le 28 juin, pour Vénissieux, il faut creuser l’écart !

, par  Pierre-Alain , popularité : 22%

La campagne électorale se termine et elle ne fait que confirmer la crise profonde de la politique dans notre pays. Alors que la crise sanitaire n’est pas terminée, qu’une crise économique et sociale brutale est déjà là, la plupart des candidats misent sur la communication des promesses et des polémiques, faisant fi du réel.

L’enjeu principal du 28 juin sera la participation, après le record d’abstention du premier tour, mais pour des milliers d’habitants, il y a tant de raisons de se méfier de la vie publique qu’il faut beaucoup de contacts personnels pour les convaincre que le vote peut être utile. Nous avons publier 6 raisons de voter deux fois pour Michèle Picard le 28 juin, pour les municipales et pour les métropolitaines.

  1. Mettre en échec toutes les droites, macronistes, autoritaires ou extrême.
  2. Assurer une large victoire des forces de gauche et écologistes
  3. Renforcer nos politiques de sécurité et solidarité, d’éducation et d’emploi...
  4. Bâtir ensemble notre ville humaine, écologique, solidaire et citoyenne
  5. Rassembler les Vénissians avec une équipe unie et ses 150 engagements
  6. Remettre en cause la métropole de droite Collomb-Buffet-Kimelfeld

La crise sanitaire a montré l’absence de l’état sur le terrain, l’affaiblissement de notre industrie, de nos services publics. Il a fallu l’engagement de millions de salariés dans la santé, la distribution, la propreté, l’énergie pour permettre à notre pays de tenir malgré la pandémie. Mais les forces politiques gouvernementales recommencent leur politique politicienne des places et des promesses

Comment peut-on accepter qu’un député LREM comme Mr Blein se présente comme candidat local, non concerné par les politiques antisociales gouvernementales qu’il a toutes soutenues et qui ont durement marqué toutes les communes, dont Vénissieux ? Comment peut-il se permettre de publier une profession de foi pour les élections métropolitaines qui dénonce le bilan d’une métropole qui est dirigée par ses propres amis politiques et promet de faire demain ce qu’il n’a pas fait hier ? Il représente dans cette élection le comble de la politique politicienne qui est la vraie cause de la fracture avec les citoyens. Tout est de la "com", des images, des sourires, des promesses... Au risque du ridicule dès qu’on prend un moment pour le lire. Ainsi, il promet « la fin du bétonnage, plus aucune construction de logement social », alors que l’essentiel des constructions ces dernières années ne sont pas du logement social, mais des logements en accession ! Dans ce cas, il y a double mensonge, un mensonge direct puisque il si on veut la fin du "bétonnage", alors il faut demander l’arrêt des constructions privées ! et un mensonge par omission, car si on arrête toute construction de logement social, alors les 4500 demandes en attente vont voir les délais d’attente exploser !

Mais Mr Girard n’est pas en reste. D’ailleurs, leurs discours sont étrangement similaire, par exemple sur la sécurité. Pour eux, le problème bien réel des trafics, des rodéos, des incivilités serait un problème de la ville ! Ils n’en parlent que pour dénoncer le maire et tenter de faire croire que ce serait son action qui serait la cause des problèmes vécus. C’est un peu comme ce colistier de Mr Blein, qui ne cesse de dénoncer tous ceux qui nettoient la ville sans jamais critiquer ceux qui la salissent !

Qui peut sérieusement croire que le trafic de stupéfiant ou les rodéos n’existent qu’à Vénissieux ? Il suffit de lire la presse locale pour constater que les communications médiatiques de certains maires n’ont pas supprimé les trafics, les rodéos, les incivilités, comme à Rillieux ou à Saint-Priest par exemple...

Non, la sécurité est tout sauf un sujet politicien. Ce devrait être un sujet républicain, pour lequel toutes les forces se mettent d’accord pour des mesures convergentes entre l’état, la métropole, les communes, dans tous les domaines, la police, la justice, mais aussi la santé, l’éducation... Personne n’a de recettes miracles. C’est d’abord avec les professionnels de la police, de la justice, de la santé, de l’éducation qu’il faut évaluer ce qui fonctionne, ce qu’il faut renforcer ou transformer.

De ce point de vue, la proposition la plus importante de la campagne est bien l’engagement nr 4 de Michèle Picard de créer une commission citoyenne de prévention des incivilités et des violences avec les habitants, les acteurs de la santé, de l’éducation, de la prévention, de la police et de la justice, pour partager et faire évoluer l’action publique.

Au total, bien loin du marketing populiste de nos opposants, la campagne de l’équipe de Michèle Picard a donné à tous les Vénissians des éléments concrets de discussion, 150 engagements qui dessinent l’action publique pour les 6 années à venir. Beaucoup dépendra du résultat final de la métropole. Vénissieux peut faire évènement en envoyant des élus de gauche et écologistes pour défendre nos communes et une autre conception de la métropole. Mais pour cela, il faut creuser au maximum l’écart pour placer Michèle Picard au plus haut possible. Chaque voix compte !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves