Conseil métropolitain du 17 septembre 2018

Logement d’abord, aller au bout des discours ! 2018-3028 Convention pluriannuelle d’objectifs entre la Métropole de Lyon et l’Etat pour la mise en oeuvre accélérée du plan quinquennal Logement d’abord

, par  Pierre-Alain , popularité : 8%

On ne peut que partager l’ambition affichée par cette délibération et la convention proposée avec l’état : réduire de moitié le nombre de personnes sans-abri, plus un jeune à la rue, avec 1,5 million dont 1 million apporté par l’état. Mais au fait, le président n’avait-il pas dit, plus un SDF avant Noel ? C’était l’an dernier... et on peut en conclure soit qu’il a réduit ses ambitions de moitié... soit qu’il y aura une autre annonce d’un million pour atteindre l’objectif de 0 sans-abri !

Cela dit, prenons au positif l’effort annoncé. La première priorité évoquée dans la convention est de "Produire et mobiliser plus de logements abordables et adaptés aux besoins des personnes sans abri et mal logées." Il est même prévu un dispositif de suivi et d’évaluation fondé sur des objectifs de résultats.

Mais nous sortons tout juste de la réforme des APL qui a provoqué un coup de frein dans la construction de logement sociaux, et de la loi ELAN qui fragilise les bailleurs sociaux, je tiens à votre disposition, monsieur le président, le courrier de la direction générale du bailleur métropolitain LMH qui informe la ville de Vénissieux, comme je suppose les autres villes, de la remise en cause de travaux prévus compte tenu de ces réformes.

Je n’ai d’ailleurs pas trouvé d’évaluation quantitative de cette ambition. produire plus, certes, mais combien ?

Concernant les jeunes, l’ambition est encore plus forte puisqu’il s’agit cette fois de l’objectif de 0 jeunes à la rue, puisqu’il il faut "apporter à chaque jeune sans domicile et sans ressources, une solution logement". On ne peut là aussi que partager, mais comment quantifier le besoin de lieux d’accueils adaptés ?

Enfin, il s’agit de ne plus avoir de "sorties sèches" d’institutions, et de favoriser la maintien dans le lieux dans les procédures d’expulsion. Chiche, la ville de Vénissieux, bien trop seule, défend depuis des années l’idée que l’expulsion ne règle aucun problème et qu’elle est toujours un drame. Par conséquent, notre lecture du logement d’abord est simple pour ces situations : maintien d’abord, et quand les situations économiques et sociales ne permettant pas le maintien, relogement d’abord, autrement dit, il faut revoir les procédures d’expulsion, le travail des CAPPEX. Oui, il faut accompagner le changement des cultures et pratiques professionnelles de l’ensemble des acteurs comme le propose la convention. Autrement dit, il faut revoir notre PLALHPD pour se fixer un objectif clair "0 expulsions pour dette de loyer ou pour problème psychique"

Concernant les actions proposées, nous demandons d’avoir rapidement des objectifs quantifiés, notamment pour la création de pensions de famille ou habitat groupé, pour le nombre de personnes accompagnées en projets pilotes dans le diffus...

Concernant le suivi, la convention propose que l’observation se fonde sur l’utilisation du SI-SIAO. Il nous semble que cela ne suffit pas pour avoir un réel suivi des personnes en situation difficiles, qui ont parfois connus plusieurs procédures d’expulsions, différentes situation d’hébergement temporaires... Il faut pour cela un véritable observatoire des parcours des personnes expulsées... dans la durée, et ce devrait être un des enjeux de notre PLALHPD. Plus une remise à la rue !

En conclusion, permettez-moi de constater que le gouvernement est le champion d’une bien vieille pratique politique. Pendant qu’il casse les droits et le service public, il utilise l’argent public pour des opérations qui risque de n’être que des opérations de communication. Logement d’abord, plan pauvreté, on pourrait avoir l’impression que les milliards s’accumulent au bénéfice des plus fragiles, mais la vérité est que ces actions risquent de n’être que des pansements sur un mal logement qui ne fait que grandir.

Et pourquoi ne pas débloquer de telles sommes sur toutes les urgences sociales, la santé psychique avec des centres de soins qui débordent et ne peuvent répondre, les addictions qui pourrissent la vie de tant de familles, l’illetrisme et la fracture numérique qu’évoquait ma collège Françoise...

Permettez-moi de citer Jacques Dutronc qui nous dit "contre la misère, on a des caches-misère, On a de la poudre aux yeux"
Vous pouvez compter sur nous, monsieur le président pour des propositions constructives pour que ce plan logement d’abord ne soit pas un cache misère...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves