Carbone Savoie, un succès économique Vénissian !

, par  Pierre-Alain , popularité : 15%

Avec Djil Ben Mabrouk, adjoint à l’économie, j’ai représenté le maire à l’inauguration du nouveau four de l’usine Carbone Savoie, ce jeudi 20 février. C’est la quatrième fois que j’avais l’occasion de visiter cette usine, et la transformation depuis 10 ans est impressionnante...

Car cette usine a une longue histoire avec la ville, depuis 122 ans ! A Vénissieux, nous sommes fiers de défendre un site industriel de production "lourde" au coeur de notre commune, quand tant d’autres attendent de les voir fermer pour conduire des opérations foncières...

Nous sommes fiers aussi car les équipes de l’entreprise ont réussies depuis 10 ans à transformer un des sites les plus polluants de la région en un site exemplaire !

L’inauguration cette année annonce aussi une diversification des marchés de l’entreprise qui se place sur la filière des batteries électriques de véhicules, alors qu’elle ne produisait historiquement que pour l’industrie de l’aluminium. C’est évidemment un atout pour l’avenir du site et de l’entreprise, même si les salariés restent inquiets quand tant d’autres entreprises du secteur de l’énergie sont détruites.

Il y a 10 ans, le conseil citoyen du développement humain durable de la ville avait invité l’entreprise à un débat public sur la pollution de l’air, qui annonçait 18 millions d’investissements pour un nouveau système de filtration des poussières... Cet investissement était inauguré il y a 6 ans et transformait cet ancien site plus grand émetteur de HAP du sud-est de la France en un site exemplaire, aux meilleurs normes européennes, les rejets polluants ayant été divisés par 10 !

Mais même avec un investissement en production de haute qualité environnementale, la mondialisation capitaliste est sans pitié ! Il y a 4 ans, quand le géant minier Rio Tinto a vendu l’usine, personne n’aurait parié sur son avenir. Aussi, quand son ancien directeur, Philippe Nivelle, m’a appelé en juin 2019, j’ai crains le pire. Ouf, il avait une très bonne nouvelle, un nouvel investissement pour l’usine, mais aussi une urgence, il fallait un permis de construire dans un délai imposé par les actionnaires !

La ville a joué le jeu, et le dossier a pu être présenté au préfet dans les délais, les services de la DREAL ont aussi été réactifs et au total, le nouveau dirigeant de l’entreprise a pu se féliciter que l’investissement ait été réalisé dans un temps record, avec 6 mois d’avance sur le planning initial ! Bravo aux ingénieurs, techniciens et ouvriers d’un projet réalisé pour l’essentiel en interne par l’entreprise.

J’ai trouvé son discours utile et intéressant, avec deux idées qui ne peuvent que réjouir un communiste !
- il insiste sur le rôle de l’état pour aider au développement industriel ! On est loin des théories libérales de la "concurrence libre et non faussée" et de tout ceux qui depuis des décennies ont défait les outils de planification de l’état. C’est moi qui commente bien sûr, mais c’est le contraire de ce que dit Macron quand il nous parle du "ruissellement" qui viendrait des riches !
- et il insiste sur le terrain, les acteurs de terrain, et donc les salariés. Bien sûr, pour un patron, je sais que ça peut aussi être un discours, mais il a une phrase choc, « il y a plus de connaissances dans l’usine que chez tous les consultants qui en parlent.. ! » Comme j’ai moi même été consultant pour des entreprises industrielles pendant presque 20 ans, je suis bien d’accord [1]

Voilà deux idées fortes pour l’industrie et donc l’emploi. On ne peut pas laisser faire le marché seul, on ne peut pas laisser les actionnaires décider seul, il faut d’un coté l’état qui impulse, commande, investit, règlemente, et il faut des salariés de tous les métiers qui soient eux aussi acteurs et donc reconnus, respectés, y compris dans leurs droits. Tout le contraire de ce que fait la politique Macron !

Dans le discours de la secrétaire d’état, j’ai trouvé aussi une idée à creuser, une idée qui pourrait être révolutionnaire si elle la poussait jusqu’au bout ! Elle a évoqué le "retournement" d’entreprises anciennes qui trouvait le moyen de rebondir dans la transition énergétique. Or, j’ai entendu Gérard Colomb à l’époque président de la métropole parler en séance quand le groupe communiste évoquait des fermetures d’usine de la "destruction créatrice, il faut que du vieux meurt pour que le neuf émerge"... Carbone Savoie montre exactement le contraire ! On peut faire du neuf avec du vieux ! Et c’est le seul chemin pour ne pas détruire les savoir-faire que portent les salariés !

Alors, madame la secrétaire d’état, chiche, mais faisons la liste des sites industriels "anciens" qui souffrent dans l’agglomération. Prenons l’exemple de JST à Lyon 8ème, un des derniers sites de production manufacturière de la ville de Lyon. Ce site stratégique pour la filière électrique française produisait les transformateurs très haute tension, ceux qu’on installe notamment derrière les centrales électriques. Comme la privatisation d’EDF est bien engagée, EDF achète ses équipements sur le marché mondial ! Le groupe Schneider qui possédait le site s’est désengagé, mais les actionnaires actuels n’ont visiblement pas l’ambition et peut-être pas les moyens de "retourner" l’entreprise. Résultat, la compétence sur ces transformateurs se perd. Au printemps 2019, les ouvriers et techniciens du site ont fait grève pendant plus d’un mois pour un rattrapage de salaires, 30€ par mois. Ils n’ont rien obtenu, et quelques mois plus tard, l’entreprise a licencié plus de 50 salariés...Il n’y a plus de production ou presque sur le site...

Alors madame la secrétaire d’état, on la retourne cette usine JST ?


PS. JPEGLe député Yves Blein était présent. Il découvrait l’usine, apparemment très intéressé. Il a pris bien soin de suivre la ministre de près, comme lors de l’inauguration du campus industriel sur le site Bosch...

Mais il n’avait pas trouvé le temps de la visiter depuis 7 ans de député... dommage ?

[1ce qui ne veut pas dire bien sûr que les consultants soient inutiles !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves