Continuer avec les Vénissians

, par  Pierre-Alain , popularité : 44%

Les péripéties politiques se multiplient au niveau national comme local. A peine De Villepin annonce sa candidature, un vieil acteur des affaires africaines du RPR devenu UMP retrouve sa mémoire et dénonce des valises de billet. On sait qu’après des mois de procédures très couteuses qui continuent, DSK rentre en France et qu’on ne connaitra jamais la vérité des faits. Les candidatures pour 2012 se multiplient et les coups médiatiques qui vont avec, les partis politiques se transformant en écurie présidentielle, la politique réduite à une question de marketing pour obtenir des places...

Pendant ce temps là, la crise continue, et les mesures prises pour la baisse des salaires, des pensions, des prestations sociales et des dépenses publiques s’accumulent.

Jamais nos sociétés n’ont été aussi riches, jamais le travail des hommes et des femmes sur toute la planète n’a produit autant de richesse, et jamais depuis la chute du nazisme, la guerre sociale et économique n’a été aussi violente.
- La Grèce étouffe sous les mesures d’austérité, et tout le monde sait que "l’aide" versée à la Grèce est d’abord une aide aux banques occidentales qui veulent être remboursée... Les grecs ne verront rien de ces milliards, au contraire, ils seront demain de plus en plus pauvres, les salaires en baisse radicale, pendant que les profiteurs et les spéculateurs continueront de faire la loi de la corruption.
- les USA qui se retrouvent le temps d’une commémoration voient exploser le nombre de pauvres, de sans logements, pendant que les forces les plus réactionnaires continuent de protéger les plus riches, ceux qui ont profité de la crise pour s’enrichir.
- La France retient sa respiration, se demandant jusqu’où cela peut aller. Un jour, on nous annonce 12 Milliards à payer, ensuite que l’état doit donner sa souveraineté budgétaire aux marchés et à la commission européenne, le lendemain un trou de 30 milliards de la Secu... Ceux qui peuvent prendre leur retraite se dépêchent, on ne sait pas comment ça va finir...

Vénissieux a une histoire particulière avec son maire communiste, sa majorité qui porte partout les colères et les luttes des habitants, depuis les occupations d’école contre les fermetures de classe jusqu’aux arrêtés anti-expulsions en passant par les luttes solidaires contre les fermetures d’usines. Après les "étés chauds" des années 80 et la crise qui a vu la ville perdre 20 000 habitants, les efforts de la majorité municipale et des acteurs de la ville ont permis un redressement spectaculaire avec une ville qui se développe de nouveau, tissant des liens entre quartiers avec le T4 comme avec les modes doux, transformant la ZUP en une vraie ville ou des habitants reviennent, ou des entreprises s’installent. Si personne ne peut en prédire l’issue, la lutte pour le maintien de VENINOV s’appuie sur cette force d’une ville rebelle et reconnue.

Reste que la crise aggrave les divisions, isole des familles en grande pauvreté, multiplie les réactions de survie comme le marché sauvage, l’économie parallèle... Ce qui devient essentiel, c’est bien la capacité des Vénissians à se parler, à agir ensemble, à se retrouver pour surmonter les divisions et faire entendre ce qu’il faudrait appeler un "printemps des banlieues", un "printemps du monde du travail". Car ce n’est pas que dans le monde arabe qu’il faut se libérer des oligarchies économiques et politiques. C’est aussi dans ce pays ou la grande bourgeoisie peut se permettre de demander dans la presse de payer quelques millions d’impôt de plus quand elle vient d’obtenir un cadeau de plusieurs milliards par la réforme de l’impôt sur la fortune, et surtout quand on sait que les salaires ont perdus près de 200 milliards par an gagnés par les profits et les rentes !

Dans ce contexte, les péripéties politiciennes locales sont bien dérisoires. Certains tentent de régler des situations personnelles compliquées, d’autres gesticulent dans l’espoir de faire tomber la plus grande ville communiste du Sud de la France, utilisant parfois les débats internes au parti communiste. Mais ça n’a pas plus d’importance que les "évènements" médiatiques qui comme chacun sait passent l’un après l’autre dans l’oubli.

Par contre, tout ce qui permet de mobiliser des citoyens est utile, même quand tout le monde n’est pas d’accord sur tout. Le grand Rendez-Vous de la ville, du 29 Septembre au 1er Octobre peut être une occasion de multiplier les rencontres, les initiatives, les débats... Que ce soit sur l’énergie, l’éducation, la jeunesse, la pauvreté, l’industrie... ces quatre jours sont à la disposition des Vénissians. Ils peuvent aider à rassembler des forces pour faire le point sur les réalisations du mandat et se donner de nouveaux objectifs pour Vénissieux 2030...

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Gérard Collomb au SYTRAL ?

    Le conseil de métropole du 18 septembre à réélu sa représentation au syndicat des transport, le (...)

  • En marche à reculons...

    Les Français découvrent, certains désabusés, d’autres étonnés quand même, la réalité de la (...)

  • Je ne suis pas Muet...

    Le journal Lyon Capitale faisait ce 10 juillet un compte-rendu en direct de la séance du conseil (...)

  • La fin des partis ?

    Suite de "tout change pour que rien ne change"
    Les partis politiques seraient donc dépassés... (...)