Que faire pour arrêter la guerre ?

, par  Pierre-Alain , popularité : 3%

En 1980, je croyais que les guerres étaient du passé. J’avais vécu dans ma jeunesse la fin de la guerre du Vietnam et la défaite des USA comme le symbole d’un monde qui allait vers la paix.

En 1990, lors de la première guerre d’Irak, j’ai pris conscience que ce n’était pas le cas, que la guerre était de retour, qu’elle pouvait nous concerner, concerner mes enfants.

En 1999, la guerre a frappé en Europe, avec le bombardement de Belgrade par l’OTAN, entre 500 et 2500 morts civils selon les sources. Depuis, les guerres n’ont pas cessé, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie... le plus souvent impliquant les USA, parfois la France.

L’entrée des troupes russes en Ukraine marque une terrible accélération. Tout peut s’embraser dans une confrontation mondiale dont personne ne peut prédire l’ampleur.

Ce week-end a été difficile. La répétition mortifère de discours bellicistes dans les médias crée un sentiment de sidération. Des images angoissantes, des déclarations guerrières, des annonces ou des prévisions violentes se succèdent sans qu’on ne sache finalement grand chose de concret. Les plus anciens revivent des souvenirs d’adolescence de la deuxième guerre mondiale.

Le rassemblement pour la paix à Bellecour est très médiatisé, mais les participants sont visiblement partagés entre appel à la paix, au cessez-le-feu, et appel au contraire à envoyer des armes, à une intervention occidentale. Plusieurs personnes me demandent devant mon drapeau avec faucille et marteau si les communistes ne sont pas avec la Russie, comme si Poutine était communiste ! Mais aucun ne sait que les communistes en Ukraine sont pratiquement clandestins, faisant face aux milices néonazies.

Ce qui est sûr, c’est que les médias nous proposent une caricature d’un Poutine fou, d’un nouvel Hitler, comme si Hitler n’était qu’un fou et pas l’homme d’un système politique choisi par les élites allemandes et les grandes entreprises. De quel système Poutine est le représentant ? celui des oligarques qui viennent en jet privé sur la cote d’azur ou à Londres ? Mais quel intérêt ont-ils à se couper de l’occident ? Ce discours d’un Poutine fou me semble un moyen de ne pas tenter de comprendre les causes de la confrontation, que ce soit en Ukraine ou plus généralement dans la relation entre Europe et Russie.

Les USA se sont fortement impliqués en Ukraine depuis 2014. On se rappelle de la secrétaire d’état Victoria Nuland qui disait "Fuck UE", quand elle intervenait sur la composition du gouvernement Ukrainien, avec notamment l’entrée de ministres du bataillon néonazi Azov. Les USA ont poussé le président Zelensky à refuser tout accord avec Poutine pour la paix dans l’Est de l’Ukraine séparatiste. Et quand ils comprennent que les russes vont intervenir, ils font leur bagage ! Zelenski peut répéter qu’il demande une intervention militaire, les USA ont clairement dit non.

Les premières sanctions sont plus que surprenantes. On ne gèle pas les actifs des oligarques russes, mais ceux des dirigeants russes. Sauf qu’ils n’ont aucun actif à l’étranger. Poutine a pris soin de faire une loi pour l’interdire, justement pour ne pas avoir de dirigeants pro-occidentaux dans l’état russe.

Quand au système de paiement Swift, chacun pourra constater si réellement l’Allemagne coupe l’arrivée du gaz russe, alors que c’est la principale recette de l’Ukraine, et que l’industrie allemande en a un besoin vital, sauf à redémarrer en urgence des centrales nucléaires ! Et si l’Allemagne doit payer le gaz russe en utilisant le système de paiement chinois, quel aveu sur l’état du monde !

Enfin, on parle de livraison d’armes, mais par quel moyen ? l’espace aérien ukrainien est maîtrisé par les russes qui tiennent les aéroports et les ports au Sud. Il faut entrer par l’Ouest et la Pologne, mais Kiev est encerclé ? En dehors d’armes légères, il faudra une armée, une protection aérienne pour apporter ces armes. Laquelle ? Ce serait évidemment une généralisation de la guerre.

J’ai vraiment le sentiment qu’on nous raconte une histoire pour justifier des décisions à venir, et surtout, pour nous faire accepter les conséquences terribles pour l’Europe. Car la coupure totale entre l’occident et la Russie prépare la globalisation de la guerre en Europe et conduit tout droit à une crise économique de grande ampleur. Des prix toujours plus à la hausse pour l’énergie, l’alimentation.. des pertes de marchés pour nos produits. Ceux qui croient que la Russie serait isolée ne regardent pas les cartes du monde. La Russie est un pays peu peuplé, mais de plus en plus tourné vers la Chine immense et ouverte au monde entier. L’OTAN représente moins de 10% des habitants de la planète !

J’essaie d’avoir des informations de communistes d’Ukraine, notamment de Eugène Tsarkov, qui était venu aux rencontres internationalistes de Vénissieux en 2015. Mais les communistes sont pratiquement dans la clandestinité en Ukraine. Notre amie Danielle Bleitrach, sociologue marseillaise, a publié un texte de Dmitry Kovalevich, un journaliste ukrainien membre de l’organisation marxiste Borotba, dissidente du parti communiste ex-soviétique. Il vit à Kiev et dit "une seule chose est sûr, il y a la guerre ici". Sur sa page facebook, il évoque de nombreux tirs dans Kiev alors que l’armée russe n’est pas entrée dans la ville.

Le problème est qu’il y a partout des milices armées en Ukraine et que le gouvernement a distribué des armes. Dans ces milices, il y a des groupes d’autodéfense d’un quartier, mais il y a aussi des milices organisées militairement, des groupes nationalistes, et des groupes ouvertement néonazis comme la milice Pravy Sektor" et le bataillon Azov, qui a eu un ministre de l’intérieur, et dont un dirigeant est associé à la direction militaire de l’armée.

Je suis sûr que la majorité des ukrainiens, comme tous les peuples du monde, veulent vivre en paix, russophones ou pas. Mais ce sont toujours ceux qui parlent le plus fort, surtout quand ils sont armés, qui imposent l’ambiance. A Odessa en 2014, cela avait ainsi commencé entre groupes promaidam, notamment des hooligans allant à un match de foot, et des et antimadian, et ca s’était terminé par l’incendie volontaire de la maison des syndicats avec 40 morts brûlés vifs, dont un jeune de 17 ans.

Nous avions reçu à Vénissieux les "mères d’Odessa" qui se battaient pour une enquête disant la vérité sur les causes de ces morts. Le journal le Monde évoquait en 2015 le premier anniversaire de ces crimes en évoquant des "groupes d’autodéfense nés pendant Maïdan qui n’ont pas déposé les armes. Ils forment à Odessa comme un pouvoir parallèle, (...) une légitimité acquise au combat. « La justice contre la loi », résume un de leurs dirigeants (..) (qui dit) réunir les chefs des huit groupes criminels les plus influents de la ville. « Ils m’ont dit qu’ils ne voulaient pas du “monde russe” ici, et nous avons réfléchi à comment nous pouvions travailler ensemble pour la ville. » Les chefs d’entreprise ont suivi le même chemin, assure-t-il, et décidé de financer les groupes patriotiques.

Dans un pays marqué par la corruption, les oligarques et des milices armées de toute sorte, difficile d’avoir un débat démocratique. Pourtant, les ukrainiens veulent en sortir. Ils avaient voté Zelenski car il promettait la paix dans le Dombass et un accord avec les russes. Mais visiblement, les USA n’en voulaient pas et les accords de Minsk sont restés sur le papier.

Cette situation est dramatique et la seule attitude raisonnable serait d’exiger un cessez-le-feu avec ouverture de négociations pour un seul objectif. Un accord de paix et de sécurité pour l’Ukraine, y compris pour le Dombass, pour la Russie, et pour toute l’Europe. Mais j’ai bien peur que ce ne soit pas du tout l’objectif des dirigeants de l’OTAN, et notamment des USA qui font tout depuis des mois pour couper l’Europe du gaz russe afin de nous imposer leur gaz de schiste.

La guerre est toujours faite pour des intérêts économiques. Le discours de la folie veut nous le cacher.

Carte de VénissieuxLes lieux de rencontres et visites sont marqués par une épingle pointant directement sur le compte-rendu... il est possible de déplacer la carte, de (de)zoomer...

Navigation

Brèves Toutes les brèves