Les actions de rénovation énergétique des logements à Vénissieux Une visite organisée par SOLIHA, acteur du programme "PIG Energie"

, par  Pierre-Alain , popularité : 18%

Près de quarante personnes venues d’un peu partout, de l’agglomération mais aussi d’autres département, ont participé à la visite organisée par SOLIHA de Vénissieux à la découverte de l’expérience du "PIG Energie", programme d’intérêt général piloté par la métropole et la ville avec l’aide de l’état [1] pour accompagner les propriétaires privés modestes à des travaux de rénovation énergétique.

La visite s’est concentrée sur les copropriétés du plateau qui ont ou vont bénéficier de ce programme, du nouveau Monchaud à Grandes Terres, en passant par Concorde, les caravelles, ou Pyramide... Elle s’est poursuivi avec des exemples de maisons individuelles et constituait la partie pratique d’une journée de "rencontre contre la précarité énergétique et l’habitat indigne" à Lyon à laquelle je ne pouvais participer

C’était l’occasion de présenter la ville, autant pour l’histoire des minguettes que pour l’histoire de l’énergie à Vénissieux !

J’ai présenté d’abord la réponse de la ville à la situation de crise énergétique avec la pétition pour les tarifs réglementés, une réponse collective et politique là où beaucoup ne parlent que de réponses individuelles et comportementales... Pour nous, il est inacceptable de demander aux ménages modestes de baisser leur consommation dans un monde où les gagnants de la crise énergétique sont nombreux. Ce dont nous avons besoin en urgence, c’est de remettre du service public pour faire reculer les gabegies des marchés spéculatifs de l’énergie.

Mais j’ai aussi resitué le PIG Energie dans l’histoire de la politique de l’énergie à Vénissieux, avec la création de la première chaufferie biomasse [2], lancée en 2002, qui a connu des difficultés [3], mais qui permet aujourd’hui de raccorder plus de la moitié des logements de la ville et les 2/3 des équipements du patrimoine municipal.

Avec un réseau avec 62% de biomasse, cela place la ville en tête en terme de part de renouvelable dans le chauffage pour l’ensemble de la ville, et pour le patrimoine municipal avec 41% de renouvelable dans nos dépenses totales de chauffage.

Les efforts de la ville portent aussi sur les consommations électriques avec une baisse constante par exemple de l’éclairage public (-1,5% par an depuis 2010), mais aussi des actions exemplaires comme le programme "SMart Elec" sur la médiathèque de Vénissieux qui a permis de réduire les consommations de 40%

Au total, la ville a une consommation d’énergie par habitant de seulement 379kwh, très en dessous des moyennes régionales ou nationales

Mais la ville avait aussi une politique volontariste pour défendre la place des copropriétés notamment dans les quartiers dits prioritaires. C’est un sujet qui au début des années 2000 faisait discuter. Peut-on apporter de l’argent public à une propriété privée ? Ce n’était pas la culture politique des communistes, mais devant l’importance des copropriétés dans l’équilibre urbain et social des minguettes, devant la réalité des difficutlés sociales de beaucoup de copropriétés, la ville a engagé une politique d’accompagnement, sur des sujets de résidentialisation par exemple, mais aussi sur les questions énergétiques avec la candidature de la ville à une opération globale appelée "OPATB", opération expérimentale sur 10 villes en France qui a permis de donner une photo de la situation énergétique de l’ensemble des bâtiments de la ville. Cette opération ne s’est pas traduire en chantiers mais a jeté les bases de ce qui est devenu un "programme d’intérêt général" énergie de la métropole de Lyon.

Le PIG Energie était né dans une première version qui a permis d’accompagner près de 500 logements et des dizaines de maisons avant d’être renouvelé dans un deuxième programme qui est encours.

Je peux témoigner du succès d’opérations comme celle des Chaumines, une des copropriétés avec le plus de difficultés sociales, ou celle des Grandes Terres, la plus grande copropriété à l’entrée du plateau dont tout le monde peut constater l’embellissement grâce aux travaux, qui vont d’ailleurs être accompagné par une résidentialisation des espaces extérieurs dans le cadre de la rénovation urbaine.

Une intervenante de la métropole et la responsable de SOLIHA qui pilote les projets Vénissians ont donné de nombreux chiffres et exemples de ce qui a été fait. Tout sera certainement sur le site de SOLIHA rapidement

[1agence nationale de l’habitat

[2un des premiers projets de cette ampleur dans la région

[3avec la reconstruction des chaudières en 2010 et un conflit juridique que la ville a gagné

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves