Vénissieux fait face, malgré l’austérité, pour une ville pour tous

, par  Pierre-Alain , popularité : 25%

Le résultat des municipales de Vénissieux est à la fois marqué par la vague bleue qui a submergé tant de terres de gauche, et en même temps originale par la résistance de la liste conduite par Michèle Picard à la tenaille que tenaient l’UMP et le PS. Imaginez un seul instant que le résultat se soit traduit comme à Vaulx-en-Velin par une courte défaite du maire communiste sortant, les médias nationaux seraient venus en masse, les télés et les radios commentant à n’en plus finir la "chute du dernier bastion communiste avec la faucille et le marteau" comme le dénonçait le candidat de droite.

Pourtant, nationalement, c’est le silence ! Déçu sans doute, ceux, nombreux, qui avaient construit ce personnage médiatique "Obama des banlieues" qui allait "faire tomber le bastion communiste" se désintéressent de notre ville, attendant le prochain accident social pour confirmer leur discours préfabriqué sur une ville qu’ils ne connaissent pas et ne comprennent pas.

Car Vénissieux a résisté à la vague bleue, avec une droite qui, au total, avec son extrême ne progresse que de 2,8% sur 2008, nettement moins qu’au niveau national où elle passe de 38,14 % à 42,77% (+4,63%). Elle perd même de l’ordre de 500 voix sur 2008 en tenant compte de la part du Modem dans une liste de 2008 [1]... Notons cependant que c’est la droite qui progresse le plus entre les deux tours, gagnant 416 voix sur le total UMP-UDI du 1er tour.

Celà dit, à Vénissieux, pas de vague bleue, et le bleu marine est contenu, l’identitaire fasciste Lyonnais Gabriac a perdu son parachutage à Vénissieux et n’est pas élu.

Si l’abstention au 1er tour progresse de 51,7 à 55,7 % (+4%), soit 1624 abstentionnistes de plus qu’en 2001 et 2829 qu’en 2008, dans une période de développement de la ville, les votants restent autour de 13000, les exprimés ne perdent que 361 (-2,8%) sur 2001 et 731 (-5,7%) sur 2008. L’abstention à Vénissieux reste en dessous de celle de nombreuses villes populaires de banlieue (à plus de 58 %, on trouve Villiers le Bel, Vaulx-en-Velin, Bobigny, St-Denis, Aubervilliers, Vitry, Sarcelles, Roubaix, Clichy...), et contrairement au niveau national, elle baisse de 3,34% entre les deux tours, il y a 852 exprimés de plus en 2014 au deuxième tour que dans la quadrangulaire de 2001... Si la campagne a pris des formes délétères, le fait est que de nombreux Vénissians se sont mobilisés pour le choix de leur maire.

Dans ce contexte 2014, la liste dirigée par le PCF mobilise 67 % du vote d’union de la gauche de 2008 et 73% du vote d’union de la gauche de 2001... La tête de liste socialiste peut se répandre dans les médias pour rassurer ceux à qui il a tant promis pendant des semaines de mensonges, le rapport de forces à gauche est clairement en faveur du PCF. La proposition faite avant la campagne par le PCF d’accorder 11 élus au PS sur une liste d’union de 34 correspondait bien aux votes des Vénissians.

Cette analyse doit être précisée par quartier, ce qui permet de bien mesurer a quel point le choix de "l’alternative de gauche à la gestion par les communistes" que tente de défendre Lotfi Ben Khelifa est d’abord et avant tout la porte ouverte à la droite. Le quartier du Moulin à Vent était le quartier ou le parti socialiste faisait traditionnellement ses plus hauts scores, souvent devant le parti communiste. en 2014, il s’effondre et perd 30% de son électorat des cantonales de 2008, ce qui profite un peu à Michèle Picard, mais aussi malheureusement à la droite qui progresse elle dans ce quartier de +20% sur les mêmes cantonales.

Et si aux Minguettes, le PS triple presque ses voix sur 2008 [2], faisant jeu égal au total avec la liste de Michèle Picard, les 338 votants de plus entre ce deuxième tour 2014 et l’élection municipale de 2008 profite aussi à la droite qui gagne 107 voix. A force de répéter "pas d’accord avec le PCF, stop aux 80 ans de communisme", les électeurs mobilisés par cette campagne peuvent se dire que le plus sûr moyen de battre Michèle Picard, c’est de voter à droite !

Certains disent que cette bataille du PS a été décidé pour "sauver Bernard Rivalta", jusqu’alors président du SYTRAL. Mais tout ceux qui avaient étudié dans le détail les règles d’élection des conseillers communautaires, savaient que de toute façon, Bernard Rivalta allait être réélu [3] et chacun savait que Lotfi Ben Khelifa, tout en motivant les habitants des Minguettes à voter pour le "premier maire des Minguettes", se préparait à démissionner pour laisser sa place de conseiller communautaire à Bernard Rivalta, un des "barons" du système en place...

Il y a donc d’autres motivations, personnelles et du parti socialiste, pour avoir choisi une telle bataille anti-communiste, et ce sont celles qui ont animées le discours du PS à Vaulx-en-Velin, celles de toutes les villes que le PS a tenté de prendre au PCF au lieu de défendre les siennes contre la droite. On peut noter ainsi que Gérard Collomb entre les deux tours n’est allé ni à Rillieux, ni à St-Priest, ni à St-Fons, ni à Décines, ni à Chassieu, ni à Mions, villes socialistes qui étaient en danger, mais qu’il a trouvé le temps de venir à Vénissieux...

La crise de la politique s’est approfondie, et les dirigeants actuels s’installent dans une fuite en avant politique et institutionnelle.
- Le gouvernement élu par un peuple qui en avait marre d’une politique Sarkosyste outrancièrement en faveur des oligarchies économiques, se prend une claque politique gigantesque car il n’a pas décidé du changement attendu ? Il annonce qu’il va accélérer cette politique d’austérité, de mise en concurrence acharnée dans l’intégration européenne, politique dont la grande majorité des électeurs, de gauche comme de droite, ne veulent plus...
- L’abstention progresse à chaque élection, les Français exprimant de plus en plus ouvertement leur méfiance envers les institutions, les partis, et même envers la démocratie comme mode de gestion des gouvernements ? Les partis gouvernementaux, multiplient les "coups" :
— je veux mener une politique encore plus antisociale à droite, et je mène campagne auprès des décus de la gauche en promettant des mesures sociales...
— je soutiens la politique gouvernementale socialiste qui impose la réduction de la couverture maladie pour réduire le "trou" de la Sécu, mais je mène campagne au plan local pour proposer un "système de garantie de soins pour tous"...
— je vais au gouvernement acquérir de la légitimité, et vote toutes les réformes de droite et j’en sors après la vague bleue et un peu avant une échéance électorale pour tenter de me refaire une virginité politique de gauche...

Cette crise politique et institutionnelle va encore s’aggraver avec les prochaines élections européennes qui vont battre tous les records d’abstention, mettant en avant le FN, seul parti que les médias présentent comme "anti-système", en tout cas, seul à porter dans ses discours, la colère populaire contre l’Euro et l’U.E.

Elle s’aggravera encore avec les sénatoriales qui verra le Sénat rebasculer à droite, poussant de plus en plus dans les faits à cette "grande alliance" qui serait la solution à l’allemande à la nécessité de majorités solides pour "faire passer" les réformes anti-populaires.

C’est avec tout cela en tête qu’il faut bien apprécier le résultat Vénissian. Un nouveau maire communiste a pris ses marques. Michèle Picard a pu démontrer ses capacités, son engagement depuis 2009. Elle a su rassembler largement les Vénissians sur un projet clair, affichant son objectif de "tenir le cap à gauche", tout en tendant la main à toutes les personnalités de la ville attachées à l’intérêt général. Elle est désormais regardée par tous comme une nouvelle personnalité politique de poids dans l’agglomération. Elle va réaliser le projet de ville de Vénissieux au service de tous ses habitants, et en même temps, elle va faire la démonstration qu’on peut refuser le cynisme en politique, le cynisme des affaires, des compromissions avec les institutions, des discours démagogiques et populistes, du clientélisme...

Un renouveau de la vie politique est absolument nécessaire, mais loin des formules médiatiques du coup de balai tant affectionné par la droite, c’est au contraire dans un patient travail pédagogique et citoyen que le rassemblement réalisé ce 30 mars 2014 à Vénissieux pourra s’élargir, acquérir de la force pour prendre ses responsabilités avec les Vénissians dans les années à venir, regagner pas à pas les abstentionnistes, les "je n’y crois plus", et même les "chacun pour soi".

Les résultats comparés des élections locales depuis 2001 par grand territoire de Vénissieux

Territoire Élections 02Abst 03Nuls 04EG 05PC 06PS 07DG 08G 09VE 10DIV 11D 12ED Total Exprimés
Centre 200104 T1 Municipales 2306 119 197 958 295 74 244 476 4669 2244
200104 T2 Municipales 2372 73 1146 377 330 371 4669 2224
200803 T1 Cantonales 2596 91 941 296 181 111 160 400 335 5111 2424
200803 T1 Municipales 2528 106 1327 253 659 269 5142 2508
201403 T1 Municipales 3000 84 62 853 460 118 73 637 278 5565 2481
201403 T2 Municipales 2854 92 1113 498 645 264 5466 2520
Est 200104 T1 Municipales 2502 195 250 1162 304 99 314 639 5465 2768
200104 T2 Municipales 2650 111 1372 437 370 525 5465 2704
200803 T1 Cantonales 2808 113 1101 414 83 161 110 494 421 5705 2784
200803 T1 Municipales 2734 139 1491 246 756 377 5743 2870
201403 T1 Municipales 2999 88 50 779 560 95 45 812 318 5746 2659
201403 T2 Municipales 2852 101 1023 555 926 289 5746 2793
Parilly 200104 T1 Municipales 2206 170 209 861 218 40 300 573 4577 2201
200104 T2 Municipales 2283 68 1047 309 406 464 4577 2226
200803 T1 Cantonales 2496 58 800 335 316 500 282 4787 2233
200803 T1 Municipales 2445 96 1115 216 632 303 4807 2266
201403 T1 Municipales 2575 97 73 618 379 35 49 711 332 4869 2197
201403 T2 Municipales 2554 94 794 351 771 305 4869 2221
Moulin à Vent 200104 T1 Municipales 2125 145 210 966 218 32 399 470 4565 2295
200104 T2 Municipales 2165 58 1114 335 504 389 4565 2342
200803 T1 Cantonales 2245 32 863 436 274 640 256 4746 2469
200803 T1 Municipales 2209 81 1286 213 721 264 4774 2484
201403 T1 Municipales 2453 83 71 724 353 31 19 752 322 4808 2272
201403 T2 Municipales 2307 67 935 305 866 328 4808 2434
Minguettes 200104 T1 Municipales 4032 158 246 1151 234 252 339 544 6956 2766
200104 T2 Municipales 4094 104 1524 390 433 411 6956 2758
200803 T1 Cantonales 4490 85 777 393 498 459 339 284 7325 2750
200803 T1 Municipales 4460 88 1579 448 537 229 7341 2793
201403 T1 Municipales 4973 99 71 789 810 184 104 524 158 7712 2640
201403 T2 Municipales 4476 108 1102 1153 704 169 7712 3128
Vénissieux 200104 T1 Municipales 13171 787 1112 5098 1269 497 1596 2702 26232 12274
200104 T2 Municipales 13564 414 6203 1848 2043 2160 26232 12254
200803 T1 Cantonales 14635 379 4482 1874 762 862 729 2373 1578 27674 12660
200803 T1 Municipales 14376 510 6798 1376 3305 1442 27807 12921
201403 T1 Municipales 16000 451 327 3763 2562 463 290 3436 1408 28700 12249
201403 T2 Municipales 15043 462 4967 2862 3912 1355 28601 13096

[1avec une tête de liste dirigeant une liste modem-verts, passé sur la liste du PS en 2014

[2on sait que ce résultat a été obtenu avec une campagne mensongère et frauduleuse

[3il aurait fallu dans le cas contraire que Michèle Picard fasse 33% de plus que le PS... autrement dit, sur la base du résultat du PS au premier tour, 16%, il fallait que Michèle Picard atteigne les 50% !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Gérard Collomb au SYTRAL ?

    Le conseil de métropole du 18 septembre à réélu sa représentation au syndicat des transport, le (...)

  • En marche à reculons...

    Les Français découvrent, certains désabusés, d’autres étonnés quand même, la réalité de la (...)

  • Je ne suis pas Muet...

    Le journal Lyon Capitale faisait ce 10 juillet un compte-rendu en direct de la séance du conseil (...)

  • La fin des partis ?

    Suite de "tout change pour que rien ne change"
    Les partis politiques seraient donc dépassés... (...)