Rentrée sous règles sanitaires, comment être utile pour changer ?

, par  Pierre-Alain , popularité : 34%

La rentrée s’est installée avec la crise sanitaire. Les indicateurs d’épidémie qui remontaient doucement depuis quelques semaines deviennent plus inquiétants. Le virus est bien là, et il est indispensable de le prendre avec sérieux, au travail, à l’école, comme dans nos familles. On sait que beaucoup de "cluster", ces lieux où se sont concentrées des infections sont des fêtes de familles...

Mais si nous apprenons tous à "vivre avec" ce virus, nous savons aussi que la vie est dure pour beaucoup de gens dans ce monde fou d’un capitalisme déchainé à la "Trump". On a vraiment l’impression que le patronat profite de la crise pour accélérer des restructurations engagées avant le covid, tout en profitant des nombreuses mesures du gouvernement pour les entreprises.

Le schéma montre bien un redémarrage ces dernières semaines, même si le niveau reste très loin de celui du mois de mars.

Cette situation donne parfois le sentiment, comme dirait Asterix que "le ciel nous tombe sur la tête"... le virus qui inquiète et contraint nos relations, le gouvernement qui lâche des milliards pour les entreprises dont on se demande qui va les payer à la fin, et des licenciements partout, des grandes entreprise au petit commerce.

Dans un tel contexte, parler du projet que nous avons porté aux élections municipales et métropolitaines pourrait sembler difficile, au contraire. Michèle Picard a été claire dans sa conférence de presse de rentrée : "nos 150 engagements seront tenus". Oui, il faut se mettre au travail, dans la ville comme dans la métropole, car il y a urgence. Et si le virus bouscule beaucoup de choses, le "monde d’après" est bien le même que le "monde d’avant" et nos engagements discutés avec les Vénissieux fin 2019 sont bien d’actualité !

La mise en place des nouvelles équipes prend évidemment du temps. Il y a beaucoup de nouveaux élus, de nouveaux adjoints au maire, de nouveaux conseillers métropolitains, et beaucoup d’organisation à mettre en place, les syndicats intercommunaux, les représentations dans les écoles, les collèges, les centres sociaux, etc... Mais l’essentiel est fait et nous avons pour cet automne des chantiers importants pour les Vénissians
- d’abord sur la démocratie locale. Car le niveau record d’abstention ne rend que plus urgent la relance de nos conseils de quartier et de tous les outils de relation citoyenne. L’agenda et la crise sanitaire ne permettait pas de planifier les assemblées générales annuelles des conseils de quartier cet automne, mais transformons cette contrainte en opportunité d’ouvrir en grand le débat sur ce que nous voulons. Quel rôle aux délégués de quartier ? quelle place au numérique dans la relation entre habitants, élus, services ? quelle place aux assemblées générales et quelle place aux visites de terrain ? et aussi quelle place aux jeunes, aux salariés qui travaillent à Vénissieux...
- ensuite sur la santé et l’environnement, un des thèmes de nos 150 engagements qui a pris pour tout le monde une grande importance. On se focalise évidemment sur ce virus qui circule, mais nous avons tous compris l’importance d’une médecine de proximité et du quotidien sur de nombreux sujets, des punaises de lit aux pollutions environnementales. Comment agir pour plus de services de santé de proximité ?
- et bien sûr pour l’emploi, et donc la formation et l’insertion. Dans toute la ville, des centaines de personnes ont perdu leur emploi, et d’abord les plus précaires, dans la restauration, les services, mais aussi dans l’industrie. Ce n’est pas une compétence municipale, et c’est bien sûr d’abord une question nationale, mais comment mieux nous organiser pour créer des solidarités, pour ne laisser personne isolé face à cette crise ?
- sans oublier notre agenda 21 et nos objectifs pour le climat, l’énergie, l’air. Il faudra relancer le conseil citoyen du développement humain durable, et cela suppose sans doute plus de liens avec les délégués de quartiers, les associations, les entreprises... On voit bien l’effet pervers des emballements médiatiques. Le climat était l’urgence absolue il y a 6 mois, pour quel résultat ? pas grand chose et la guerre USA-Chine semble plus préoccupante pour la santé mondiale que la température moyenne, pourtant toujours en hausse...

J’ai décidé de consacrer plus de temps que précédemment aux relations directes avec les habitants, que ce soit sur le marché où je serai présent une fois par mois avec les militants communistes, dans les rendez-vous individuel logement comme dans les visites mensuelles de terrain avec les bailleurs et syndics. Nous avons prévu dans nos engagements de nouveaux outils de relations élus-habitants, y compris en ligne, nous allons y travailler.

Je souhaite aussi contribuer à une permanence des élus métropolitains de la liste "pour une métropole des communes et des habitants". C’est nécessaire dans le contexte d’une métropole élue au suffrage universel et qui ne représente plus les communes. Nous sommes élus métropolitains des portes du sud, donc pour les habitants de Solaize, Corbas, Feyzin, Saint-Fons et Vénissieux. Nous devons leur permettre de nous rencontrer facilement.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation