Reconstruire la tranquillité publique ! Communiqué des élus communistes du Rhône

, popularité : 18%

Après La Duchère, Rillieux la Pape, Bron, les violences urbaines se répètent et le ministre Darmanin se répète. Le maire de Bron continue, lui, à dénoncer son prédécesseur. Il n’a toujours pas compris que c’est le temps des invectives politiciennes qui est terminé.

Car, pour les habitants, ces voitures brûlées, ces lignes de bus stoppées, ces équipements publics dégradés, c’est d’abord l’inquiétude et la colère devant le pourrissement d’une société de la guerre de tous contre tous. Aucune déclaration politicienne ne peut être à la hauteur de ce défi : reconstruire la tranquillité publique alors que, partout, les services publics sont fragilisés.

Nous savons tous que les trafics sont au cœur de ces violences urbaines. Mais ce que le ministre ne veut pas reconnaître, c’est que -malgré l’impressionnant travail de terrain de la police, malgré les centaines d’arrestations et de condamnations- le trafic se développe au vu de tout le monde.

Plutôt que des réactions politiciennes destinées à faire le buzz, les élus devraient chercher comment rassembler les forces républicaines pour tenir compte de l’échec des politiques nationales de répression des trafics conduites depuis des années, et ouvrir le débat sur les véritables urgences.

- L’urgence est un plan national de lutte contre la consommation et toutes les addictions en général. Car tant que la consommation de stupéfiants ne recule pas, le trafic ne reculera pas ! Cette bataille doit notamment impliquer fortement l’Éducation nationale, les services de santé, les médias.

- L’urgence est de renforcer beaucoup plus nettement les équipes de police nationale pour agir sur tous les segments du trafic, du trafic international avec les pays producteurs aux points de distribution de nos quartiers. On peut tous constater qu’un dealer arrêté est remplacé par le réseau de trafiquants immédiatement, car les têtes de réseaux qui organisent ne sont pas dans nos quartiers.

- L’urgence est de changer d’échelle dans la bataille contre les revenus illicites, en associant le fisc, la police, la justice pour enquêter sur les bénéficiaires des trafics et préempter massivement les biens mal acquis.

- L’urgence est de changer d’échelle dans la prévention et la rééducation des adolescents qui se retrouvent associés à ces trafics. Dès les premières identifications par la police, un travail de proximité doit permettre de sortir le jeune du réseau de la rue qui tente de le recruter. Il faut, pour cela, autant d’éducateurs spécialisés que de policiers.

Pour réduire réellement les trafics, il faut tout à la fois réduire leurs débouchés, sanctionner leurs revenus et tarir leurs filières de recrutement. Voilà ce qui devrait être au cœur du débat public et qui devrait rassembler largement tout ceux qui sont attachés à la sécurité publique, un des premiers droits de l’Homme.

- Éric BELLOT, Maire de Neuville sur Saône
- Michèle PICARD, Maire de Vénissieux
- Christiane CHARNAY, Présidente de l’ADECR du Rhône et Conseillère municipale à Givors
- Christian COMBIER, Conseiller municipal à Rillieux la Pape
- Raphaël DEBÛ, Conseiller métropolitain Lyon-Ouest
- Cyril HAULAND-GRONNEBERG, Conseiller municipal à Villeurbanne
- Stéphanie VELLA, Conseillère municipale à Bron
- Ange VIDAL, Conseillère municipale à Vaulx en Velin

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves