faire face ensemble au terrorisme

Le terrorisme islamiste, un fascisme rencontre au cinéma gérard Phlipe

, par  Pierre-Alain , popularité : 18%

Nous sommes très heureux de cette soirée riche pour tout le monde je crois, en tout cas pour nous qui l’avons organisé, et je voudrais remercier très sincèrement tous nos invités, qui ont fait le pari de cette rencontre et qui nous ont beaucoup apporté.

Nous voulions cette soirée parceque nous sentons que le terrorisme a aggravé douloureusement une difficulté ancienne de notre peuple à s’unir malgré tout ce qui le divise. Nous savons que la concurrence économique exacerbée, la pression à la baisse des salaires réels, la précarisation et la paupérisation crée des situations d’urgence dans lesquelles c’est trop souvent le chacun pour soi qui domine. Et les attentats, ces crimes horribles qui marquent les esprits peuvent parfois provoquer des réactions citoyennes salutaires, mais nous savons bien au fonds, qu’ils peuvent aussi aggraver les peurs, les tensions, les replis sur soi.

C’est bien pour cela que nous voulions une soirée qui ne soit pas un simple débat politique sur les causes du terrorisme, la situation géopolitique du monde, la situation du moyen-orient, mais une discussion qui nous aide à comprendre pourquoi des gamins de France peuvent se sentir attirés par l’horreur, par la violence aveugle, inhumaine, jusqu’à choisir le suicide comme moyen de s’affirmer au monde.

C’est ce que l’ancien maire André Gerin a répété en se battant pour la sortie du bagne de Guantanamo, et en interpellant sans cesse l’état sur son action envers les réseaux intégristes, et c’est ce qui est devenu le débat à la mode depuis Charlie et plus encore depuis le Bataclan et ses suites.

Nous savons que le tissu social est profondément déchiré par la paupérisation. Trop de ceux qui parlent de l’exclusion et de la mixité sociale parlent pour les médias, mais ne sont jamais confrontés à la réalité de cette paupérisation et des situations d’urgence qu’elle génère, pour le logement, pour la santé, ou tout simplement pour la dignité humaine.

Mais ce qui nous préoccupe comme communistes, c’est bien de constater que ce qui devrait faire grandir de la colère, de l’action collective, de la résistance collective, enferme trop souvent la majorité de nos voisins dans le repli communautaire, chacun avec les siens... C’est en fait la victoire de Le Pen, je préfère ma famille à mes voisins, mes voisins aux étrangers... mais cela concerne même ceux qui dénoncent Le Pen..

Et c’est bien dans cette crise sociale que se créent le terreau d’exclusion, de haine, de recherche d’identité, de repères dans lequel prospèrent les réseaux intégristes, et les réseaux terroristes.

Nous pensons nécessaire de leur donner un nom clair. Nous ne voulons pas leur donner un nom religieux, car nous savons qu’ils sont d’abord une force politique, nous ne voulons pas confondre les terroristes et les intégristes, car nous savons aussi que toutes les religions ont produit leur intégrismes et que tous n’ont pas choisi l’action terroriste. C’est pourquoi nous appelons les terroristes islamistes par un nom politique, en les considérant comme des fascistes, des fascistes islamistes certes, mais d’abord des fascistes, comme ces chemises brunes qui organisaient la répression par la peur pour Mussolini, ces Sections D’assault qui organisaient la chasse aux syndicalistes et aux communistes pour Hitler.

Pour qui travaillent-ils au fonds ? Nous pensons qu’ils travaillent pour cette stratégie du chaos poursuivie par les faucons des USA qui représentent la moitié des dépenses militaires de la planète. Mais si ce débat sur la situation du monde est nécessaire, nous voulons ce soir d’abord nous occuper de notre propre pays, de ses dirigeants et de ses médias qui ont légitimé dans les têtes la guerre contre la Syrie, après avoir légitimé la guerre contre la Libye, avec les conséquences qu’on connait.

Si nous avons besoin d’unité, elle ne peut se construire dans le silence sur les responsabilités de la France dans cette situation. Nous pensons justement que pour que des gamins de nos quartiers ne soient pas attirés par ce nihilisme meurtrier, il faut faire grandir l’idée que la guerre est illégitimé, toujours, que c’est toujours une boucherie et que les peuples, ceux qui souffrent, ceux qui sont frappés par l’exclusion et la précarité n’ont qu’une issue pour s’en sortir, se serrer les coudes, organiser la solidarité, et mettre en cause cette société inégale et violente qu’est le capitalisme.

Voir en ligne : Compte-rendu sur le Vénissian

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves