Appel aux députés de gauche à refuser de voter la guerre contre la Russie

, par  Pierre-Alain , popularité : 6%

Dans quelques jours, de nouveaux députés de gauche peuvent être élus. Certains annoncent qu’ils pourraient être majoritaires, en tout cas nombreux. Ils auront donc une responsabilité importante pour peser sur la guerre qui dure en Ukraine et qui révèle la fracture entre l’occident mené par l’OTAN et le reste du monde qui continue à échanger avec la Russie. La constitution donne au président de la république un rôle prépondérant sur la guerre, il peut engager seul des forces, mais le parlement est légitime pour débattre et même voter pour ou contre la guerre.

C’est d’autant plus nécessaire que cette guerre est conduite par les USA contre la Russie "jusqu’au dernier Ukrainien" comme le dit l’ex-ambassadeur et diplomate américain Charles Freeman, réagissant aux déclarations du gouvernement US affirmant mener cette guerre pour "une Russie isolée et affaiblie incapable de reconstruire son armée...".

Le président Macron dit d’un coté garder le lien avec le président Poutine, mais la France, grande puissance militaire, accompagne les USA au premier rang en fournissant des armes offensives et notamment les canons Caesar, qui permettent à l’Ukraine de bombarder les villes des territoires indépendants du Dombass de loin, faisant des morts civils ukrainiens victimes des bombes françaises tirées par l’armée ukrainienne, un comble quand on nous dit qu’il s’agit d’armes pour défendre les ukrainiens !

Malheureusement, Jean-Luc Mélenchon a annoncé vouloir aller plus loin dans la guerre, fournir massivement des armes offensives, et même proposant d’étendre la dissuasion nucléaire à l’espace, remettant en cause un des derniers accord de paix international...

Pourtant tout le monde sait que les USA sortent gagnants contre l’Europe dans cette guerre. Ils nous imposent leur gaz de schiste plus cher, ils cassent les échanges de l’Europe avec l’Est, menace les échanges avec la Chine. Ils mettent en cause la survie alimentaire de l’Afrique [1].

Pourtant, tout le monde sait que ce sont les milieux populaires qui paient les guerres, avec l’inflation, la désorganisation des circuits économiques, les ruptures de stocks de matières premières essentielles à de nombreuses industries.

C’est le pouvoir d’achat et l’emploi en France qui sont en jeu !

Je lance un appel aux futurs députés de gauche. Quelque soit la position de Jean-Luc Mélenchon, engagez-vous à intervenir contre la guerre, et à voter contre tout crédit de guerre, que ce soit dans nos anciennes colonies en Afrique ou dans un des territoires de confrontation entre l’OTAN et la Russie, dont l’Ukraine.

La paix a toujours été ce qui a différencié socialistes et communistes, depuis la création du mouvement communiste en 1920 après la trahison de Jaurès par les députés socialistes, ou en 1956 avec le gouvernement socialiste renforçant la guerre en Algérie.

J’ai dénoncé en 1999 le maintien de ministres communistes pendant que le gouvernement socialiste participait au bombardement de Belgrade par l’OTAN pendant 3 mois. C’était bien la première guerre en Europe depuis 1945 pour imposer un redécoupage de frontières.

Aujourd’hui, la situation est beaucoup plus grave. C’est bien une guerre mondiale qui est devant nous si la stratégie US de confrontation mondiale contre la Russie et la Chine continue. Nous avons besoin d’une majorité parlementaire pour refuser la guerre ! C’est possible, une partie de la droite avec Jacques Chirac, avait refusé d’accompagner les USA en Irak. La gauche doit se rassembler pour la paix, contre la guerre, pour le désarmement, la dissolution des alliances militaires, l’interdiction des armes nucléaires.

[1ils accusent la Russie de bloquer les exportations de blés d’Ukraine, mais ce sont des mines ukrainiennes qui empêchent les cargos de partir d’Odessa et ce sont les sanctions occidentales qui interdisent d’acheter du blé russe !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves