondissement dans des points de collecte en apport volontaire installés un peu partout. C’est une expérience menée par la métropole et qui va être étendue à Villeurbanne avant d’être sans doute généralisée dans toute la métropole. Visiblement, il y a beaucoup moins de viandes et de déchets dans cette collecte. Nous avons pu le constater avec un camion venant justement décharger cette collecte. C’était pour l’essentiel des fruits et légumes.

L’activité sur le site de Vénissieux a donc fortement augmenté. Cela dit, 25% seulement des déchets sont traités ici, le reste étant réparti avec les autres partenaires du groupement, dont la société qui gère le plus gros centre de compostage de l’agglomération à Ternay.

L’entreprise commence par trier les déchets pour évaluer la qualité de la collecte. S’il y a trop de problèmes, la collecte peut être renvoyée vers les ordures ménagères, mais cela n’arrive jamais. Le tri permet toutefois d’enlever des éléments de plastique ou métalliques. C’est un gros travail.

Ensuite, les déchets sont compressés pour réduire leur humidité. Cela produit alors un "jus" qui est traité à part.

Le reste entre dans un cycle de compostage en 4 étapes. A chaque étape, il est retourné et déplacé et c’est surtout dans les premiers retournement que des odeurs s’échappent. Le reste du temps, le compost est recouvert par une "couverture" très technique. L’odeur est faible. On peut le constater en étant juste devant.

Les odeurs qui posent problème sont principalement liés aux déchets carnés et aux poissons. L’entreprise va donc étudier comment ne composter sur place que les déchets verts et renvoyer le reste sur des lieux de compostage sans riverains.

Bien sûr, plus l’activité des alchimistes se développera, plus il faudrait étudier comment réduire l’impact sur le voisinage. Mais cela peut être beaucoup trop couteux, ce qui conduirait alors à rechercher d’autres sites.
Pourtant, il y a un intérêt à éviter trop de déplacements en camions qui augmentent l’impact carbone de l’activité. Et pour les jardiniers de la ville, la présence d’un compost de qualité qui provient des déchets verts des habitants peut être une bonne chose.

Comme souvent avec l’environnement, il n’y a pas une solution parfaite, mais des avantages et des inconvénients qui méritent un débat public.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves