Message aux électeurs de gauche de la dernière heure !

, par  Pierre-Alain , popularité : 15%

Vous êtes des milliers d’électeurs de gauche à vous être déplacés ce 13 Décembre au deuxième tour des élections régionales pour répondre au choc du score dominant du FN au premier tour et de l’hypothèse de voir la gauche éliminée non seulement dans le nord et le midi mais presque partout... Dans mon quartier, on passe de 185 votants à. .. 343, presque le double !

Mais cette prise de conscience était tardive et... limitée. Car, si vous avez eu raison de refuser de laisser le pouvoir à la droite et l’extrême droite, êtes-vous sûr de l’effet de votre vote ? En Rhône-Alpes, le total gauche du premier tour était supérieur à la droite, donc en se mobilisant, la victoire semblait réaliste, mais on ne résiste pas à ce qui domine notre société en se mobilisant au dernier moment sans trop savoir ni comment ni pourquoi...

Comment puisque dans deux régions, le parti socialiste lui même demandait à ses électeurs de voter à droite, puisque certains évoquaient un gouvernement d’union nationale face au FN, comme en Allemagne où il est fréquent d’avoir des gouvernements gauche-droite ? La confusion est complète !

Et pourquoi se mobiliser contre la droite ? Pour "sauver" un gouvernement qui va aggraver la politique d’austérité imposée aux communes, aux services publics, qui va continuer à brader nos atouts industriels comme Renault Trucks ou Alstom, donc qui va continuer à faire augmenter le chômage ? Pour soutenir François Hollande reprenant la proposition du FN de déchéance de nationalité, Vals se félicitant de battre les records d’expulsions de Sarkozy ? Un vote pour les guerres que la France a mené ou aidé en Afrique ou au Moyen-Orient et qui ont mis le feu dans tant de pays ? Un vote contre une politique de droite ? Bien sûr que non ! Le gouvernement mène une politique de droite avec une étiquette encore de gauche pour un moment...

Ce vote de la dernière minute était uniquement un rejet des partis de droite et d’extrême droite. Certains se disent même parce que le FN n’a gagné aucune région : "Ouf, on y a échappé belle !"

Et bien non ! On n’a pas échappé à la droite qui sort renforcée du deuxième tour après avoir été bousculé par le FN au premier tour. Et on n’a pas échappé du tout au FN qui va pouvoir se présenter encore plus comme la seule alternative au "système" et au partis gouvernementaux, et qui prépare 2017 comme le premier parti de France...

En 2002, la simple présence du FN au deuxième tour, sans aucune chance de gagner, mettait des millions de gens, de jeunes dans la rue... En 2015, alors que le risque de sa victoire était bien réelle, cela ne se traduit que par une hausse de la participation... qui reste encore très loin de la participation aux présidentielles, sauf pour l’électorat du FN qui franchit un nouveau record ! Et en 2017 ? Que faut-il attendre ? Chacun le sent bien, si rien de neuf ne se passe, à force de s’étendre, le courant qui pousse la France à droite peut tout emporter.

Ce vote de deuxième tour crée les conditions de la victoire finale du FN. Laisser la politique aux médias et aux élus, délaisser les associations, les syndicats sur le terrain, nous laisser réduire à des identités médiatiques, culturelles, religieuses sans voir que sous une grande diversité de forme, des millions de victimes du capitalisme ont toutes les raisons de s’unir pour résister et s’organiser, c’est laisser grandir ce qui gangrène les consciences.

Nous ne battrons pas le Front National avec les partis qui le mettent en scène au premier tour pour mobiliser au second. Nous ne ferons pas reculer le FN avec des politiques de soumission au capitalisme et à l’impérialisme dominant. Nous ne ferons pas reculer le racisme avec des cours de morale et la promesse d’une europe sociale. Nous ne ferons pas reculer la peur de l’autre en multipliant les guerres et les réfugiés. Nous ne ferons pas reculer le FN avec des politiques de mise en concurrence toujours plus dure des travailleurs.

Faire reculer le FN exige de s’engager pour bousculer la vie politique, organiser des résistances qui unissent et convergent, affirmer l’exigence d’une autre société, retrouver en fait, réinventer, ce qu’a longtemps porté le parti communiste [1]. C’est un effort beaucoup plus important qu’un simple vote de dernière heure

[1Avec 22,14% des inscrits, c’est à Vénissieux que la liste de gauche a le plus mobilisé dans les villes populaires. Les victoires communistes aident à résister à la droite et au Front National.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Gérard Collomb au SYTRAL ?

    Le conseil de métropole du 18 septembre à réélu sa représentation au syndicat des transport, le (...)

  • En marche à reculons...

    Les Français découvrent, certains désabusés, d’autres étonnés quand même, la réalité de la (...)

  • Je ne suis pas Muet...

    Le journal Lyon Capitale faisait ce 10 juillet un compte-rendu en direct de la séance du conseil (...)

  • La fin des partis ?

    Suite de "tout change pour que rien ne change"
    Les partis politiques seraient donc dépassés... (...)