2500 cartes-pétitions pour le droit à l’énergie

, par  Pierre-Alain , popularité : 11%

L’accès à l’énergie est un droit vital pour vivre décemment, se chauffer, se déplacer, se nourrir. La mise en concurrence depuis des années se révèle une catastrophe pour les usagers et les salariés du secteur. Les prix ont explosé dès 2020/2021, +57% pour le gaz, en 2021, +10% pour l’électricité en 2020. La crise s’est accélérée fin 2021 et le « bouclier » du gouvernement l’a fixé à +4 % en 2022 et +15% au 1er janvier 2023. C’est un bouclier percé !

Tout cela parait fou, puisque la logique du marché européen fait que l’électricité augmente car le gaz augmente, alors que nous n’avons pas besoin de gaz en France pour l’électricité grâce au nucléaire.

Avec les offres privées pour l’électricité, certains abonnés ont vu des tarifs multipliés par plus de 3, et des fournisseurs qui font faillite ou qui arrêtent leurs contrats clients.

Le conseil municipal de Vénissieux réuni le 10 octobre 2022 a partagé l’appel de nombreux maires et élus locaux dont Michèle Picard, demandant de sortir l’électricité et le gaz d’un marché dont tout le monde constate l’incohérence et les dangers, et de permettre le retour au tarif réglementé pour les particuliers comme pour les communes. Une carte-pétition a été lancée, et nous étions ce mercredi 7 décembre devant la préfecture pour les remettre au préfet...

Plus de 2500 cartes pétitions ont été signées depuis à Vénissieux et elles ont été porté par une délégation conduite par Michèle Picard en préfecture ce 7 décembre. Une trentaine de personnes ont accompagné la délégation constituée avec Michèle Picard d’une responsable de la fédération du PCF, de deux représentants d’association, la CNL et le réseau d’alerte contre les expulsion, et de moi-même.

Le représentant du préfet a écouté avec attention nos arguments et s’est engagé à les faire remonter avec notre grosse boite de cartes pétition à l’Elysée..

à suivre, dans cette situation où certains continuent à tenter de faire peur avec les coupures de délestage pour ne pas assumer leurs responsabilités sur la situation du système électrique français.

Depuis des années, le service public qui depuis des décennies assurait le droit à une électricité décarbonée, accessible pour tous est désorganisé, filialisé, privatisé... et la maintenance est désormais le plus souvent externalisé... Résultat, EDF a du retard sur la maintenance de ses centrales. Mais au lieu de débloquer des moyens extraordinaire pour rattraper ce retard au plus vite, le gouvernement mobilise les préfets et toutes les administration pour organiser des "délestages"...

Un comble quand on pense que dans le même temps, il prend en charge avec l’argent public la hausse insupportable des prix pour les entreprises et les collectivités locales les plus en difficulté. Donc les profiteurs de la privatisation de l’électricité, qui vendent aujourd’hui à plus de 350€/MWh une électricité qu’ils peuvent acheter à EDF à 46€, vont être aidé par l’état qui paiera 20% de la facture ! On pmarche sur la tête...

La carte- pétition continue, demandez un paquet et faites la signer autour de vous, on pourrait se fixer l’objectif de dépasser 10 000 cartes début 2023. Nous avons droit au tarif réglementé public !

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves