Dans une copropriété populaire des minguettes

, par  Pierre-Alain , popularité : 14%

Ce mercredi 13 avril, en pleine semaine entre deux tours des présidentielles de discussions, d’analyses et de réunions, un coup de fil à 12h30 du directeur général des services techniques de la ville. Les pompiers interviennent sur un dégât des eaux au 75 martyrs, important puisque des relogements sont envisagés. C’est une adresse que je connais bien pour habiter non loin, et aussi parce-que c’est un des points de deal bien connus des minguettes, pour lequel les actions les actions de police ne manquent pas, mais sans effet sur l’occupation de l’allée et sa dégradation.

Je sais qu’à plusieurs reprises, l’intervention de divers services techniques a été rendue difficile par l’aggressivité des dealers, pour des interventions sur l’ascenseur ou l’installation de chauffage. Je me rends sur place et je demande à la police municipale d’envoyer un équipage.

C’est une expérience surprenante de voir en même temps des services publics utiles et apportant secours, pompiers, service des eaux, ENEDIS, des artisans, plombiers notamment, l’équipe de gardiens, des habitants solidaires qui organisent l’évacuation de l’eau dans l’allée... Tout cela devant le regard goguenard de quelques dealers qui évacuent leur canapé de la zone inondée pour s’installer à l’extérieur, affalés comme des vauriens rigolant de ceux qui travaillent.

Il n’y a pas d’animosité, même si je sais que beaucoup sont exaspérés de cette insolence et de ses conséquences sur les dégradations dans l’allée, la difficulté de faire réaliser des travaux nécessaires.

En tout cas, j’ai pu rencontré tous les habitants impactés, je suis resté en contact pour les aider si nécessaire dans leur démarche auprès de leurs assurances. Deux familles doivent être relogées et il faudra attendre l’accord des électriciens pour remettre le courant... Sans doute faudra-t-il des semaines de travaux pour les deux logements les plus impactés.

JPEG
L’origine de l’incident est connue. C’est l’intervention d’un plombier devant couper l’eau qui n’a pu rien faire quand une vanne lui est restée dans les mains, et il faudra donc mobiliser l’assurance de la copropriété. Tout le monde sait d’ailleurs que le réseau est très dégradé. Des réparations avaient été proposés à l’assemblée générale, mais sans succès. La majorité des copropriétaires refusent des travaux qu’ils ne peuvent payer. La dégradation sociale s’ajoutant à la dégradation technique avec de nombreuses familles travaillant dans la restauration ou les services durement touchées par le confinement et ses suites.

Mais je retiens de cette expérience la qualité des relations avec les habitants, la solidarité qui s’organise entre eux pour mettre à l’abri des affaires, nettoyer, faire appel aux assurances. Je pense qu’ils étaient contents d’avoir rencontré un voisin élu et solidaire. Je suis très heureux d’avoir pu aider notamment en faisant le lien avec le syndic. Nos quartiers ont besoin de cette proximité et cette solidarité.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves