Une drole de campagne et un espoir pour les jours heureux...

, par  Pierre-Alain , popularité : 7%

Cette campagne s’achève et pour beaucoup de citoyens, dans la plus grande confusion. La fracture entre eux et le système politique, et notamment les médias, ne fait que se creuser. Les jeunes ne s’informent plus avec les médias classiques, les milieux populaires ne leur font pas confiance non plus. Tout le monde s’inquiète de l’abstention qui pourrait battre un record pour une présidentielle.

Je ne sais pas si les journalistes se rendent vraiment compte de l’effet de la répétition de discours uniformes. Beaucoup de français ont le sentiment qu’il n’y a plus de journalistes d’enquête ou d’opinion, mais des professionnels de la communication dont le métier n’est pas d’informer mais de convaincre, de contraindre même à l’opinion dominante, de décrédibiliser tout discours différent.

Les médias sont devenus une énorme machine à reproduire comme le fait la publicité, en jouant sur les émotions, les peurs, la répétition. Évidemment, la guerre a renforcé cette tendance ancienne, notamment due à la mainmise de quelques grands capitaines d’industrie, en général militaire, sur tous les médias. C’est une des causes de cette crise politique qui dure...

Et pourtant la campagne s’est déroulée principalement dans les médias. Même les meetings, qui sont importants pour les militants qui y participent, sont d’abord des spectacles médiatiques.

D’ailleurs, sur Vénissieux, il n’y a que trois forces politiques soutenant un candidat qui sont apparus sur les marchés, au porte à porte, ou dans des rencontres, les communistes bien sûr, les insoumis et lutte ouvrière.

Et même le collage ! Sur les panneaux officiels vers les bureaux de vote, c’est théoriquement le préfet qui missionne une entreprise pour coller les affiches des 12 candidats, mais sur toutes les minguettes, ce n’a pas été fait et seuls 4 candidats ont eu des militants pour coller les panneaux. Roussel, Mélenchon, Arthaud et .. Pécresse, dont personne ne connait les représentants locaux, mais qui a peut-être eu un prestataire national.

Macron s’est mis à coller il y a quelques jours, et a organisé une tournée ce dernier soir... Evidemment, pas de meeting, son seul meeting parisien relevant plus d’un concert que d’un évènement politique..

C’est à l’image de la vie politique française, tout sur la communication, les médias et les réseaux sociaux, et plus aucun ancrage de terrain, plus de lien réel avec les habitants, plus d’organisation populaire militante...

Dans ces conditions, que vont faire les français ? On dit que le peuple français est très politique, on verra...

En tout cas, je suis très content de la campagne des jours heureux conduite par Fabien Roussel. Il est parti de loin, totalement inconnu au plan national. C’est le premier candidat communiste depuis 20 ans. Et il a réussi deux tours de forces
- unir tous les communistes, malgré les débats vifs qui les animent depuis des années [1]
- faire reconnaitre que le PCF existe, qu’il a son propre discours, son projet, sa capacité à comprendre la société française pour la transformer radicalement.

Evidemment, plus son résultat sera élevé, plus nous aurons de la force dans les années qui viennent pour nous défendre, défendre nos salaires, notre secu, nos services publics...

Bref, dimanche, mettez un bulletin Fabien Roussel dans l’urne, et écoutez les réactions des experts et des décideurs économiques. A 1 million de voix, ils diront que c’est une anomalie que le PCF existe encore, à 2 millions, ils diront qu’il faut plus s’inquiéter du PCF que de l’extrême-droite. A 3 millions, ils diront que les plus riches commencent à planquer leur fortune ailleurs...

Le bulletin des jours heureux, c’est le plus fort pour dimanche, celui qui peut faire l’évènement qu’on aura pas oublié dans un an !

Le dernier meeting de Fabien Roussel à Lille devant 5000 personnes
Presque tous les candidats à la présidentielle sont parisien, sauf Fabien Roussel, qui est un ch’ti du nord, et ça s’entend !

[1tous ou presque, mais ceux qui ont choisi de défendre un autre candidat sont en difficulté pour s’expliquer dans leur parti

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves