« La privatisation est un échec complet » Interview par le journal Expressions

, par  Pierre-Alain , popularité : 7%

Merci au journaliste d’Expressions qui a parfaitement repris ce que je lui ai dit avec une écriture plus courte et lisible que moi ! Je me permets de le reprendre sur mon blog.

Questions à Pierre-Alain Millet, adjoint au maire en charge du développement durable

« La privatisation est un échec complet »

Pierre-Alain Millet, adjoint au maire de Vénissieux en charge du Logement, du Développement durable et des Énergies, analyse pour Expressions les causes des augmentations des tarifs énergétiques et les solutions proposées par le gouvernement.

Que ce soit avec le gaz naturel, l’électricité ou le fioul, il devient difficile de se fournir en énergie en France…

Posons-nous la question : pourquoi les prix des énergies explosent ? Parce que la privatisation a eu des effets désastreux sur le pouvoir d’achat des ménages, parce que tout dépend du marché du pétrole, qui est instable et dépend de questions géopolitiques très éloignées de la notion de service public. Par exemple, en France, il n’y a aucune raison pour que les tarifs de l’électricité augmentent. Elle est en effet produite principalement par le nucléaire et par l’hydraulique. Mais si elle devient plus chère, c’est parce qu’elle se trouve sur un marché européen, plus dépendant du gaz naturel — notamment en Allemagne.

Que pensez-vous de la réponse du gouvernement ?

Le gouvernement invente un bouclier tarifaire à quelques mois de l’élection présidentielle qui n’est autre qu’un outil de communication. Il doit d’ailleurs s’arrêter en avril… juste après le scrutin national ! Cette mesure repose sur un pari, celui que les tarifs baisseront au printemps prochain. Or, c’est un pari risqué, sans garantie. Et comme d’habitude, ce sont les ménages qui paient — et qui payeront — la facture.

Nous, notre objectif politique, c’est de faire baisser les prix, de réintroduire le principe selon lequel l’énergie est un bien public devant, à ce titre, être géré par un service public. Parce qu’on entend parfois que des tarifs qui augmentent, ça pousse aux comportements plus vertueux. Mais ce n’est pas vrai pour la plupart des foyers modestes et de la classe moyenne. L’immense majorité des déplacements en zone périurbaine, par exemple, ce sont des déplacements contraints (pour aller travailler, faire garder les enfants…). Ce n’est pas de l’agrément ou une volonté, il n’y a tout simplement pas d’autre choix !

Cette hausse des prix des énergies concerne les tarifs réglementés, mais elle n’est pas sans conséquence pour les acteurs privés, présents sur le marché depuis l’ouverture à la concurrence…

C’est bien la preuve que la privatisation est un échec complet. Rendons-nous compte de la situation : des acteurs privés, gavés d’aides publiques lors de l’ouverture à la concurrence, disent, maintenant que les tarifs augmentent pour eux, qu’ils n’en peuvent plus. Ils virent des clients, ne veulent plus en prendre de nouveaux. C’est une terrible leçon, mais ce n’est pas faute d’avoir prévenu : les groupes privés ne sont là pour remplir un service public que s’il est rentable, et se retirent à la première des difficultés.

Voir en ligne : sur le blog d’expressions

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves