La défense des retraites et la campagne électorale...

, par  Pierre-Alain , popularité : 12%

Le mouvement social de défense des retraites a encore marqué l’actualité ce mardi 17 décembre, avec la plus forte manifestation à Lyon depuis des décennies ! Il faut noter la diversité des métiers avec bien sûr les cheminots toujours déterminés, mais assi de très nombreux enseignants, et un cortège de la santé impressionnant...

Bien sûr, ce n’est pas (pas encore ?) un mouvement capable de bloquer vraiment l’économie et le gouvernement pense encore qu’il va faire passer l’essentiel de sa réforme, la retraite par point. Mais il commence à manœuvrer et la démission forcée de son ministre menteur le fragilise. Il cherche donc à diviser en tentant de gagner les dirigeants des syndicats que les médias appellent "réformistes" pour lâcher l’age pivot s’ils acceptent le reste de la réforme.

Le député Yves Blein apporte sa contribution à cette tentative de division du gouvernement. Il tente de faire croire qu’il défend la retraite en s’interrogeant sur l’age pivot tout en cachant bien sûr la conséquence de la retraite par point... comme le disent les manifestations "retraite par point, retraite chagrin !". Il joue bien son rôle de député macroniste en tentant de faire oublier que le vrai objectif de la réforme c’est bien de limiter le poids des retraites à 14% du PIB... Et tout le monde comprend bien que s’il y a de plus en plus de seniors devant se partager une part fixe des revenus du pays, la retraite moyenne ne peut que baisser en pouvoir d’achat !

Yves Blein a pris un risque en voulant aider son ami Macron sur ce dossier, car il nous confirme de quel coté il est dans toutes les batailles sociales.

Après une année mouvementée rythmée par les affaires, de Benalla à Bayrou, et par les gilets jaunes, Macron travaille depuis des mois pour se donner une légitimité locale, en débauchant des élus de gauche et de droite qui tenteront de faire oublier leur passé, et en affichant des personnalités nouvelles qui ne diront rien de leurs engagements politiques. C’est ce que faisait le député Yves Blein, ex socialiste devenu en marche, honteux au point de se présenter comme s’il était sans étiquette, et qui réunit d’anciens socialistes, UDI, LR... Mais chassez le naturel, il revient au galop, Yves Blein fait bien partie de cette génération de politiques qui cassent méthodiquement les services publics et les droits des salariés...

Mais il nous donne l’occasion de revenir au fonds de ce dossier, le droit à la retraite...

La bataille pour les retraites est là pour durer, il faut obtenir le retrait d’abord, mais il faudra ensuite une longue bataille pour la reconstruire...

Les français sont en colère parce-qu’ils ont bien compris ce que des ministres, des politologues des économistes, des experts des retraites tentent de rendre incompréhensible.

La retraite généralisée en 1945 par le ministre Ambroise Croizat est un droit, acquis par tous, et est financé par l’activité économique, c’est à dire par des cotisations qui sont soustraites au profit et constituent donc un salaire socialisé et différé...

- Oh, le gros mot ! Un salaire quand le patronat voudrait bien partout revenir à la paie à la tache, celle que réinvente Uber et consorts et qui permet de supprimer tout droit du travail !
- Oh encore un gros mot, un salaire socialisé quand tout pousse à l’individualisme et au chacun pour soi !
- Oh toujours un gros mot ! Un salaire différé ce qui revient à dire qu’un retraité continue à être payé alors qu’il ne travaille plus que pour lui ou librement pour les autres...

La réforme de la retraite par point vise à casser ce droit conquis par le monde du travail contre le marché des assureurs et fonds de pension. Rappelons que la capitalisation n’ouvre aucun droit, les salariés et retraites de l’ex entreprise Enron aux USA en ont fait la douloureuse expérience. Un matin, ils ont appris dans les médias que leur fonds de pension avait disparu, et qu’ils ne toucheraient donc plus rien !!!

Toutes les simulations de la réforme sont claires.
- Les petits salaires ayant connu précarité, chômage et temps partiel n’auront jamais de carrière complète et n’auront gagné que peu de points. Ils, elles le plus souvent, devront travailler le plus longtemps possible pour survivre ..
- Les salaires moyens et les fonctionnaires connaîtront une chute brutale de leur pension, ils seront poussés à épargner et à ne plus attendre de droit réel à une vie digne de leur carrière
- Les salaires plus élevés seront le nouvel eldorado des fonds de pension...
- Le droit à la retraite sera réduit à un filet de charité pour éviter une vieillesse de misère trop visible

Il faut dire que le premier gestionnaire d’actifs au monde, BlackRock a des vues sur l’épargne française, et conseille directement l’Élysée et le gouvernement.

Voila la réalité que tous les médias tentent de nous cacher, une lutte terrible des plus riches pour s’accaparer tout ce qui est public, appartient à tous, et ne passe donc pas par leurs poches. Les salariés, des plus pauvres aux plus aisés, ont tout intérêt à défendre ensemble leurs droits, et en premier lieu le droit à une vraie retraite, digne pour tous, financée par le travail donc les entreprises, gérée démocratiquement par les représentants des salariés, à un niveau digne de leur carrière.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves