Avec Michèle Picard, poursuivre une histoire rebelle...

, par  Pierre-Alain , popularité : 11%

La décision du député sortant André Gerin de ne pas se représenter a surpris et provoqué de nombreux commentaires, surtout de ceux qui espèrent que cela leur permettra d’en finir avec cette originalité d’une circonscription qui élit depuis 70 ans un député communiste.

Pourtant, des parents d’élèves qui défendent leur école contre une fermeture ou pour obtenir un remplacement, aux salariés de Veninov qui tentent de sauver leur usine, en passant par les associations de solidarité qui organisent la défense d’un père d’élève chassé du territoire ou d’une mère de famille avec enfant expulsé de son logement... des milliers d’habitants savent l’importance d’avoir un député communiste, un député engagé et disponible pour soutenir leur lutte...

Tout le monde sait que ce serait pour tous une immense perte que de ne plus en avoir... Certains diront que les communistes sont un peu fous de ne pas présenter leur candidat le plus connu, nationalement connu et reconnu comme un député utile au monde du travail et à toutes les villes de la circonscription, un député qui dit ce qu’il pense et détonne dans ce monde politique consensuel et institutionnel...

Mais, comme ils l’avaient décidé en 2009 lors du changement de maire, les communistes ne raisonnent pas comme le reste du microcosme politique. Ils savent que l’avenir est à ceux qui luttent, et de ce point de vue, Michèle Picard a en moins de 2 ans démontré qu’elle portait bien cette histoire d’une ville belle et rebelle, qu’elle représentait, à sa manière, une force et une détermination qui prolonge le travail d’André Gerin et avant lui, de Marcel Houel, Louis Dupic...

Que ce soit quand le ministre de Sarkozy vient signer un contrat urbain à Vénissieux, parce que c’est une des villes dans laquelle la politique de la ville s’est le mieux concrétisé, ou quand le président du Grand Lyon vient discuter du futur de l’axe Bonneway pour lequel la ville pèse de tout son poids pour un projet de qualité urbaine et humaine, loin du contre-exemple de la zone commerciale de Bron-St-Priest, ou encore devant le tribunal avec les autres maires prenant des arrêtés anti-expulsions pour interpeller le préfet, Michèle Picard est devenu une référence du Grand Lyon...

Alors, même si le redécoupage de la circonscription semble fait sur mesure pour le candidat socialiste, même si le FN va tenter de reprendre le terrain que André Gerin lui avait fait fait perdre depuis 2005, même si la crise politique et la véritable fracture qui sépare les institutions de milliers de familles populaires pèsent sur le vote, les communistes sont déterminés à mener et gagner cette bataille des législatives.

Ils ne le font pas dans un esprit partisan, d’autant que le parti communiste est lui-même autant bousculé que les autres partis par cette crise, et que les débats internes y sont nombreux, mais ils se rassemblent pour proposer un rassemblement qui va bien au-delà des communistes et de leurs soutiens, bien au-delà du Front de Gauche... !

Les communistes s’adressent à tous ceux qui sont en colère contre Sarkozy et son pouvoir des riches, son arrogance contre les salaires, les retraites et les pensions...

Ils s’adressent à tous les syndicalistes, les associations qui défendent l’emploi, les salaires, les services publics, la solidarité...

Ils s’adressent à tous les républicains qui s’inquiètent du désengagement de l’état, de son délitement devant les marchés et les institutions économiques européennes et mondiales, devant les attaques contre la langue française, et la diplomatie néo-coloniale et militariste qu’a désormais la France...

Ils s’adressent à tous les abstentionnistes, à tous les déçus de la gauche et de la droite, qui pensent le plus souvent qu’on ne peut rien y faire, que les institutions sont de toute façon définitivement loin des intérêts du plus grand nombre, que l’élection ne change de toute façon rien...

Les communistes ne disent pas que l’élection va changer la vie, on sait depuis l’expérience de la gauche après 81 ou 97 que ce n’est pas vrai ! et il suffit d’entendre le candidat socialiste prévenir déjà qu’il ne pourra pas tout faire pour comprendre que l’austérité continuera après la présidentielle quel que soit le candidat élu.

Mais justement, ce qui peut changer, c’est que l’ambiance politique après les présidentielles redonne de la force aux luttes, aux manifestations, à un puissant mouvement social qui seul peut bousculer les institutions.

Déjà, mettons dehors Sarkozy ! ça donnera de l’ambiance ! Stoppons la dérive fascisante que représente aussi bien d’ailleurs ce Sarkozy que cette Marine Le Pen qui se présente comme moderne mais continue à parler des travailleurs pour mieux les diviser en empêchant justement leur unité face aux grands patrons !

Ensuite, donnons la plus grande force possible aux communistes, pour les aider à surmonter leurs difficultés, retrouver leur unité et leur utilité dans les luttes

Et pour cela, rien de tel qu’un député communiste au Portes Sud de Lyon !

Nous sommes des milliers à St-Fons, Feyzin, Corbas, Vénissieux, Solaize, St-Priest à avoir envie et besoin d’une vraie victoire face à l’Euro, aux dettes, aux banques, à ce gouvernement des riches, à ces médias "chiens de garde" du capitalisme...

Comme en 2005 ou le NON est venu d’en bas, du monde du travail et notamment des villes de la 14ème circonscription... C’est ce rassemblement que Michèle Picard portera dans cette élection jusqu’à l’assemblée nationale !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation